Les mygales de Fontainebleau

Avoir le plaisir d’aller observer la nature en compagnie d’un scientifique du Museum, voilà un privilège offert à tous pour la fête de la nature. Nous étions une bonne dizaine ce samedi de bon matin – 8 heures – à nous retrouver en forêt de Fontainebleau avec Christine Rollard, aranéologue c’est à dire, spécialiste des araignées.

© Danièle Boone

Avec beaucoup de pédagogie, Christine Rollard nous a initié à cet univers particulièrement méconnu. Nous leur attribuons bien des maux aux araignées, notamment ces traces ou rougeurs sur la peau le matin au réveil. Et bien, c’est une idée reçue dont il faudrait se débarrasser au plus vite. De fait, elles résultent le plus souvent d’acariens qui font partie eux-aussi de la grande famille des arachnides. Il faut dire que c’est d’autant plus compliqué que les noms sont parfois trompeurs ainsi justement la minuscule araignée rouge n’est pas une araignée mais un acarien! Autres pièges: les faucheux, vous savez ces bestioles avec un petit corps rond et des longues pattes très fines. Tous les néophytes les nomment araignée mais ce sont des opilions. Ils sont dépourvus de venin et ne produisent pas de soie.

Quant aux mygales, elles engendrent tous les fantasmes… Erreur, nous fait remarquer Christine Rollard. Les mygales ne sont pas toutes des grosses araignées noires des Tropiques. La plus petite d’entre ne mesure que 5 mm. Et saviez-vous qu’une vingtaine d’entre elles sont européennes? Une espèce vit même dans la forêt de Fontainebleau. Et oui! Elle est dite « mygale à chaussette » parce qu’elle se tricote une chaussette de soie dans laquelle elle vit. Nous avons peu de chance de la rencontrer par hasard. Terricole, elle vit sous terre. Elle s’installe généralement au pied des arbres, protégée par les racines. Un tiers de la chaussette est à l’extérieur de la terre. Lorsqu’une proie vient à passer, la mygale se précipite, la paralyse avec son venin et quand plus rien ne bouge, elle ouvre sa chaussette, tire son déjeuner à l’intérieur et referme bien vite la déchirure.

© Danièle Boone

Christine nous a appris à reconnaître les chaussettes. Elle en a extrait une du sol, bien méticuleusement. Et la mygale a fini par apparaître! Contrairement à l’idée reçue, les araignées, quelle que soit leur espèce ne piquent pas mais mordent lorsqu’elle se sente en danger, uniquement pour se défendre mais nous sommes totalement disproportionnés par rapport aux petites araignées que de fait, elles sont donc vraiment inoffensives. Et le venin? Elles l’utilisent uniquement pour paralyser et tuer leur proies, donc pour se nourrir. Il ne faut jamais les prendre avec les doigts car d’une part elles peuvent se sentir agressées mais aussi, leur corps mou étant très fragile, on peut les écraser. Leur offrir sa main comme support est donc sans danger. Bien sûr, bien sûr, il faut dépasser toutes ces frayeurs véhiculées depuis de génération en génération.

© Danièle Boone

Il existe au moins 1 500 espèces en France et parfois si petites qu’il faut ruser pour les découvrir. Il existe plusieurs techniques de chasse: le fauchage, le parapluie japonais, l’aspirateur à bouche… Une fois la récolte faite, le plus simple est de placer l’araignée dans un tube transparent soit en la faisant glisser, soit en l’aspirant. Ainsi, on peut l’observer à loisir. Et là, les surprises commencent. Elles sont souvent magnifiques, avec des jolies couleurs même sous nos latitudes. Et en plus, comme elles se nourrissent essentiellement d’insectes, elles sont aussi très utiles, de véritables insecticides naturels!

© Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte ou des photos est soumise à autorisation

Retour page d’accueil

6 Responses to Les mygales de Fontainebleau

  1. Une balade avec Christine… ça doit être chouette !!
    Des Mygales à l’intérieur ??? Ce doit être des araignées-sauteuses, inoffensives, Fanny… faudrait les prendre en photo ! Idem pour Séverine… un photo !
    Merci pour ce partage !
    Richard

  2. bonjour je cherche des livres complet sur les mygales et araignées pouvez vous svp me donner quelques titres de livres ou de maison d’édition.merci a vous et bon tissage

    ——————————————————————————-
    Voilà deux ouvrages – de fait, il n’existe pas beaucoup de livres sur les araignées.

    – Guide des araignées de France – Delachaux et Niestlé
    – Les araignées par Yves Masiac – Editions de Vecchi

  3. J’adore ça, c’est très intelligent et très rusée une araignée ! Et très important pour l’équilibre écologique ! Protégeons les ! Les petites bêtes mangent pas les grosses ! lol !

  4. Je vis en appartement (dans le 94), et je vois souvent de petites mygales (entre 2 et 5 mm) se ballader un peu partout. Une fois par contre, il y en avait une de 2 ou 3 cm au plafond, je l’ai mise dehors. Elles sont noires avec un fin trait blanc sur le dos; j’en ai déjà vu sauter sur de petits moucherons, donc je les laisse se promener, mais peuvent-elles me mordre?

  5. Gopauloo Séverine

    Cette mygale vit aussi dans les maisons, j’ai déjà à plusieurs reprise pu l’observer chez moi (j’habite en lisière de forêt de Fontainebleau) , avec les photos de votre bloc j’ai enfin pu identifier la mygale de Fontainebleau.

    Réponse: à ma connaissance, elle ne vit pas dans les maisons. A l’occasion, je demanderai à Christine Rollard et vous tiendrais au courant. Avez-vous une photo?

  6. Billet passionnant… mais je n’éprouve pas encore de la sympathie pour toutes ces petites bêtes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *