L’argiope frelon (épeire fasciée)

Vous avez déjà tous admirer ces gouttelettes de rosées qui miroitent dans le soleil rehaussant dans un dessin parfait la toile d’une araignée. Parfois, un épais zigzag blanc brodé en son centre fait office de signature. Quelle est la dentellière qui a réalisé cet ouvrage ? ☞ lire la suite

© Danièle Boone

L’évacuation de la Zad du Moulin : la réponse de nos gouvernants à la marche pour le climat

Des milliers de personnes ont participé à la marche pour le climat dans toute la France. Il y avait beaucoup de jeunes, des familles avec des petits enfants… Ce sont ces derniers qui sont les plus concernés. Tous sont allés dans la rue pour dire leur inquiétude et leur désir d’une société qui pense autrement qu’en terme de business et de profit, une société capable de s’engager à long terme. Ils ont été entendu mais la réponse apportée est comme une déclaration de guerre. 

Tôt ce matin, la Zad du Moulin, près de Strasbourg a été évacuée. Contre quoi s’opposent ces zadistes ? Contre la construction d’une autoroute payante de contournement de la ville qui serait construite par la firme Vinci.  Ce projet a été déclaré d’utilité publique en janvier dernier quelques jours seulement après l’annonce de l’abandon du projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Comment ne pas voir là la compensation octroyée au groupe Vinci à qui avait été attribuée la construction de l’aéroport ? Et ce fut l’une des couleuvres que dut avaler Nicolas Hulot puisque c’est lui-même qui a fait l’annonce de cette décision !

Malgré les avis négatifs officiels relatifs aux compensations environnementales d’instances étatiques (Conseil national de protection de la nature, agence de la biodiversité, autorité environnementale) et l’avis défavorable des deux enquêtes publiques qui en résultent à l’été 2018, le préfet a validé le projet fin août, en signant les arrêtés autorisant les travaux. Soutenir par la force un projet destiné prioritairement aux camions transeuropéens, c’est dire clairement que le tout bagnole va continuer avec des émissions à effet de serre en hausse permanente alors qu’il faudrait remettre sur rail les trains et les transports en commun, favoriser le commerce local qui évitent le transport des marchandises, etc. Ainsi, en attaquant les zadistes le lendemain de ces rassemblements, c’est apporter une réponse cinglante et refuser tout ce que demande les participants à la marche pour le climat. Et en détruisant pour ce faire une forêt et de nombreuses terres agricoles, c’est aussi dire clairement que la biodiversité et l’avenir de nos enfants, et bien, nos gouvernants s’en foutent. On le savait mais leur arrogance dépasse les bornes !

© Danièle Boone

M. Macron, président de la Négation écologique

Hervé Kempf a écrit un édito sur Reporterre autour de la nomination de François de Rugy au ministère de l’écologie et de la transition sociale pour succéder à Nicolas Hulot. Il n’y a pas de compromis possible entre le néolibéralisme et une politique écologique. Et il n’y a rien à attendre du pouvoir qui ne serait pas gagné par la lutte, écrit-il. Je suis entièrement d’accord avec l’analyse d’Hervé Kempf et je vous invite à le lire.
l’édito de Hervé Kempf
☞ A lire également, toujours sur Reporterre, François de Rugy ne nuira pas aux Lobbies par la sociologue Vanessa Jérôme

© Danièle Boone

Planète Nièvre : tous en selle !

Pour que la pratique du vélo décolle, il faudrait un coup de pouce des politiques mais les gouvernements se succèdent et les plans vélos fantômes aussi. On attend celui du gouvernement Macron en septembre mais avec la démission de Nicolas Hulot, ne risque-t-on pas de devoir attendre encore ? Ce serait les moyens alloués à ce plan, quelques 200 millions d’Euros sur trois ans, qui coincerait du côté de Bercy. Pourtant cela ne ferait que 3 € par habitants et par an. Actuellement, ce sont les collectivités locales, agglomérations, villes, régions, qui doivent prendre en charge la création des infrastructures indispensables pour la sécurité des cyclistes mais aussi de leur vélo.

Faut-il attendre pour se mettre en selle ? Non, nous disent nos deux intervenantes, Marie, cycliste depuis 15 ans et Swanee Ravonison qui a ouvert la fée du vélo, une boutique très conviviale à Nevers. En plus, le vélo c’est sain, excellent pour les muscles et le cerveau, bon pour l’économie locale, ça ne pollue pas, ça ne coûte pas cher et c’est facile. Et si le vélo urbain, au quotidien, rebute certains, osons le vélo loisir.  Faire des vacances à vélo, c’est aussi bon pour la planète.

écouter l’émission

© Danièle Boone

Arbres

Il y a peu, j’ai été invitée à une lecture de « l’Homme qui plantait des arbres » de Jean Giono. Je me suis empressée d’accepter cette invitation car c’est un texte que j’adore et que je n’avais jamais entendu lu. Dans les jours qui ont suivi, et face à la sécheresse qui font souffrir les arbres, je me suis dit que, quelque part, Giono, avait été visionnaire. Il serait urgent de replanter des milliers et des milliers d’arbres en espérant qu’il n’est pas déjà trop tard car le changement climatique est là. Lorsque je pense aux séquoias géants de Californie qui ont traversé plusieurs siècles et qui sont en train de mourir, je me dis que la menace est bien réelle. ☞ lire la suite

© Danièle Boone