Planète Nièvre : La centrale nucléaire de Belleville

Centrale de Belleville sur LoireLa centrale nucléaire de Belleville sur Loire située dans le département du Cher à la limite des départements de la Nièvre et du Loiret a été récemment mise sous surveillance renforcée par l’Agence de Sûreté Nucléaire (ASN) une procédure très rare et inquiétante. Elle possède deux unités de production de 1300 MW chacune, mises en service respectivement en 1987 et 1988, cela fait donc trente ans. Sa production permet l’autosuffisance en électricité de la région Centre-Val-de-Loire mais à quel prix ?

Lire la suite
écouter l’émission 

© Danièle Boone

Nicolas Hulot s’explique sur Reporterre

Reculs sur le nucléaire, le Ceta, la taxe sur les transactions financières, la centrale de Gardanne… ou patience pour ancrer durablement des inflexions structurantes ? Nicolas Hulot, ministre de la transition énergétique et solidaire, s’explique, demande du temps, et assure de son soutien à la politique d’Emmanuel Macron, « qui n’est pas là pour favoriser les riches »

☞ A lire sur Reporterre

Fabrice Nicolino écrit une lettre sur la bouffe industrielle à une petiote de 3 ans

Quand Fabrice Nicolino s’adresse à une poussinette de 3 ans qui ne sait pas encore lire pour lui raconter « l’abominable histoire de la bouffe industrielle » cela donne un ouvrage plein de verve et très documenté qui devrait convaincre les plus sceptiques. Cette petiote qui pourrait être leur fille ou petite fille a reçu en héritage le lourd fardeau de l’inconséquence de ces quelques boulimiques d’argent qui s’en mettent plein les poches et qui n’en n’ont jamais assez. Certes, pour pouvoir comprendre, il lui « faudra manger beaucoup de soupe, en priant le Bon Dieu et ses saints qu’elle ne soit pas farcies aux pesticides et aux perturbateurs endocriniens. » ☞  lire la suite

© Danièle Boone

Reporterre révèle que des nanoparticules auraient causé la mort de dizaines de vaches dans le Haut-Rhin

Quasiment tout un troupeau, situé à proximité d’une usine produisant des nanoparticules, a été mystérieusement décimé entre 2014 et 2016. L’enquête indique que les particules de dioxyde de titane – qui sont utilisées dans l’alimentation – pourraient être impliquées.

L’usine de Thann, située à quelques kilomètres de la ferme est l’un des sept sites de production de dioxyde de titane de l’entreprise Cristal, le deuxième plus grand producteur mondial de cette substance. C’est un pigment blanc produit depuis 1922 dans l’usine, une substance chimique inoffensive sous sa forme normale, utilisé pour ses propriétés d’opacité, de blancheur, notamment dans la nourriture, dans la peinture, les revêtements ou les plastiques.

Seulement voilà, depuis une dizaine d’années, l’industrie du dioxyde de titane s’est mise à produire le produit sous forme de nanoparticules, d’une extrêmement petite taille – on parle de l’échelle d’une cellule. Sous cette forme nanométrique, le dioxyde de titane passe à  travers la peau et la molécule peut ainsi aller se loger un peu partout, y compris dans le cerveau.

L’industrie du dioxyde de titane entretient évidemment savamment la confusion entre l’usage “classique” du dioxyde de titane et son usage sous la forme nanométrique. Encore une info qui montre l’inconséquence des industriels à utiliser abondamment des particules dont on ne sait quasiment rien sur les effets sur la santé des humains et de l’environnement.

☞ lire l’article sur Reporterre

© Danièle Boone

L’art d’être libre selon Tom Hodgkinson

Être libre, un rêve caressé, rarement réalisé. Mais c’est quoi être libre ? « Lorsque vous embrassez Dame Liberté, la vie devient plus facile, moins chère et bien plus agréable », nous promet d’emblée l’auteur dans son introduction. Et il va nous montrer comment se débarrasser des chaînes forgées par notre propre esprit pour devenir enfin le créateur de notre vie.

Pour sa démonstration, Tom Hodgkinson s’appuie sur trois courants de pensée, l’anarchie, le médiévalisme et l’existentialisme. De fait, il prône l’autonomie dans tous les sens du terme : cultiver son jardin en même temps que de ne pas se laisser polluer par la pensée dominante. Le livre est préfacé par Pierre Rabhi et ce n’est pas un hasard car Tom Hodgkinson est, à sa façon, un adepte de la sobriété heureuse même si lui emploie le terme de frugalité. Il donne plein de pistes : vivre à la campagne, se débarrasser de sa télé, ne plus aller dans les super marché, ne jamais faire d’emprunts, ne plus avoir de montre, oublier la machine, etc. « Oui le monde est pourri et rempli de produits de piètre qualité. Ignorez-le et créez un monde joyeux rempli de produits de bonne qualité. »

Rien que du bon sens mais « jetez la prudence par la fenêtre » comme nous y invite l’auteur n’est jamais si simple. Pourtant, une fois qu’on est sur sa propre voie – et je crois y être un peu beaucoup – cela semble évident. Ce livre réjouissant est paru en Angleterre en 2006. Ce serait intéressant de savoir où en est l’auteur onze ans après.

LLL – Les liens qui libèrent, 334 pages, 22 €

© Danièle Boone