Archives pour la catégorie Sur le web

Entretien avec Pierre Rabhi

PIerre RabhiA une semaine des élections, je vous invite à écouter Pierre Rabhi s’entretenir de l’état du monde avec Hervé Kempf sur Reporterre.net.

☞ écouter l’interview

© Danièle Boone

Linky, indiscret et sans scrupule

Linky vendra les données de votre vie, ainsi s’intitule la tribune édifiante de Nicolas Bérard paru sur Reporterre. Linky, qu’Enerdis veut installer chez tout le monde, n’est pas en effet un simple compteur électrique. Il permettra de récolter des données sur la vie des consommateurs, des données commercialisables sur le marché des « big data ». Nicolas Bérard sait ce dont il parle puisqu’il vient de sortir un livre, Sexy Linky ? qui vient de paraître aux éditions L’Âge de faire.

Le Big Data (littéralement « grosses données ») n’est pas un fantasme pour auteur de science-fiction. Quoique discrète, c’est une révolution qui a déjà bouleversé l’économie mondiale. Toute cette collecte va servir à faire du profilage. Elle va permettre de mesurer, classifier, quantifier, faire rentrer des personnes dans des catégories pour mieux les cibler, mais aussi de croiser les informations, déduire, interpréter, prédire et influencer. En pratique, cela veut dire que si votre réfrigérateur consomme trop, vous pourriez bien voir débarquer chez vous un « représentant » qui vous propose un modèle plus économique.

Cette manipulation de nos vies privées est insupportable mais elle rapporte aux manipulateurs des milliards de dollar. « Le nouvel eldorado numérique est lié lié à la collecte massive d’informations. Tous les modèles économiques sont basés sur l’exploitation des données. Nous ne sommes plus dans une économie de service, mais dans l’économie de la donnée. Le but est d’en avoir le plus possible et de les exploiter. » affirme Solange Ghernaouti, experte internationale en cybersécurité cités dans l’article.

lire l’article paru sur Reporterre.net

© Danièle Boone

 

Les technologies bouleversent le quotidien pour mieux conserver le système

Robotique, objets connectés, bio et nanotechnologies, chimie de synthèse… l’innovation est le principal moteur de la croissance qui dévore la planète. Les candidats à la présidentielle acceptent tous le caractère inéluctable de ce développement technoscientifique. Pourtant, explique la journaliste Cécile Izoard, auteur d’une tribune parue sur Reporterre.net, l’obsession de l’innovation précipite la destruction de la planète. Il faut contester la technologie.

☞ lire la tribune de Cécile Izoard

© Danièle Boone

Rhabillons nous !

On a tenté de faire les soldes… mais notre conscience sociale et environnementale nous a rattrapés, tel est le titre de l’article de Marie Astier publié sur Reporterre.net. En effet, jusqu’au 21 février, les enseignes vivent à l’heure des soldes et de la consommation frénétique. En négligeant les impacts sociaux et environnementaux de l’industrie mondiale de l’habillement, dont la production a doublé depuis l’an 2000. L’enquête de Marie Astier sur l’industrie de l’habillement, la lecture des étiquettes et notre consommation boulimique est à lire.

Pour ma part, j’ai cédé à l’unique tentation d’un bon pull 100% laine fabriqué en Irlande. La remise n’était que de 20%, l’achat était encore onéreux mais ce pull est hyper chaud, je vis à la campagne et je vais le porter de nombreuses années. Mais je dois faire quand même mon mea culpa de consumériste : j’aurais pu m’en passer !

☞ lire l’article de Marie Astier

© Danièle Boone

Des maladies mortelles surgissent du permafrost qui fond

À l’heure où les Américains viennent d’élire un président climato-sceptique, un article publié dans Scientific American révèle que des maladies mortelles surgissent du permafrost qui fond à cause du réchauffement climatique. En effet, beaucoup d’agents infectieux et de virus sont capables de résister au temps et à des températures très basses.  Dans l’extrême nord sibérien, un enfant d’une douzaine d’années est mort l’été dernier d’une contamination, résultant du dégel du permafrost (pergélisol) causé par le réchauffement du climat. en fondant, le sous-sol a libéré le bacille de l’anthrax qui a entrainé le décès de ce garçon, malgré les soins qui lui ont été donnés. Des centaines de personnes auraient été hospitalisées et plus de 2300 rennes auraient péri au contact de la bactérie Bacillus anthracis qui provoque la maladie du charbon devenue pourtant extrêmement rare.

☞ lire l’article de Claude-Marie Vadrot paru dans Politis