Notre-Dame-des-Landes : le bon sens est de retour

On l’attendait depuis si longtemps cette bonne nouvelle qu’on s’était mis à douter. En ce début d’année, il semble qu’on renoue un tout petit peu avec le bon-sens. Je n’ai pas voté pour Emmanuel Macron mais avec cette décision, il gagne mon estime. Espérons simplement, que l’annulation de ce grand projet inutile coupe un peu l’herbe sous le pied à tous ceux qui sortent de leur chapeau des barrages, des autoroutes, des LGV… juste pour s’en mettre plein les poches. Quant aux projets en cours, nous verrons. Mais, dès l’instant de la première étude, ça coûte. Et on aurait tellement besoin de tout cet argent gaspillé pour des grands projets utiles comme l’aide aux agriculteurs pour leur apprendre à se passer de glyphosate par exemple !

Juridiquement, le gouvernement retire sa demande de prorogation de la durée de la déclaration d’utilité publique qui deviendra caduque le 8 février 2018. le premier ministre a annoncé que les terres garderont leur vocation agricole. Tous ceux qui ont fait vivre ces terres durant ces nombreuses années d’occupation ont travaillé sur ce futur tant espéré et on des propositions tout à fait constructives à faire. Place à l’avenir et à la vie.

© Danièle Boone

Cocottes

Photo-famille
Lorsque je me suis installée à la campagne, je voulais deux poules pour les œufs. Le lendemain de mon arrivée, deux poulettes rousses ont rejoint le poulailler hérité de l’ancien propriétaire. J’ai découvert rapidement que les cervelles d’oiseaux sont mieux remplies que ce que l’expression sous-entend ! Plus j’observe tout ce petit monde, plus j’apprends. L’année suivante, trois poulettes industrielles achetées au marché local vinrent renforcer mes effectifs. Et l’année suivante, malgré tous mes préjugés de départ, Alexandre, le petit coq gaulois vint compléter mon cheptel. Une poule limousine a couvé. J’ai gardé trois poulettes noire du Berry sur les 6 poussins qui sont nés. Et, de fil en aiguille, je suis tombée dans la « cocottomania » ! ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Phytoépuration

Les stations d’épuration par les plantes sont une solution alternative pour le traitement des eaux usées. Les stations d’épuration classiques, où s’accumulent des boues concentrant les polluants, ne sont pas en effet les seuls systèmes à pouvoir être installés pour traiter les eaux usées. Des communes, mais aussi des particuliers,choisissent de nettoyer leurs eaux grâce à des filtres plantés qui reproduisent les systèmes d’épuration naturels existant dans les zones humides. Bien qu’exigeante à mettre en œuvre, cette phytoépuration est souvent plus performante. Et favorise parfois une réduction des quantités d’eau consommées.

☞ lire l’article de Nolwenn Weiler paru sur Bastamag

© Danièle Boone

2018

2018 Mésange bleue
Celui qui traverse la vie au pas de charge verra peut-être dans le lointain le but qu’il s’était fixé, mais pas les fleurs le long de la route – proverbe chinois.

© Danièle Boone

L’économe symbiotique par Isabelle Delannoy

Economie-symbiotiqueVoilà un livre paru chez Actes Sud à découvrir  absolument au seuil d’une nouvelle année, moment traditionnellement plein de bonnes résolutions. C’est quoi l’économie symbiotique ? Une économie qui couple les activités humaines avec la croissance des écosystèmes et des liens sociaux, nous explique Isabelle Delannoy. La richesse naît de la coopération et non plus uniquement de la compétition. L’horizontalité et la gouvernance coopérative sont à la base de cette nouvelle économie en émergence dans le monde entier. C’est assurément une vraie révolution, une autre façon de voir et de vivre la vie qu’il faudrait appliquer au plus vite. ☞ lire la suite

© Danièle Boone