Un berceau très cocon

Oothèque de mante religieuse
Quelle est cette mystérieuse masse oblongue, arrondie à une extrémité et effilée de l’autre, qui ressemble un peu à de la mousse polyéruthane, accroché sur un rameau dénudé, une pierre, une planche en bois ou même du fer à béton ? Chanceux que vous êtes, vous avez la garde du berceau d’une mante religieuse ou, plus précisément, de son oothèque, « boîte à œufs » en grec. Pour la construire, la femelle sécrète à l’extrémité de son abdomen, un liquide marron, qu’elle bat vigoureusement avec deux appendices articulés. Les bulles d’air qui se mêlent au liquide produisent une mousse, comme des blancs  en neige, qui durcit rapidement au contact de l’air et adhère fortement au support. Les œufs jaunes, très allongés, sont régulièrement disposés au fur et à mesure de l’élaboration de l’oothèque. Ils n’occupent que la partie centrale et sont logés dans des cellules très étroitement accolées. Après plusieurs mois d’incubation, les larves qui ont déjà le look des adultes, sortiront par une belle journée ensoleillée.

Cette chronique est parue dans les 4 saisons n° 233 – novembre-décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *