Stéphane Durand raconte la grande histoire de la nature

Stéphane Durand, biologiste et ornithologue, s’est livré avec beaucoup de verve, de poésie aussi, à un exercice peu banal. La nature est le personnage principal de ce récit qui couvre 20 000 ans d’histoire. On se laisse emporter dans ce voyage étonnant basé sur des données scientifiques. Au fil des pages et des périodes, le grand désert de glace fait place à l’abondance naturelle. Partout des arbres, des fleurs, des animaux, de l’eau vive…  Les bouleversements successifs n’ont jamais entamés l’incroyable énergie de la vie. Le dernier chapitre s’intitule : la grande régression. Celle-ci commence il y 8 000 ans environ lorsque surgissent l’éleveur et le cultivateur. 24 pages seulement avec l’homme donc, sur les 256 du livre ! Mais à quoi bon s’étendre sur l’épopée destructrice d’Homo sapiens que désormais tout le monde connaît ?

Comme Gilbert Cochet avec lequel Stéphane Durand a co-signé le très beau « Ré-ensauvageons la France » publié chez le même éditeur en avril dernier, l’auteur croit à l’immense capacité de résilience de la nature pour peu qu’on la laisse tranquille. Cette nouvelle manière d’envisager l’avenir irrigue la pensée naturaliste d’aujourd’hui. Oui, des espèces sont en train de disparaître, certaines ont même déjà disparu à cause de nous. Le constat est là. Aucune raison d’en être fier. Dans le même temps, certaines populations animales, des rapaces par exemple, sont de nouveau dans une dynamique ascendante. On a juste arrêté de les exterminer à coup de fusil, de poison et d’idées reçues. La question est maintenant de savoir « quels espaces de liberté sommes-nous prêts à laisser à la nature pour qu’elle puisse s’adapter, réagir, proposer des combinaisons nouvelles et surtout garder tout son potentiel évolutif et créatif. » Bref, en résumant à ma manière, je dirais : sommes nous prêt à lâcher prise (et nos peurs) pour que vive le sauvage ?

20 000 ans ou la grande histoire de la nature par Stéphane Durand. Actes sud, 256 pages, 22 €

© Danièle Boone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *