Le paradis est à Névache

Le Vernay dans la vallée de la Clarée

Une semaine dans un chalet d’alpage (celui qui est sur la photo, un chalet privé qui n’est pas à louer) au-dessus du petit village de Névache, dans les Hautes Alpes, c’est assurément renouer avec l’essentiel. Lever avec le soleil, coucher avec la lune… Balade à l’aube lorsque la lumière s’élève doucement dans la vallée encore embrumée, observation de la faune, des splendides circaètes Jean Le Blanc aux marmottes en passant par les chevreuils, les passereaux en tout genre et le très nombreux petit peuple des prairies, criquets, sauterelles, araignées, papillons…

Vallée de la Clarée

Le soleil pénètre dans la vallée assez tardivement. Vers sept heures, les premiers rayons traversent la brume du petit matin. C’est l’heure où l’on peut apercevoir toute la faune nocturne dans ses dernières activités avant d’aller dormir, les mammifères notamment. Ce matin, le clin d’œil de bienvenue de la nature est une jeune chevrette.

Chevrette

Très craintifs, les chevreuils détalent dès qu’ils reniflent un homme et ils peuvent le détecter à plus de cent mètres! Le vent, aujourd’hui, doit m’être favorable. De plus, comme je me suis assise par terre, cette chevrette dont la vue, comme tous ses congénères est très mauvaise, ne me distingue certainement pas. Elle semble néanmoins intriguée et regarde dans ma direction. Elle ne fait pas un pas vers moi mais bientôt, tranquillisée par mon immobilité, se met à déguster quelques herbes puis s’éloigne lentement.

Pie grièche

Dans la nature, dresser l’oreille est essentiel. Au petit matin, les oiseaux s’en donnent à cœur joie, un vrai concours de chant. De fait, ce sont les mâles qui délimitent leur territoire. Dans la vallée de la Clarée, j’ai vu plein de beaux passereaux: les précieuses rémiz penduline , les jolies fauvettes passerinettes et même des pies grièches (photo).

Roses des Alpes

La fin de matinée est le moment idéal pour observer les insectes. Comme il fait encore frais, ces animaux à température variable sont encore passablement endormis. Les fleurs sont leur domaine de prédilection.

Epeire - Ceropegia araneaVéritable bijou, la Ceropegia Aranea est la seule épeire que l’on trouve communément en haute montagne. Elle tisse une toile géométrique entre les plantes à tiges suffisamment hautes et installe souvent son repaire sur une fleur.

GuêpeCette guêpe butine avec passion les petites fleurs blanches groupées en têtes oblongue d’un panicaut bleu des Alpes plus connu sous son nom de chardon bleu. Cette plante très photogénique est très appréciée des insectes pollinisateurs!

Longicorne Les églantines (ou roses) des Alpes attirent elles-aussi d’innombrables petites bêtes comme ce beau longicorne, famille de coléoptères qui a pour particularité d’arborer de longues antennes.blancblanc
Balade dans l’alpage

Au bord des chemins et dans les prairies, il y a plein de fleurs, et, virevoltant de l’une à l’autre, des tas de papillons. Ce sont les insectes les plus spectaculaires. Si on les regarde au microscope, on s’aperçoit que leurs ailes sont composées de minuscules petites écailles. Leurs couleurs vives et leurs mouvements gracieux séduisent. Ne négligez pas ceux qui n’arborent pas une robe voyante. Les phalènes apparemment grisâtres montrent de près des teintes d’une infinie délicatesse. Bruns, gris et jaunes éteints forment souvent de somptueux dessins.

Papillons dans les prairies d’alpage

Quelques mots pour la zygène (photo milieu) noire avec des points rouges. Elle possède de grandes antennes renflées en un élégant fuseau courbé. Les zygènes sont facile à observer. Elles sont d’une placidité incroyable et ne cherchent ni à se cacher, ni à trouver leur salut dans une fuite rapide. Leur secret: leur corps contient du cyanure, dangereux poison. Et comme la nature est bien faite, elles se signalent justement par leurs couleurs vives qui, pour les oiseaux signifient « Attention danger »!

Cascade de Fontcouverte

La Clarée s’offre en spectacle dans une chute de près de trente mètres, la cascade de Fontcouverte.

Allée de mélèzes

Le mélèze est l’arbre de la vallée. Il aime avoir les pieds au frais et la tête au soleil. Ses aiguilles se concentrent par touffes composées de 35 à 40 aiguilles le long des rameaux. Il les perd en hiver. Son bois est imputrescible et son bois de cœur, de bonne qualité. Il est traditionnellement utilisé pour les bardeaux destinés aux toits des maisons. Beaucoup de chalets d’alpages en arborent encore.

