Une nouvelle formule pour les 4 saisons

4 saisonsLe magazine de Terre Vivante auquel je collabore a fait peau neuve : format agrandi, maquette aérée, nouvelles rubriques. La base line indique « Jardin Bio, Permaculture et Alternatives » affirmant ainsi la volonté du magazine à suivre les voies expérimentales du jardinage et au delà, de l’habitat, de la nourriture… bref de tout ce est en mouvement positif. Certes les 4 saisons ont toujours été attentifs mais ces thèmes seront désormais abordé plus systématiquement. La permaculture, régulièrement traitée dans l’ancienne formule, a maintenant une place à part entière puisque dans chaque numéro, une double page sur le sujet est réalisée par Joseph Chauffrey et, dans une autre double page, Carine Mayo assure la partie  » ville » où les initiatives foisonnent ? A noter également une double page Jardin naturel où l’on découvre la faune et la flore du jardin, comment la favoriser et surtout comment la préserver, et c’est là où j’interviens. Rappelons que les 4 saisons est le seul magazine à posséder un jardin expérimental et que tous ses collaborateurs pratiquent. Les experts savent donc de quoi ils causent !

© Danièle Boone

Un vautour percnoptère assassiné !

 Les parents du jeune vautour assassiné © FRAPNA

Un oiseau assassiné? Non le terme n’est pas trop fort. Un jeune vautour percnoptère, espèce très rare et strictement protégée a été trouvé criblé de plombs à Sarrians dans le Vaucluse. Les chasseurs, autoproclamés « premiers écologistes de France » commencent très fort la période de chasse 2918-2019. En effet, une petite fille de 10 ans a été grièvement blessée au thorax près de Limoges et maintenant, une espèce protégée est massacrée. Vous l’aurez compris, je suis encore une fois scandalisée par l’attitude irresponsable des chasseurs.
☞ lire la suite

© Danièle Boone

Nous voulons des coquelicots

Nicolino-Veillerette« Ceci n’est pas un livre. C’est un manifeste. Celui de la vie, des coquelicots dans les champs de blé, des oiseaux au bord du chemin, des abeilles » est-il écrit dans le prière d’insérer du livre sorti en même temps que le numéro spécial de Charlie pour accompagner l’appel des 100 pour l’interdiction de tous pesticides. C’est un immense pari que lancent Fabrice Nicolino et François Veillerette. « Nous allons vaincre un système né en 1945 car il n’est fort que de nos faiblesses et de nos reculs. Du jour où viendrait enfin une révolte calme, unanime, durable de la société, nous affirmons que les pesticides et leur cortège de mort disparaîtraient de notre paysage. »

Fabrice Nicolino et François Veillerette se donnent un à deux ans pour réussir et sortir la France du tout chimique. Pour cela, ils appellent à une mobilisation citoyenne générale. « Nous voulons ardemment des coquelicots et nous allons le montrer, pacifiquement, mais puissamment. C’est maintenant ou jamais » lit-on dans l’introduction. Ensuite, les auteurs rappellent les faits depuis le DDT miracle jusqu’au roundup, la mécanique bien huilée du mensonge utilisée par les lobbies, l’inaction sans faille des politiques au service du fric, la chimère du plan Écophyto. Ils rappellent aussi les nombreuses alertes dont la première fut lancée par Rachel Carson en 1962. Qui pensait, il y a seulement dix ans encore, qu’un jour, le printemps pourrait vraiment être silencieux, c’est à dire sans chant d’oiseaux. Aujourd’hui, à voir la vitesse avec laquelle, ils disparaissent, on sait que c’est possible, et pas dans un siècle mais demain ! Ce livre-manifeste s’achève avec le texte de l’appel.

Éditions Les Liens qui Libèrent, 128 pages, 8 €
signer l’appel

L’argiope frelon (épeire fasciée)

Vous avez déjà tous admirer ces gouttelettes de rosées qui miroitent dans le soleil rehaussant dans un dessin parfait la toile d’une araignée. Parfois, un épais zigzag blanc brodé en son centre fait office de signature. Quelle est la dentellière qui a réalisé cet ouvrage ? ☞ lire la suite

© Danièle Boone

L’évacuation de la Zad du Moulin : la réponse de nos gouvernants à la marche pour le climat

Des milliers de personnes ont participé à la marche pour le climat dans toute la France. Il y avait beaucoup de jeunes, des familles avec des petits enfants… Ce sont ces derniers qui sont les plus concernés. Tous sont allés dans la rue pour dire leur inquiétude et leur désir d’une société qui pense autrement qu’en terme de business et de profit, une société capable de s’engager à long terme. Ils ont été entendu mais la réponse apportée est comme une déclaration de guerre. 

Tôt ce matin, la Zad du Moulin, près de Strasbourg a été évacuée. Contre quoi s’opposent ces zadistes ? Contre la construction d’une autoroute payante de contournement de la ville qui serait construite par la firme Vinci.  Ce projet a été déclaré d’utilité publique en janvier dernier quelques jours seulement après l’annonce de l’abandon du projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Comment ne pas voir là la compensation octroyée au groupe Vinci à qui avait été attribuée la construction de l’aéroport ? Et ce fut l’une des couleuvres que dut avaler Nicolas Hulot puisque c’est lui-même qui a fait l’annonce de cette décision !

Malgré les avis négatifs officiels relatifs aux compensations environnementales d’instances étatiques (Conseil national de protection de la nature, agence de la biodiversité, autorité environnementale) et l’avis défavorable des deux enquêtes publiques qui en résultent à l’été 2018, le préfet a validé le projet fin août, en signant les arrêtés autorisant les travaux. Soutenir par la force un projet destiné prioritairement aux camions transeuropéens, c’est dire clairement que le tout bagnole va continuer avec des émissions à effet de serre en hausse permanente alors qu’il faudrait remettre sur rail les trains et les transports en commun, favoriser le commerce local qui évitent le transport des marchandises, etc. Ainsi, en attaquant les zadistes le lendemain de ces rassemblements, c’est apporter une réponse cinglante et refuser tout ce que demande les participants à la marche pour le climat. Et en détruisant pour ce faire une forêt et de nombreuses terres agricoles, c’est aussi dire clairement que la biodiversité et l’avenir de nos enfants, et bien, nos gouvernants s’en foutent. On le savait mais leur arrogance dépasse les bornes !

© Danièle Boone