Archives pour la catégorie Sur le web

Voyagez-nous : la France en autostop

Anouk (originaire de Tours, 21 ans, diplômée d’un IUT Carrières sociales, option Gestion urbaine et solidarités à Bordeaux) et Pierre-Élie (originaire de Barbezieux en Charente, diplômé de Sciences Po Bordeaux, master Développement des entreprises de l’économie sociale et solidaire), ont décidé de consacrer neuf mois à la visite de la France, en stop et sans argent, dans le but de découvrir le pays et ses habitants. Ils se sont mis en route le 2 octobre 2017 à Cieux près de Limoges. Depuis, ils ont parcouru plus de 12 000 kilomètres dans 70 départements. Ils ont encore trois mois devant eux.

« La plupart de temps, ce sont nos conducteurs qui nous hébergent, mais lorsque ce n’est pas le cas, nous demandons aux passants sur les trottoirs, et il ne faut jamais plus de trois demandes pour trouver un toit ! »  Enfin, avec l’association L’enfant@l’hôpital, ils relaient leur voyage chaque semaine avec 4 classes d’enfants en situation d’exclusion scolaire.

L’aventure n’est pas finie mais d’ores et déjà, le message se dessine : être dans la confiance. Leur expérience contredit l’image d’une France fermée, raciste, égoïste, individualiste. « On nous demande les galères (2 ou 3) et les mauvaises rencontres (0), mais nous, ce qu’on voit, ce sont des Françaises et des Français prêts à ouvrir leur porte à deux inconnus, à nous intégrer dans leur quotidien et à partager leur histoire. » A leur retour, ils restituerons leur voyage au cœur de l’humain dans des conférences. A suivre donc.

☞ leur blog

© Danièle Boone

Emmanuel Macron impose le secret des affaires

Au pas de course, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi visant à protéger le « secret des affaires ». La loi a étendu ce « secret » au-delà du strict cadre commercial, menaçant journalistes et lanceurs d’alerte. En utilisant une « procédure accélérée », le gouvernement fait passer en force cette proposition de loi très controversée qui menace la liberté d’informer.

☞ plus d’infos : lire l’article de Maxime Lerolle paru sur Reporterre

© Danièle Boone

Une « piscine » géante pour les déchets nucléaires à Belleville-sur-Loire

Le gouvernement a décidé de privilégier l’électricité nucléaire plutôt que d’investir dans les énergies renouvelables. La raison : l’énergie nucléaire est une énergie décarbonnée. Certes bonne pour le climat et le bilan carbone de la France mais quid des tonnes de déchets radioactifs hyper dangereux ? Comme on ne sait pas quoi en faire, on les stocke. Et voilà qu’on apprend que EDF et l’ASN réfléchissent dans la plus grande opacité à un nouveau bassin de stockage, une « piscine » de combustibles usés, brûlants et hautement radioactifs à Belleville-sur-Loire. Celles de la Hague débordent ! L’entreposage en piscine de matières radioactives est risqué. Les assemblages doivent être refroidis en permanence sous plusieurs mètres d’eau, sous peine de s’échauffer et de rejeter d’énormes quantités de matières radioactives dans l’atmosphère.

☞  lire l’article d’Émilie Massemin paru sur Reporterre
☞ Sur ce blog Planète Nièvre spécial Belleville-sur-Loire

© Danièle Boone

Réseaux intelligents : une tribune sur Reporterre

Cette tribune sur les réseaux intelligents parue sur Reporterre, fait écho à notre émission sur le Linky. A partir du constat que sur tout le territoire français comme dans le monde entier se superposent et se multiplient les réseaux, infrastructures de transport d’hommes, de marchandises, d’énergie, d’informations, Jean-Baptiste Vidalou, l’auteur de cette tribune décrit l’imaginaire gestionnaire et technocratique sous-jacent à cette frénésie d’« aménagement ». C’est pourquoi je vous en conseille la lecture ☞  ici

A lire également sur Reporterre : Hulot autorise le GCO de Strasbourg au mépris du Conseil de la nature, article paru hier ☞ ici . En prenant cette décision malgré l’avis défavorable émis par le Conseil national de la protection de la nature, le ministre se renie lui-même. Pour moi, c’est évident, mais ce n’est pas dit dans l’article car subjectif, ce contournement autoroutier consenti à Vinci est indirectement une compensation  au chantier de Notre-Dame-des-Landes  perdu par le groupe !

© Danièle Boone

Phytoépuration

Les stations d’épuration par les plantes sont une solution alternative pour le traitement des eaux usées. Les stations d’épuration classiques, où s’accumulent des boues concentrant les polluants, ne sont pas en effet les seuls systèmes à pouvoir être installés pour traiter les eaux usées. Des communes, mais aussi des particuliers,choisissent de nettoyer leurs eaux grâce à des filtres plantés qui reproduisent les systèmes d’épuration naturels existant dans les zones humides. Bien qu’exigeante à mettre en œuvre, cette phytoépuration est souvent plus performante. Et favorise parfois une réduction des quantités d’eau consommées.

☞ lire l’article de Nolwenn Weiler paru sur Bastamag

© Danièle Boone