Circaète Jean-le-Blanc

Lorsque la chaleur monte en début d’après-midi, les rapaces apparaissent. Ils profitent des mouvements ascendants pour s’élever sans effort. Chaque jour, un couple de circaètes Jean-le-Blanc vient chasser au-dessus du chalet, parfois, il est accompagné par le jeune de l’année. Mais le plus souvent celui-ci s’aventure seul. Il apparaît plus tôt que ses parents. Il n’est pas rare qu’il s’installe sur la cime d’un arbre. L’observer à la jumelle scruter le sol à 360° degré pour tenter de repérer une proie puis le voir s’envoler pour chasser fait partie de ces spectacles d’une rare beauté et totalement gratuit offerts par la nature. Une fois, une corneille est venue se poser près de lui. L’aigle irrité s’est envolé, a fait des tours circulaires puis est revenu se poser au sommet d’un sapin voisin esseulé au milieu des mélèzes.
Un après-midi, les circaètes ont désertés. A leur place, est venu un couple de buses tout aussi impressionnants. Un après-midi, du côté du pont de la Souchère, j’ai regardé chasser un faucon crécerelle. Deux fois, je l’ai vu plongé, rapide et précis mais la chance ce jour là n’était pas au rendez-vous. Le petit rongeur visé avait réussi à lui échapper.
Tout autour de notre chalet, vivent des marmottes. C’est leur cri d’alerte strident qui chaque jour, nous annonce l’arrivée des rapaces.

Marmottes

Lorsque la lumière s’adoucit, les marmottes sortent prendre l’air. Ce très gros rongeur vit entre 1000 et 3000 mètres, dans les alpages ensoleillés, entre pierres et éboulis. Elles creusent leur terrier à multiples entrées dont elles ne sont jamais bien loin. Au crie de la vigie, elles disparaissent en un clin d’œil.
A cette époque de l’année, elles commencent déjà à bien s’arrondir en prévision des longs mois d’hiver qu’elles vont passer à dormir sous terre. Pendant leur hibernation, elles perdront en effet, plus d’un tiers de leur poids.

Le village de Névache

Des chapelles s’égrènent au long de la route qui descend de Fontcouverte jusqu’à Névache. Expression de la foi, besoin de s’assurer de la protection d’un saint ou exécution d’un vœu. Chaque hameau d’alpage se devait d’avoir en son centre ou tout près un lieu de culte où on se rassemblait le soir pour la prière. Une fois par an, la messe y était célébrée pour les défunts de la famille du fondateur. C’était en principe le plus gros propriétaire de l’endroit et s’ils étaient plusieurs à revendiquer ce privilège, ils en construisaient chacun une.

Eglise

L’église de Névache a été fondée par Charles VIII en 1490. Avec son architecture harmonieuse et sa décoration délicates enrichies au fil des siècles, depuis les fresques du XVIe siècle jusqu’à son grand autel baroque, elle vaut le détour.

Juste avant l’orage

Ce soir là, la vallée a pris des couleurs incroyables, de plus en plus apocalyptique au fur et à mesure de l’approche de l’orage. Bientôt des éclairs ont transpercés les nuages noirs. Nous nous sommes réfugiés auprès de la cheminée pour une soirée légèrement inquiète. Le lendemain, nous apprendrons que la vallée voisine a été très touchée avec notamment un effondrement de la route!

Y aller:
TGV jusqu’à Bardonèche (Italie). De là, une navette conduit à Névache par le col de l’Echelle.
Se renseigner:
Office de Tourisme Névache la Clarée
05100 NEVACHE
Tél.: 04 92 21 38 19 Fax : 04 92 20 51 72
E-mail

A lire aussi: Le paradis est toujours à Névache – séjour 2009

© Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte et des photos est soumise à autorisation

Retour page d’accueil.

13 Responses to Le paradis est à Névache

  1. jean-pierre et colette

    Nous avons découvert la vallée de la Clarée il y a plus de 40 ans. Nous y passions en randonnée itinérante et ce fut le coup de foudre. Depuis, tous les ans, en été et seulement 3 ou 4 fois en hiver, nous y retournons. Quel bonheur de se retrouver à Lacha, au milieu des prairies fleuries et entourés de ces sommets encore enneigés. Il n’y a pas assez de mots pour décrire notre joie et notre bonheur quand nous arrivons à Névache. Dès le dernier virage de la route après Plampinet, nous découvrons l’aiguille rouge et arrive à nos yeux toute une enfilade de sommets tous connus et arpentés maintes fois. Au Pont de la Souchère, nous arrivons « chez nous » dans ce merveilleux chalet que les propriétaires acceptent de nous louer depuis plus de 20 ans, Et là c’est le bonheur attendu toute une année. Une vie simple, paisible dans un environnement exceptionnel qui, nous l’espérons, sera conservé. On peut le dire, cette vallée est vraiment notre paradis.

