Archives pour la catégorie Agricultures

Notre terre : une journée d’échange France Mali à Rambouillet

notre-terreNotre terre est une. Et l’agriculture connaît les mêmes problèmes, les mêmes dérives dans les pays du sud comme dans ceux du Nord. Cette journée d’échanges entre la France et le Mali va se dérouler ce samedi 19 à Rambouillet. J’y animerai une table tonde sur la disparition des terres agricoles. Une autre table ronde sera consacrée aux semences. De fait, beaucoup  de questions sont communes aux agriculteurs maliens et français : qualité des semences, main mise sur le secteur agro-alimentaire par les industriels, recul des terres agricoles par l’avancée du désert, l’étalement urbain ou l’accaparement. Ce que l’on croyait hier réservé au pays du sud est en train de devenir également une réalité en Europe. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Tribunal Monsanto à La Haye

Monsanto est actuellement jugé à la Haye. De fait, il ne s’agit pas d’un procès mené devant une cour formelle et le jugement sera symbolique et non contraignant. Toutefois, ce tribunal est présidé par de vrais juges. L’un des objectifs des organisateurs  est de montrer la nécessité d’introduire le concept juridique d’écocide dans le droit international.  L’activiste indienne Vandana Shiva,  l’avocate française Corinne Lepage, de l’ancien rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation Olivier De Schutter font, entre autres, parti du comité d’organisation.

Bien sûr, la mise en danger de la santé publique sera au centre de ce procès. On sait aujourd’hui que le glyphosate passe par le placenta et atteint le fœtus. Il serait à l’origine de la véritable épidémie d’autisme qui règne aux États Unis et au Canada. Et chaque années, des milliers d’enfants et d’adultes sont contaminés par les pesticides dans le monde entier y compris en France avec pour conséquence cancers, leucémies, maladies auto immunes, etc. Générations futures, présidée par François Veillerette, a testé une journée de repas ordinaires, du petit-déjeuner au dîner. 36 pesticides différents ont été trouvés, 4 pesticides et jusqu’à dix résidus dans les salades et plus de 8 résidus dan le raisin.

Parmi les autres charges qui pèsent contre le géant de l’agrobusiness, la main mise sur le vivant en le brevetant et le harcèlement des agriculteurs. Parmi les témoins, Percy Schmeiser, un fermier canadien, accusé par Monsanto d’avoir utilisé des semences de colza OGM sans avoir acheté de licence. Après des années de poursuites judiciaires et de pression au quotidien, la Cour suprême de justice a donné raison à l’agriculteur. De fait, Monsanto qui possédait de sa propre force de police, faisait régner la terreur chez les agriculteurs et incitait notamment à la délation en échange de cadeaux.

Pour suivre le déroulé de ce procès fondamental, je vous invite à vous rendre sur le site de Reporterre ou celui des JNE (Association des Journalistes pour la Nature et l’Écologie)

© Danièle Boone

Les micro fermes, avenir de l’agriculture ?

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog de l’intérêt des micro-fermes qui sont une alternative viable au modèle agricole dominant qui pousse à l’agrandissement des exploitations et au recours systématique aux produits phytosanitaires. Reporterre publie une interview de François Léger, chercheur au sein d’une unité mixte Inra/AfroParis Tech. De 2011 à 2015, il a coordonné une étude sur la « performance économique du maraîchage biologique en permaculture » à la ferme du Bec Hellouin.  ☞ lire

A (re)lire également : Permaculture au Bec Hellouin paru sur ce blog.

© Danièle Boone

11 jeunes paysans pour une ferme du Limousin

Voilà encore une belle histoire que nous fait découvrir Reporterre, une aventure qui met du baume au cœur et qui montre que rien n’est impossible. Onze jeunes paysans diplômé de l’ISA (Institut supérieur d’agriculture) de Lille se sont installés sur une exploitation anciennement spécialisée en bovins-viande. Le choix du bio a été une évidence pour ce projet collectif. Désormais à la ferme de la Tournerie, on fait du maraîchage, des céréales, de l’élevage de chèvres, vaches et porcs, du pain, de la bière… et on privilégie la vente locale. A lire absolument ☞ ici

© Danièle Boone

Quand les multinationales prônent une agriculture climato-intelligente, nos décideurs y croient !

Près d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre seraient imputables à l’agriculture. Un chiffre inquiétant… et dérangeant. Car il englobe tous les systèmes de production, de l’agriculture « conventionnelle » à l’agriculture biologique, de l’élevage hors-sol à l’élevage pastoral, des monocultures industrielles aux petites fermes en polyculture-élevage. Alors que la responsabilité des agriculteurs dans le réchauffement climatique se retrouve pointée du doigt, des acteurs agro-industriels tirent profit de ces amalgames pour reverdir leur image.

De fait, les multinationales se servent du changement climatique pour imposer leur futur modèle agricole avec le concept nouveau d’une « agriculture climato-intelligente » pour produire plus et mieux… Dans les arènes des négociations sur le climat, elles sont dans les starting-blocks pour promouvoir des « engrais intelligents » et des plantes génétiquement modifiées tolérantes à la sécheresse. L’agro-industrie est en passe de remporter cette bataille sur l’agro-écologie, une victoire qui risque de coûter cher à notre santé, à l’environnement et … à nos portes-feuilles. En effet, ces lobbies ayant l’écoute des politiques,  sont champions pour récupérer un maximum de subventions donc l’argent de nos impôts ! Des chercheurs et des ONG tentent de renverser la donne.

Lire la suite de cette passionnante enquête signée Sophie Chapelle ici ☞ Bastamag.

© Danièle Boone