Archives pour la catégorie Voir, lire, écouter

Planète Nièvre : Captages Grenelle : l’eau coule-t-elle de source ?

Ouvrir son robinet et faire couler de l’eau, ça coule de source. Et pourtant derrière ce geste quotidien qui semble évident, il y a de multiples enjeux. Qui s’interroge dans nos pays de nantis ?  D’où vient l’eau que nous buvons ? Quel a été son cheminement ? Comment sa potabilité est-elle obtenue ? Comment protéger cette ressource indispensable à la vie ?

Dans les dernières années du 20ème siécle, on a réalisé que la qualité des eaux, rivières et nappes souterraines se dégradait en raison des pollutions domestiques, industrielles et agricoles. C’est pourquoi en 2000, une directive européenne a imposé aux États membres de protéger leurs ressources en eau pour limiter les traitements de potabilisation et surtout œuvrer à la restauration de leur qualité au point de prélèvement grâce à des périmètres de protection  mis en place autour des puits de captage. La loi Grenelle 1 a imposé la mise en oeuvre de plans d’action pour protéger les captages les plus pollués en France dit captage grenelle. Sur les quelques 320 captages que compte la Nièvre, 8 sont classés grenelle.

Nous avons rencontrés des acteurs du terrain qui prennent très à cœur de fournir à tous une eau potable qui reste accessible au niveau du prix.
• Thierry Guyot, président du SIAPA, Syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable et en assainissement, de Prémery
• Blandine Delaporte, vice présidente du Conseil départemental en charge de l’environnement, du développement durable et du dialogue citoyen
• François Thomas, chef du service eau du Conseil départemental de la Nièvre
• Lison Delsalle, animatrice agro environnement en charge des captages Grenelle autour de Clamecy
• Carolyne Goin, ingénieur du génie sanitaire, responsable de l’unité territoriale santé environnement 58.

écouter l’émission

© Danièle Boone

Linky : le meilleur des mondes ?

Le compteur communicant Linky est en cours d’installation dans les foyers français. Enedis, filiale à 100% de EDF, chargé de son installation, nous promet monts et merveilles : un compteur qui, grâce au suivi des consommations en direct, va nous aider à mieux gérer notre consommation et donc à faire des économies, une facturation sur une consommation réelle et non plus estimée, plus de relève, des pannes détectées à distance. Ses détracteurs lui reprochent d’être intrusif et d’inonder notre quotidien d’ondes nocives. Pour cette nouvelle émission Planète Nièvre, nous avons mené l’enquête en interviewant notamment Sylvie Cantrel-Anne, directrice d’Enedis Nièvre et Christophe Bolard de l’association Priartem spécialisée sur les risques liés aux technologies Electromagnétiques.

lire la suite
écouter l’émission

L’économe symbiotique par Isabelle Delannoy

Economie-symbiotiqueVoilà un livre paru chez Actes Sud à découvrir  absolument au seuil d’une nouvelle année, moment traditionnellement plein de bonnes résolutions. C’est quoi l’économie symbiotique ? Une économie qui couple les activités humaines avec la croissance des écosystèmes et des liens sociaux, nous explique Isabelle Delannoy. La richesse naît de la coopération et non plus uniquement de la compétition. L’horizontalité et la gouvernance coopérative sont à la base de cette nouvelle économie en émergence dans le monde entier. C’est assurément une vraie révolution, une autre façon de voir et de vivre la vie qu’il faudrait appliquer au plus vite. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Mais pourquoi j’ai acheté tout ça ?

RousseauL’obsolescence programmée et son corollaire, la surconsommation, vous connaissez ? En énergie, en eau et, surtout, en bien matériels, elle a un impact désastreux sur la planète. Dans le récit d’Élise Rousseau, tout commence avec une radio qui tombe en panne quelques jours après l’expiration de sa garantie. La narratrice, toujours accompagnée de sa fidèle poule – de fait, Élise et moi partageons une même passion pour les poules ! – prend alors conscience de ce qu’est l’obsolescence programmée et la surconsommation. Les autres personnages : le monstre dégoulinant de la surconsommation et le grand lièvre tout speed, avec sa corde au cou, avatar de l’obsolescence programmée. Bref, un conte pas de Noël vu que cette fête a perdu son sens initial et est devenue celle de la consommation ! ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Vignerons bios en Nièvre

Pour cette dernière émission de l’année, nous sommes allé à la rencontre des vins de Nièvre et surtout des vignerons passionnés et passionnants qui ne demandent qu’à partager leur enthousiasme. Ils travaillent en bio ou en biodynamie pour nous offrir des breuvages goûteux, bons pour nos papilles, pour notre santé et celle de la planète.

La Nièvre est riche de 5 vignobles : Pouilly sur Loire que l’on ne présente plus. Au Nord Ouest près de Cosne sur Loire, c’est le vignoble des Coteaux du Giennois, au centre ouest, autour de La Charité, les Côtes de la Charité, au Centre Nord près de Clamecy, les coteaux de Tannay et au sud à Livry, le vignoble du Rioussat

La vigne qui a bien failli disparaître (Phylloxera, prime à l’arrachage, remembrement). Seul le vignoble de Pouilly-sur-Loire réencépagé en Sauvignon et Chasselas, qui a obtenu son AOC en 1937, avait résisté. Aujourd’hui, parmi les quelques 220 vignerons du département, seulement sept ont opté pour le bio. En superficie, cela représente environ 60 hectares sur les quelques 1500 ha de vignes, soit 4 %.

Alexandre Bain Fabrice Barle, Frédéric Benzergua, Pierre Hervé et Jonathan Pabiot nous ont parlé de la conduite du vignoble en bio ou en biodynamie, les levures naturelles, les sulfites, etc…

écouter l’émission

© Danièle Boone