Planète Nièvre : habitat participatif, vivre autrement

Pour cette nouvelle émission de Planète. Nièvre, nous nous sommes rendu à Urzy au moulin du Greux où nous avons rencontré Catherine Marcadier, Martin Bouté et Faustin Thierry. Tous les trois se sont lancé dans l’aventure de l’habitat participatif. Nous avons également rencontré Gérard Fontaine, directeur du conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de la Nièvre (CAUE 58), dont l’un des rôles principaux est le conseil.

Vivre dans un habitat participatif n’est pas vivre en communauté. Chacun dispose d’espaces privatifs et bénéficie, en plus, d’un accès à des espaces à partager comme un jardin ou des pièces de vie. L’habitat participatif est une manière de se réapproprier les décisions et responsabilités de l’acte de construire ou de rénover, d’adapter et d’entretenir son lieu de vie en cohérence avec des valeurs partagées par tous.

Les partenaires du projet du moulin du Greux ont choisi de créer une société civile immobilière d’attribution (SCIA) qui permet d’acquérir à plusieurs, sous forme de part, avec des lots qui sont attribués et des prises de décisions collectives et démocratique sous forme de consentement/consensus. Parallèlement, l’association des 3 HOPS rassemblent une vingtaine de personnes qui soutient le projet et participe notamment aux chantiers participatifs organisés une fois par mois.

écouter l’émission

© Danièle Boone

Les oiseaux invités à France Inter !

Moineau domestiqueCe vendredi 1er février, j’étais invitée par Mathieu Vidard à parler de la disparition des oiseaux dans son émission La tête au carré en compagnie de Sébastien Balibar et Etienne Klein, deux physiciens. Nous avons notamment parler de la disparition des moineaux parisiens. N’hésitez pas à nous écouter et à diffuser l’information autour de vous : la cause est fondamentale. Il n’est pas trop tard pour agir. Sauvons les oiseaux !
écouter l’émission (sujet à 43’09)
à propos de l’émission

© Danièle Boone

Sauvons les oiseaux sur RCF

RCF-daniele boone

Olivier Guillaume m’a reçue à RCF Nièvre en tant qu’invitée de la rédaction pour parler de mon livre « Sauvons les oiseaux – 10 actions pour (ré)agir« .

écouter l’émission

..

Le castor, un bûcheron avisé !

Castor nageant

Observer le castor, c’est rien que du bonheur. Moi je ne me lasse pas de le regarder nager dans les reflets de la lune, se hisser sur les berges, saisir un rameau entre ses deux mains, le ronger, se lisser les moustaches, remonter son ventre à la manière d’un gros nounours et se grattouiller. Contrairement à ce que l’on croit souvent, le castor n’hiberne pas et reste donc actif tout l’hiver.

Ses ennemis l’accusent d’abattre les arbres. C’est vrai que sur une plantation de peupliers en bord de rivière, il peut faire des dégâts. En fait, c’est un bûcheron avisé. Il varie les zones de coupes selon les saisons et le niveau de la rivière et entretient ainsi toute une mosaïque de milieux ouverts et de milieux fermés, ce qui est excellent pour la biodiversité. Il fait le travail que font les humains lorsqu’ils entreprennent de renaturer une rivière. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Sauvons les oiseaux !

Sauvons les Oiseaux RusticaJe  vous présente ce modeste petit livre que je viens d’écrire pour une grande cause. N’hésitez pas à parler de ce manifeste autour de vous. Merci d’avance pour votre aide à le diffuser. Merci pour les oiseaux. Voici mon texte d’introduction :

« Chaque printemps, le chœur des oiseaux amoureux résonne, harmonieux et gai, tandis que le tambourinage des pics bat la mesure. Les phrases flûtées du rossignol jaillissent même la nuit. Chaque année, c’est le même émerveillement. Les chants d’oiseaux ne se démodent jamais. Mais, chaque année, cette musique se fait plus discrète. Serait-il possible qu’un jour elle s’arrête ? Serait-il possible que le « printemps silencieux » de Rachel Carson devienne une réalité ? Il faut se rendre à l’évidence : c’est terrifiant, mais c’est désormais le scénario le plus probable.

Les oiseaux, c’est aussi la beauté, la grâce et la légèreté. Et si nous perdions tout cela ? Leur inquiétante disparition nous alerte sur la folie et l’inconscience de notre monde. Homo sapiens a joué les apprentis sorciers et nous pourrions bien nous retrouver seuls au monde. Pas longtemps, car les oiseaux et tout le vivant participent à la bonne santé de la planète et sont indispensables à notre survie. Ils sont les travailleurs de l’ombre, ceux qui ne demandent pas de salaire, et qui pourtant s’activent pour nous.

Ceux qui ont tenu un oiseau blessé dans leurs mains, un petit corps effrayé qui palpite et qui s’abandonne d’un coup comme s’il savait qu’on était là pour le soigner, pour le sauver, connaissent aussi la joie d’ouvrir leurs mains pour redonner la liberté à un oiseau guéri. Aujourd’hui, c’est toute l’avifaune qui est malade de nous. Réagissons face à la lenteur des décisions politiques et ne nous résignons pas à attendre en vain de ces dernières les réponses urgentes et les changements majeurs nécessaires pour enrayer cette catastrophe annoncée. Sauvons les oiseaux doit être un cri de ralliement et retroussons nos manches au quotidien dès maintenant ! »

Éditions Rustica / LPO, 64 pages, 7,95 €

© Danièle Boone