Pétales et mandibules au muséum de Bourges

affiche-exposition-petit-peuple-du-rosierLe petit peuple du rosier est à l’honneur au Muséum d’Histoire Naturelle de Bourges. Tout en cheminant autour d’un rosier géant, on découvre dix petites bêtes entre autres, l’abeille, la cétoine, la mouche, le perce-oreille, la coccinelle, le collembole. Comment se développent-elles ? Comment se nourrissent-t-elles ? Pourquoi faut-il les protéger ? Quelles relations ont-elles entre elles ? Comment sont-elles organisés ? Réponses dans une super bande dessinée qui court le long des cimaises. Les planches ont été créées par un professeur d’arts plastiques, Denis Landreau aidé pour les détails scientifiques par un professeur de SVT, Loïc Jourdren. C’est juste fabuleux. Et pour mettre dans l’ambiance, douze sculptures réalistes de ces petites bêtes sont présentées accrochées au mur ou protégées derrière une vitrine. Elles sont géantes. L’agrandissement tourne autour de 150 fois. Impressionnant !

Le message essentiel de cette superbe exposition est sans aucun doute l’importance des écosystèmes. Ainsi, toute une vie gravite autour du rosier. Le visiteur, qu’il soit adulte ou enfant, découvre de manière ludique, que chaque insecte a son rôle à jouer. Le puceron agace le jardinier mais sans lui, pas de coccinelle et autres auxiliaires qui viennent s’en délecter. Pour aller plus loin dans les questions de l’équilibre biologique, les auteurs de l’immense bande dessinée – plus de 200 dessins – abordent également les méthodes de compostages et autres pratiques vertueuses. Une exposition à voir absolument.

Muséum d’histoire naturelle de Bourges, jusqu’à fin août
www.museum-bourges.net

© Danièle Boone

Agriculture connectée : arnaque ou remède ?

La promesse faites par certains d’une nouvelle révolution agricole a interpellé Vincent Tardieu alors il a eu envie d’aller voir sur le terrain. L’enquête a duré un an et demi dans vingt-cinq départements français. Il a interviewé 110 agriculteurs, scientifiques techniciens, ingénieurs, responsables agricoles, politiques aux points de vue divers. Autant dire que le travail est sérieux.

Dans un premier temps, il propose dix contes qui permettent de découvrir de nombreuses inventions, parfois judicieuses, souvent surprenantes, futuristes que les laboratoires industriels et publics concoctent pour les agriculteurs. Il a constaté un véritable engouement de la profession pour les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) qui passent par deux grandes familles d’outils connectés, les capteurs et les robots. Dans un deuxième temps, Vincent Tardieu prend du recul avec dix « mécomptes » qui invitent à la réflexion. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Découvrir les fleurs et les arbres en bord de chemin avec Marc Giraud

Marc GiraudPour une fois, Marc Giraud, porte parole de l’ASPAS (Association de sauvegarde et de protection des animaux sauvages) ne parle pas d’animaux mais de plantes, celles qu’on rencontre au bord du chemin, mais aussi dans les jardins.

« Les plantes nous voient, sachons les regarder » avertit  l’auteur en exergue. Et il nous prend par la main, comme il sait si bien le faire, pour nous emmener à la découverte de cet univers végétal encore très méconnu dans le seul but de « faire mieux connaître à tous la vie palpitante qui nous entoure ».

Marc Giraud nous parle donc des fleurs et des arbres qu’on rencontre au bord du chemin, mais aussi dans les jardins car fidèle à lui-même, si il aime les belles sauvageonnes, il n’oublie pas pour autant leurs cousines domestiquées. Selon le même principe que dans ses deux ouvrages précédents, La Nature en bord de chemin et Les Animaux en bord de chemin, on part d’un paysage puis on zoome sur des détails. C’est une manière très visuelle et très efficace de décoder le monde végétal.

Le texte, souvent plein d’humour, est très documenté. On y apprend comment les fleurs et les arbres voient le monde, se nourrissent, s’entraident, se reproduisent, voyagent, résistent, etc. L’iconographie est magnifique. Les photographies sont majoritairement signées de Fabrice Cahez et de Marc Giraud.

Fleurs et arbres en bord de chemin par Marc Giraud
Éditions Delachaux et Niestlé, 256 pages, 24,90 €

© Danièle Boone

La reine des bourdons

Bourdon terrestre

Avez-vous remarqué qu’en ce moment tous les bourdons sont gros ? Si vous en croisez un, chapeau bas car vous êtes face à une altesse royale. Si, si… je n’exagère pas. En ce début de mars, pas de menu peuple, ni mâles, ni ouvrières chez le bourdon terrestre. On ne rencontre que les princesses sortant de l’hibernation prêtes à fonder une colonie. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Planète Nièvre : les crues de la Loire

Les dernières crues mémorables de Loire  à Nevers remontent à 1907 et à 1856 et 1866 pour les crues centennales (probabilité d’une chance sur 100 de se produire chaque année). Depuis, avec l’urbanisation des zones inondables, l’augmentation des enjeux (biens), l’affaiblissement avec le temps des levées le risque inondation s’est accru considérablement. L’agglo de Nevers a été classé par la Directive Européenne Inondation en territoire à risque important fin 2012.

Sur la base des propositions de l’étude EGRIAN (étude générale sur le risque inondation de l’agglomération de Nevers),  une stratégie locale de gestion du risque inondation a été élaborée et arrêtée par le préfet de la Nièvre fin 2016.

L’équipe de Planète Nièvre dont je fais partie vous présente cette stratégie qui comporte 6 objectifs :
• Préserver les capacités d’écoulement des crues ainsi que les zones d’expansion de crue
• Planifier l’organisation et l’aménagement du territoire tenant compte du risque
• Réduire les dommages aux personnes et aux biens implantés en zone inondable
• Intégrer les ouvrages de protection centre les inondations dans une approche globale
• Améliorer la connaissance et la conscience du risque inondation
• Se préparer à la crise et favoriser le retour à la normale

Il s’agit de mettre en place une relation au fleuve renouvelée par une économie moins vulnérable aux inondations et une participation des riverains à l’avenir du fleuve.

Pour cette émission, nous avons rencontré Mme Bonicel, vice présidente de l’agglomération de Nevers en charge du cycle de l’eau et de Éric Bastaroli, ingénieur à l’agglo en charge de cette stratégie.

 ☞ écouter l’émission

© Danièle Boone