  2. Ginette de Lacha

    Belle vallée de la Clarée!!! j’ai la chance et le très grand bonheur d’y posséder un chalet. (qui n’est pas à louer) C’est toujours avec le coeur plein de joie et un peu serré quand même (l’hiver, le froid, la neige n’ont ils pas fait de dégâts) que je reprends mes quartiers d’été dans ce magnifique paysage, si changeant au cours de la saison. Les marmottes sont nos voisines, mais aussi les vipères (gare au museau de mon chien fouineur, et aussi aux pieds des touristes en « savates ». Je ne peux malheureusement pas y venir l’hiver, la vie y serait trop compliquée… les jeunes peut-être tenteront un essai de survie…pour voir. Je dis donc : dors mon beau chalet sous la neige, résiste au vent, pour que je te retrouve toujours si accueillant, les beaux jours venus!!!!

  3. Bonjour, je me suis rendu à Névache avec mes parents lorsque je devais avoir 14 ans, c’était la semaine de Noël et nous avons assisté à une magnifique messe de minuit, balades en ski de fond, randos en raquette, j’en garde un merveilleux souvenir.

  4. Magnifique vallée que la vallée de Névache ….. j’y ai sejourné pendant les étés de 56 à 75 dans le chalet que mes parents louaient à la Famille Donzel (2em photo, chalet de droite). J’y suis retourné dernièrement avec un immense plaisr …. que du bonheur cette région.
    Merci pour vos photos

  5. Merci Dominique pour l’info,
    nous prendrons le matériel et verrons sur place comment ça se présente (on ne sait jamais)
    même si nous ne sommes pas des pros du ski de fond, nous sommes aussi assez sportifs et n’avons pas les deux pieds dans le même sabot, donc question temps… ça devrait aller. Je vous tiens au courant
    A bientôt

  6. Oui, évidemment que c’est possible d’aller jusqu’à Foncouverte, et même jusqu’aux chalets de Laval, la piste est parfaitement damée, il y fait beau, et il y a beaucoup de neige.
    Avec mon amie, nous avons mis 4h30 à pieds (pas besoin de raquettes, elles embarassent) du roubion au chalet de Jadis, pause pic nic incluse, dimanche dernier.
    Bon, nous sommes de bons sportifs, alors, ajoutez 1 bonne heure, en partant vers 10h30, vous serez de retour 17 heures…. Bonne balade, et bon courage

  7. Bonjour,
    je connais la vallée depuis environ 30 ans l’été, et cette année, nous avons décidé avec mon mari de faire une « petite » virée à ski de fond/ raquettes jusqu’aux cascades de Fontcouverte : est-ce raisonnable, possible…? En combien de temps?
    Ca nous tient à cœur depuis longtemps et c’est déjà notre lieu de pélerinage chaque fois que nous venons en été
    A bientôt

    ——————————————————————————————-
    Malheureusement, je ne vais dans la Vallée que l’été et je ne peux pas vous répondre.
    Appelez l’office de tourisme: 04 92 20 02 20

  8. décidément, on se retrouve dans les même lieux, c’est dans cette vallée merveilleuse que j’ai commencé à faire du ski de fond malheureusement tout était déjà complet, et nous avons du nous contenter de la cléda!! mais c’était tellement grandiose qu’on a oublié la soupe à l’eau , les nouilles et le poulet de cantine.

  9. EUDELINE Claire

    Merci Danièle pour ces superbes photos !
    Je suis une adhérente (de longue date) du CORIF et ne t’y ai jamais rencontré ! peut-être samedi prochain à l’A.G ?
    Je suis tombée en amour pour la vallée de Névache rencontrée en 1977 pour y faire de superbes balades à ski de fond et l’été parmi les fleurs et ce pendant plus de 15 ans. Cette vallée est magique !
    Qui serait partant(e) pour aller y marcher en juin/ début juillet prochain ?
    A bientôt le plaisir de faire ta connaissance Danièle !
    Claire (Paris 15ème)
    06 88 33 08 38

  10. Bonjour,
    je souhaite me rendre à nevache pour écrire, je suis écrivain et aime beaucoup la montagne, pouvez-vous me donner les coordonnées de ce chalet ?
    Merci d’avance
    Stéphanie lupo
    06 68 36 71 93

  11. Les deux premières photos, et encore plus la dernière, plus que toutes les autres, donnent terriblement envie d’aller à la découverte de ce paradis.
    Non seulement on trouve une foule d’informations intéressantes et utiles dans ce texte, mais comme il est évocateur !
    Danièle, tu as un incontestable talent de narratrice, bravo !

  12. lavenelle eve

    bonjour
    peux tu me donner les coordonnées de ce chalet a louer je connais nevache et cherche une location sympa
    merci

  13. Bonjour Danièle c’est très curieux car je suis allé à Névache il y a deux ans dans le chalet d’un pote. Que deviens tu ? Je regarde ton site quelques fois.Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *