Benoît Hamon au delà de la victoire

Benoit HamonBenoît Hamon est arrivé en tête, largement, avec 58,65 % des voix. Avez-vous lu son programme ? Sa victoire montre ce que souhaite un grand nombre d’entre nous. Il rompt avec le discours dominant et propose une autre vision de notre société dans le partage et dans le respect de la nature. Ses positions sont courageuses et réalistes. Il propose notamment d’indexer les robots qui participent de la perte d’emplois, ouah…! Cela a l’air d’un détail mais ce n’est pas un détail, c’est toute la philosophie industrielle qu’il remet ainsi en cause. Il propose aussi d’inventer une société où l’accomplissement n’est pas dans le travail et, j’ajouterai, dans la consommation. Une utopie ? Va savoir ?  Mais surtout, il réfute l’idée de cette peur de l’autre, de perdre son emploi, etc. savamment orchestrée pour nous faire accepter n’importe quoi. Arrivera-t-il à fédérer une majorité de français ? Bien sûr, vous l’aurez compris, je l’espère. En tout cas, quoiqu’il arrive, sa présence dans la campagne électorale en rehaussera assurément le niveau. Avec Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, la justice sociale, l’écologie et une démocratie renouvelée auront toute leur place dans les débats.

© Danièle Boone

 

Rhabillons nous !

On a tenté de faire les soldes… mais notre conscience sociale et environnementale nous a rattrapés, tel est le titre de l’article de Marie Astier publié sur Reporterre.net. En effet, jusqu’au 21 février, les enseignes vivent à l’heure des soldes et de la consommation frénétique. En négligeant les impacts sociaux et environnementaux de l’industrie mondiale de l’habillement, dont la production a doublé depuis l’an 2000. L’enquête de Marie Astier sur l’industrie de l’habillement, la lecture des étiquettes et notre consommation boulimique est à lire.

Pour ma part, j’ai cédé à l’unique tentation d’un bon pull 100% laine fabriqué en Irlande. La remise n’était que de 20%, l’achat était encore onéreux mais ce pull est hyper chaud, je vis à la campagne et je vais le porter de nombreuses années. Mais je dois faire quand même mon mea culpa de consumériste : j’aurais pu m’en passer !

☞ lire l’article de Marie Astier

© Danièle Boone

La surprise Benoît Hamon

La victoire de Benoît Hamon au premier tour de la primaire socialiste est une surprise et un espoir pour tous ceux qui croient qu’une autre façon de mener le monde est possible. Au contraire de tous les autres candidats qui pratiquent une politique de déni face à l’état de la planète, Benoît Hamon met en avant son engagement écologique. « Il faut impérativement changer de modèle de développement, placer la conversion écologique en tête de nos priorités politiques, sauf à accepter de laisser à nos enfants un monde qui va devenir de plus en plus invivable. C’est la raison pour laquelle je maintiens le cap en faveur de la sortie du diesel en 2025, de la réduction de la part des énergies liées au nucléaire, la volonté d’interdire les perturbateurs endocriniens. Je ferai de la transition écologique une priorité politique absolue.« 

Je vous renvoie à l’analyse de Hervé Kempf, rédacteur en chef de Reporterre avec laquelle je suis en parfait accord et, croisons les doigts pour le second tour.

☞  lire l’article de Hervé Kempf

© Danièle Boone

Planète Nièvre : l’affaire Erscia

En décembre 2011, Loire Vivante et Decavipec,  deux associations de protection de la Nature de la Nièvre découvrent dans l’enquête publique ce qui avait été présenté comme une simple scierie et qui, de fait, était un incinérateur, déguisé sous l’appellation de centrale à cogénération, utilisant du bois récupéré dont du bois pollué dans un rayon de 300 km. L’affaire Erscia commençait.

Ce projet se situait près du hameau de Marcilly dans le bois de Tronçais sur la commune de Sardy les Épiry, près de Corbigny. Pour construire, ce que, à un moment, on a qualifié de Wood Valley, il fallait détruire une centaine d’hectares de forêt en zone humide, ainsi que des espèces protégées.

Les habitants de Marcilly se sont rapidement constitués en collectif et ont décidé de suivre les deux associations pré-cités au tribunal. Peu après, se crée Adret Morvan, l’Association pour le développement dans le Respect de l’Environnement en Territoire Morvan. Cette association de veille citoyenne va agir sur le terrain. Une ZAD se constitue lorsqu’il est flagrant que la préfète ne va pas tenir ses promesses.

Le 18 octobre 2016, la cour d’appel de Lyon a confirmé l’annulation de l’arrêté d’autorisation du préfet et rejeté la requête de Erscia qui avait deux mois pour lancer une nouvelle procédure. Le délai est passé sans que Erscia n’ait déposé de requête. Ce feuilleton juridique qui a duré trois ans et demi a donc été définitivement clos quelques jours avant Noël.

Avec mes confrères de Planète Nièvre, nous avons décider de revenir sur ce dossier, un de ces grands projets inutiles, capteur de subventions publiques, soi-disant prometteur d’emplois, mais aussi objet de séduction des politiques. Nous avons donné la parole à Jacqueline Thévenot (Loire Vivante), 
François Laballery (Decavipec et Loire Vivante)
 et Jérôme Bognard (Adret Morvan).

écouter l’émission

© Danièle Boone

Bien manger : un acte militant

LégumesAvec les nombreux documentaires sur la malbouffe, les scandales de l’industrie agro-alimentaires et leurs effets sur la santé, nous ne pouvons plus dire que nous ne savons pas. Dès lors, bien se nourrir, devient un acte de résistance contre les industriels qui nous préparent la nourriture de demain, donc un acte militant.
Selon un sondage Mediaprism de 2013, 83 % des Français font attention au « caractère naturel » des produits qu’ils achètent et manifestent une perte de confiance envers l’industrie agro-alimentaire pourtant les caddies continuent à être remplis de produits transformés. Question d’habitude ? Question de coût ? Vu les dégâts causés par l’alimentation industrielle (maladies émergentes, allergies, pollution de l’eau et de l’air, maltraitance animale…), s’investir dans le bien manger devrait être prioritaire pour chacun d’entre nous, pour notre santé, la santé de la planète et … le plaisir de nos papilles. ☞ lire la suite

© Danièle Boone