Reporterre, le quotidien de l’écologie

Vous avez remarqué que, bien souvent, je relais sur ce blog, des articles parus sur Reporterre.net. Ce quotidien en ligne consacré à l’écologie et l’environnement est réalisé par une équipe de journalistes professionnels libres. Cela devient extrêmement rare vu que les grands médias appartiennent à des groupes industriels ou financiers. Michel Kempf, le créateur et rédacteur en chef de Reporterre, était journaliste au Monde, une position bien confortable qu’il n’a pas hésité à quitter parce qu’il estimait ne plus pouvoir faire son travail à cause des pressions. Michel a voulu que son média soit accessible à tous car il pose l’information comme un bien commun. Michel refuse également la publicité qui est forcément aliénante. Aujourd’hui le magazine compte plus d’un million de lecteur par mois, un beau succès. Michel s’est entouré d’une équipe de journalistes professionnels. Une campagne de crowdfunding intitulé « Reporterre a besoin de vous » est en cours ceci pour permettre notamment de payer les salaires des journalistes qui font un super boulot. Alors si, comme moi, vous appréciez la « vraie » info pas langue de bois, n’hésitez pas même pour quelques euros. Tout est ☞ ici

© Danièle Boone

Tafta, un traité opaque

Le traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis se discute dans une grande opacité. A force d’insistance, il a été obtenu que les députés puissent consulter les comptes-rendus de négociation. Dans une salle sécurisée, en présence d’un surveillant et avec interdiction de recopier des passages. Tiffany Blandin de Reporterre a suivi la procédure avec le député Noël Mamère. Vous découvrirez comme moi, que, finalement, il existe deux versions des compte-rendu, une pour les salles de lecture, l’autre pour les négociateurs. Bonjour la transparence!
voir l’article

© Danièle Boone

Perturbateurs endocriniens : critères européens désopilants !

La Commission Européenne a enfin dévoilé ce jour, par la voie du commissaire Vytenis Andriukaitis, la définitions des critères des perturbateurs endocriniens (PE). Alors que nous connaissons depuis les années 1970, leur effet effroyable sur la santé des êtres vivants (hommes et animaux) et sur le devenir de notre espèce (problème de fertilité et dégénérescence), le résultat est très décevant. Encore une fois, les lobbies ont gagné (cf à ce propos la chronique  que j’ai signé sur le livre de Stéphane Horel publiée sur le site des JNE). Et c’est désespérant. ☞ lire la suite

Chevêchette d’Europe

Chouette ChevêchetteLa Chevêchette d’Europe est notre plus petite chouette. Le mâle mesure 16 à 17 cm. La femelle est légèrement plus grande, 18 à 19 cm pour une envergure d’environ 35 cm. Le mâle pèse environ 60 grammes et la femelle, environ 80 gramme. La Chevêchette vit dans les forêts de montagnes et squatte les loges de pics épeiche pour y élever sa couvée. J’ai eu la chance rare de la voir dans le Parc régional du Vercors, samedi dernier,  11 juin. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

L’ampleur des inondations est amplifiée par les mauvaises pratiques agricoles

Les inondations, la faute à la pluie qui n’en finissait plus de tomber ? Pas seulement, des années de mauvaises pratiques agricoles fragilisent les sols qui ne sont plus capables d’absorber l’eau. Marie Astier et Émilie Massemin ont interviewé Ghislain de Marsily, hydrologue, Jacques Caplat, agronome, Lydia Bourguignon, agronome et fondatrice du Laboratoire d’analyse microbiologiques des sols, Gérard Michat, agriculteur bio. Une enquête édifiante.
☞ Lire leur article sur Reporterre.
☞ A lire et écouter également, À sols maltraités, inondations très trempées, une chronique de Marie Astier, toujours sur Reporterre.

© Danièle Boone