Archives pour la catégorie Agricultures

Planète Nièvre – Abattoir de Corbigny, vers un autre modèle ?

C’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur parce qu’il concerne à la fois l’alimentation et le bien être animal. Le monde industriel s’est emparé de tout le vivant, y compris nous, en nous manipulant pour faire de nous de parfaits consommateurs. Face à la décision de Sicarev qui ne souhaite plus exploiter l’abattoir mucipal de Corbigny, la mairie, la communauté de communes, les éleveurs, les bouchers gèrent ensemble cette situation délicate. Un comité de pilotage a été constitué, un bureau d’étude a été nommé et la solution la plus viable apparaît devoir être locale avec une réorientation de l’élevage de proximité.

Par ailleurs, depuis quelques temps déjà, des éleveurs s’interrogent pour éviter à leurs animaux la souffrance de cette dernière étape. Nous avons assisté à un colloque sur l’abattage à la ferme à Tracy Saint-Loup en Saône et Loire organisé par Bio Bourgogne. La loi agriculture alimentation a prévu dans son article 73, la mise en place d’expérimentations d’abattoirs mobiles sur le territoire français, une très bonne nouvelle. Nous sommes incontestablement à un moment où, la prise de conscience citoyenne aidant, les changements de paradigmes sont en cours. C’est le sujet de cette émission.

 ☞ écouter l’émission

© Danièle Boone

Un manifeste pour la forêt

Rassemblement pour la forêt
Environ 2000 personnes ont participé à la marche pour la forêt initiée par l’intersyndicale de l’ONF (Office National des Forêts). Pendant un mois, les agents de l’ONF ont parcouru la France en suivant quatre chemins, depuis Mulhouse, Perpignan, Strasbourg et Valence. A chaque étape, des citoyens les ont accompagnés, hébergés. Ce fut aussi l’occasion d’organiser des projections du Temps des forêts de François-Xavier Drouet ou de Menaces sur la forêt, un documentaire de Benoit Grimont qui alertent sur l’industrialisation de la forêt. Les projections étaient suivies de débats toujours passionnants. Le public a ainsi pris conscience de cette réalité pour le moins inquiétante. Le rassemblement pour la forêt, une journée festive pour clôturer cette marche, a eu lieu à Saint-Bonnet-de-Tronçais jeudi 25 octobre. Le lieu est symbolique car au cœur d’un des plus belles chênaies d’Europe, créée par Colbert et, qui plus est, la patrie de François Terrasson, écologue, chercheur du Muséum National d’Histoire Naturelle qui nous a quitté en 2006, auteur entre autres, de La peur de la nature. 1500 personnes étaient présentes. Nombreux étaient les gardes de l’ONF, ce qui montre leur engagement. C’est bien que l’institution soit remise en question au sein d’elle-même, par ses membres, eux mêmes suivis par les citoyens. La journée s’est achevée avec la lecture et la signature d’un manifeste pour la forêt. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Marche pour la forêt

rassemblement forêt saint-bonnet de TronçaisPour alerter sur le devenir des forêts publiques, l’intersyndicale des personnels de l’ONF a décidé d’organiser une grande marche pour la forêt. La privatisation de la gestion des forêts publiques et son industrialisation sont les deux sujets qui fâchent. Les initiateurs de cette marche veulent sensibiliser le public qui, globalement, ignore ces problèmes. Pourtant les forêts jouent un rôle essentiel. Elles protègent notre eau, notre climat, nos paysages et la biodiversité. Elles approvisionnent la filière bois et surtout elles nous accueillent. Lieu de promenade et de ressourcement pour de nombreux citadins privés de nature, elle remplit une fonction bien particulière au niveau de l’imaginaire tant collectif qu’individuel. Bref, elle est indispensable dans l’équilibre du monde. Pourtant, aujourd’hui, elles sont menacées par les décisions de l’Office National des Forêts (ONF) et du Ministère de l’Agriculture. La marche pour la forêt qui a débuté le 17 septembre arrive bientôt à son terme. Quatre chemins partis de Mulhouse, Perpignan, Strasbourg et Valence convergent vers Saint Bonnet de Tronçais où la journée du jeudi 25 novembre sera entièrement dédiée à la forêt en présence de nombreuses associations de préservation de la nature. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Planète Nièvre : glyphosate, pourquoi tant de résistance ?

Le 15 septembre dernier, 42 députés sur 80 votants ont refusé d’inscrire dans la loi Alimentation/Agriculture, l’interdiction dans les trois ans du glyphosate, herbicide gravement toxique alors qu’une majorité  de français ont désormais pris conscience de la dangerosité des pesticides et souhaitent son interdiction. Pourquoi tant de résistance ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre. 

Pour cela nous avons exploré les arguments des pro-glyphosates qui souhaitent remplacer une molécule par une autre, argumentant également la mise en concurrence déloyale avec les autres céréaliers européens qui eux pourront utilisé l’herbicide pendant encore cinq ans ainsi que les différentes techniques pour s’en passer, labours profonds, rotations plus larges des cultures et aussi semis dans paillis. Nous nous sommes également interrogé sur le rôle ambigu des coopératives qui, à la fois, conseillent les agriculteurs adhérents, leurs vendent semences et produits phytosanitaires et leur achètent leur production, d’autant qu’elles se retrouvent aujourd’hui au sein des grands groupes de l’agroalimentaire qui eux mêmes investissent dans les pesticides. Enfin, nous avons constaté le rôle non négligeable de la mondialisation : pour être concurrentielles, les céréales à l’exportation doivent être produites au plus bas coût, ce que permet le glyphosate. Entre la santé des humains, la biodiversité et l’argent, une fois encore le choix a été fait au profit de l’argent !

écouter l’émission

© Danièle Boone

Planète Nièvre – Vignerons bios en Nièvre

Pour cette dernière émission de l’année, nous sommes allé à la rencontre des vins de Nièvre et surtout des vignerons passionnés et passionnants qui ne demandent qu’à partager leur enthousiasme. Ils travaillent en bio ou en biodynamie pour nous offrir des breuvages goûteux, bons pour nos papilles, pour notre santé et celle de la planète.

La Nièvre est riche de 5 vignobles : Pouilly sur Loire que l’on ne présente plus. Au Nord Ouest près de Cosne sur Loire, c’est le vignoble des Coteaux du Giennois, au centre ouest, autour de La Charité, les Côtes de la Charité, au Centre Nord près de Clamecy, les coteaux de Tannay et au sud à Livry, le vignoble du Rioussat

La vigne qui a bien failli disparaître (Phylloxera, prime à l’arrachage, remembrement). Seul le vignoble de Pouilly-sur-Loire réencépagé en Sauvignon et Chasselas, qui a obtenu son AOC en 1937, avait résisté. Aujourd’hui, parmi les quelques 220 vignerons du département, seulement sept ont opté pour le bio. En superficie, cela représente environ 60 hectares sur les quelques 1500 ha de vignes, soit 4 %.

Alexandre Bain Fabrice Barle, Frédéric Benzergua, Pierre Hervé et Jonathan Pabiot nous ont parlé de la conduite du vignoble en bio ou en biodynamie, les levures naturelles, les sulfites, etc…

écouter l’émission

© Danièle Boone