Marche pour la forêt

rassemblement forêt saint-bonnet de TronçaisPour alerter sur le devenir des forêts publiques, l’intersyndicale des personnels de l’ONF a décidé d’organiser une grande marche pour la forêt. La privatisation de la gestion des forêts publiques et son industrialisation sont les deux sujets qui fâchent. Les initiateurs de cette marche veulent sensibiliser le public qui, globalement, ignore ces problèmes. Pourtant les forêts jouent un rôle essentiel. Elles protègent notre eau, notre climat, nos paysages et la biodiversité. Elles approvisionnent la filière bois et surtout elles nous accueillent. Lieu de promenade et de ressourcement pour de nombreux citadins privés de nature, elle remplit une fonction bien particulière au niveau de l’imaginaire tant collectif qu’individuel. Bref, elle est indispensable dans l’équilibre du monde. Pourtant, aujourd’hui, elles sont menacées par les décisions de l’Office National des Forêts (ONF) et du Ministère de l’Agriculture. La marche pour la forêt qui a débuté le 17 septembre arrive bientôt à son terme. Quatre chemins partis de Mulhouse, Perpignan, Strasbourg et Valence convergent vers Saint Bonnet de Tronçais où la journée du jeudi 25 novembre sera entièrement dédiée à la forêt en présence de nombreuses associations de préservation de la nature. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Le temps des forêts

Le temps des forêtsAvant l’été, nous avons fait une émission sur la forêt du Morvan en danger à cause d’un enrésinement systématique selon le processus de coupe rase de parcelles de feuillus suivie de plantation de douglas. Le Morvan n’est pas le seul endroit où la forêt vit une phase d’industrialisation sans précédent. Le documentaire de François-Xavier Drouet, Le temps des forêts, vient de sortir. Du plateau de Mille vaches dans le Limousin où vit le documentariste à la forêts des Landes en passant par le Morvan et les Vosges, le constat est sans appel : mécanisation lourde, monocultures, utilisation d’engrais et de pesticides. La gestion forestière suit le modèle agricole intensif. Ces derniers espaces naturels qui parlent à nos imaginaires vont-ils être aussi détruits par l’avidité des hommes ? C’est un film à voir absolument.

Pour ceux qui habitent le département du Cher, Le temps des forêts sera projeté jeudi 18 octobre à 20h au cinéma Le Rio à Saint-Florent-sur-Cher. La projection sera suivi d’un débat auquel je participerai en compagnie de Bertrand Dugrain, directeur de l’agence Berry-Bourbonnais de l’ONF de Bourges, Antoine Hubert, chargé de mission au sein de l’Arbocentre, Jérôme Rosa du Centre Régional de la propriété forestière et Yoann Holub, technicien forestier à la DDT du Cher. Le débat sera animé par Philippe Sellier, responsable du service culturel de Saint-Florent. Venez nombreux.

© Danièle Boone

Planète Nièvre : glyphosate, pourquoi tant de résistance ?

Le 15 septembre dernier, 42 députés sur 80 votants ont refusé d’inscrire dans la loi Alimentation/Agriculture, l’interdiction dans les trois ans du glyphosate, herbicide gravement toxique alors qu’une majorité  de français ont désormais pris conscience de la dangerosité des pesticides et souhaitent son interdiction. Pourquoi tant de résistance ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre. 

Pour cela nous avons exploré les arguments des pro-glyphosates qui souhaitent remplacer une molécule par une autre, argumentant également la mise en concurrence déloyale avec les autres céréaliers européens qui eux pourront utilisé l’herbicide pendant encore cinq ans ainsi que les différentes techniques pour s’en passer, labours profonds, rotations plus larges des cultures et aussi semis dans paillis. Nous nous sommes également interrogé sur le rôle ambigu des coopératives qui, à la fois, conseillent les agriculteurs adhérents, leurs vendent semences et produits phytosanitaires et leur achètent leur production, d’autant qu’elles se retrouvent aujourd’hui au sein des grands groupes de l’agroalimentaire qui eux mêmes investissent dans les pesticides. Enfin, nous avons constaté le rôle non négligeable de la mondialisation : pour être concurrentielles, les céréales à l’exportation doivent être produites au plus bas coût, ce que permet le glyphosate. Entre la santé des humains, la biodiversité et l’argent, une fois encore le choix a été fait au profit de l’argent !

écouter l’émission

© Danièle Boone

Autour des palombes, un visiteur de marque

Un autour des palombes dans le bain des oiseaux ! A son plumage, c’est un juvénile. C’est la première fois que j’en vois un venir se baigner. La sécheresse n’en finissant pas, les oiseaux ont besoin d’eau ainsi les espèces les plus sauvages n’hésitent plus se rapprocher des maisons pour se désaltérer et faire leur toilette. Et en ce moment, c’est le temps des migrations. Des tas de petits passereaux font une halte au bain. Ce matin, c’était un minuscule gobemouche noir, hier un pouillot fitis. Je sais bien que mon jardin est accueillant mais chaque fois, je reste émerveillée de ce que je considère comme les cadeaux de la nature et ma journée s’en trouve transformée !

© Danièle Boone

Plantations et gourmandises

Plantations et gourmandisesCe week-end, je serai à Mornay-Berry, dans le cadre de Plantations et Gourmandises, une manifestation très sympathique qui a lieu dans un cadre exceptionnel. La Grand’Cour  est un château du XIIIème siècle qui a su garder au fil des siècle son architecture militaire du Moyen-Âge qui lui conférait un rôle de place forte défensive. Il faut dire qu’à l’époque il était sur la frontière entre le royaume de Bourgogne et le royaume de France. J’y animerai d’une part, le samedi à 10h30, une table ronde sur les secrets des jardiniers où les participants seront invités à échanger leurs façons de faire. Le dimanche à 10h30, je ferai une conférence sur la jardin comestible. Quésaco ? Et bien tout simplement un jardin inspiré à la fois de la permaculture et de la forêt-jardin afin d’être le plus autonome possible du point de vue alimentaire et où l’on retrouve le plaisir de la cueillette.

© Danièle Boone