Désir de Prague

Prague

A l’automne, renaît toujours mon désir de Prague. Avec le froid, la lumière arbore une transparence magnifique. Et puis surtout, le flot de touristes s’est amoindri. J’aime tout particulièrement monter jusqu’au couvent de Strahov, tout en haut du quartier du château. De là, la vue sur la ville et son fleuve, la Vltava, est magnifique.

Notre-Dame-de-LoretteUn peu plus bas, il règne une atmosphère calme et sereine auprès de l’église Notre-Dame de Lorette, autrefois haut lieu de pèlerinage marial. Une série d’angelots baroques décorent la balustrade de l’escalier qui mène au sanctuaire consacrée à la Vierge Marie. Encore appelé la Loreta, l’église est une des nombreuses copies de la Santa Casa de Loreto qui, selon la légende, serait la maison de Nazareth où avait eu lieu l’Annonciation transplantée par magie en Italie après le départ des croisés! blanc

Quartier du Nouveau Monde

Depuis la Loreta, la rue Cerninska descend vers le Nouveau Monde. Ce quartier pittoresque juste au-dessus du château est plein de charme avec ses vieilles maisons colorées. On se croirait dans un village de Bohême du sud.blancblanc
L’église Saint-Nicolas depuis les jardins Vrtba

Le jardin Vrtaba est la quintessence du jardin baroque, le plus secret, le plus poétique. Creusé au flanc de la colline, étagé en terrasses arrondies, orné de statues, il se termine en haut par une terrasse cachée derrière une rocaille. Véritable oasis, il offre la plus belle vue sur la coupole verte de Saint-Nicolas.

Saint Cyrille d’Alexandrie, église Saint-Nicolas

Fresques étourdissantes, dorures partout, sculptures exubérantes monumentales… cette église est un haut lieu du baroque pragois. « Saint Nicolas est une action de grâce… où tout est paix, joie et éclat de rire » a écrit Paul Claudel qui y situe la troisième journée du Soulier de satin.
Son acoustique est excellente. Depuis toujours les messes sont en musique. Mozart vint y jouer de l’orgue et, lorsqu’il mourut, Prague, au contraire de Vienne, lui rendit un vibrant hommage en organisant dans cette église une émouvante messe de requiem.

blancMala Strana depuis le pont Charles
blancblanc
Le pont Charles relie Mala Strana à la Vieille Ville. En saison, entre les milliers de visiteurs et les mêmes vendeurs black de babioles en tout genre omniprésents dans toutes les villes du monde,  le traverser est une véritable épreuve! L’hiver, avec ses grands groupes sculptés, il retrouve sa prestance. Au centre, un monument rend hommage à saint Jean Népomucène, le martyr local. Peu de gens remarquent la croix scellée dans la pierre un peu plus loin, qui serait l’endroit exact d’où le prêtre, refusant de trahir le secret de la confession de la Reine, aurait été jeté dans la Vltava.blancblanc
Cimetière de Vyšehrad

Visehrad est une autre colline de Prague où j’aime aller me perdre. Accolé à l’église Saint-Pierre-Saint-Paul, un superbe petit cimetière accueille les tombes de nombreux personnages illustres, le poète Jan Neruda, le compositeur Smetana, le peintre Alfons Mucha… Ils ont tous en commun d’avoir participé à l’épanouissement de la conscience nationale. Cette décision de faire du cimetière une sorte de Panthéon tchèque remonte à la fin du XIXe siècle.blanc

Vieux cimetière juif

Le Vieux cimetière juif fait partie de mes endroits préférés.  Lorsqu’il fait froid, il est désert. Marcher seule entre les stèles sur le sol humide qui les a englouties à moitié est d’une poésie indicible. Fondé à la fin du XVe siècle, il fut pendant trois siècles, l’unique lieu de sépulture des juifs. L’espace y était si restreint qu’on entassait les tombes les unes sur les autres, parfois jusqu’à douze couches de sépultures. Alors, elles se dressent comme elles peuvent, incroyablement touchantes, toutes bancales et toutes rongées par le temps.
blanc

Monument à Kafka par Jaroslav Rona

Durant toute la période communiste, Kafka a été ignoré dans sa ville. En 2003, pour le 120ème anniversaire de sa naissance, un monument lui a été dédié à la frontière entre le quartier juif et la Vieille ville non loin de sa maison natale devenue musée. Le sculpteur Jaroslav Rona s’est inspiré de K. un personnage de Description d’un combat  qui monte soudainement sur les épaules de son interlocuteur, l’apprivoise et le prend pour un cheval! Ils traversent ensemble les paysages imaginaires qui naissent dans l’esprit du cavalier.blancblanc

Monument au prince Venceslas par David Černý
David Cerny est le créateur du monument équestre au prince Venceslas de David Cerny sous la coupole de la galerie Lucerna. En chahutant le mythe national tchèque et la conception traditionnelle du monument, cet artiste iconoclaste est le digne héritier des créateurs tchèques, du grand sculpteur baroque Matthias Bernard Braun jusqu’à l’écrivain Bohumil Hrabal.blancblanc

Le Globe

L’âme pragoise n’est pas un mythe. Il existe une incroyable force de vie dans cette ville si souvent soumise au cours de son histoire. La Prague des Pragois, bistrots, librairies, restau… est à deux pas de la vielle ville archi touristique. Là, comme à Vienne ou Budapest, on passe des heures dans les cafés à refaire le monde ou bien à travailler ou lire la presse. Et pour les noctambules, il faut juste oser sortir des sentiers battus, s’aventurer à prendre le métro pour rejoindre des quartiers encore soviétisés, architecturalement parlant. Ça dérange un peu de prime abord, ça a l’air glauque mais c’est là que ça vit!
blanc

Pavillon Hanavský

Je ne résiste pas à vous parler encore du pavillon Hanavsky, une merveille de l’Art Déco dans le parc de Letna, encore une autre colline de Prague. On peut y déjeuner, prendre le thé ou un verre de vin blanc en guise d’apéro et surtout, depuis une terrasse légèrement en contrebas, admirer l’une des plus belles vues de Prague.

Prague depuis la terrasse du pavillon Hanavský

blancblanc
Mon carnet de routeTop ten à vivre

© Danièle Boone – Toute reproduction même partielle du texte ou des photos est soumise à autorisation

2 Responses to Désir de Prague

  1. Merci pour cette superbe balade… Prague et moi c’est aussi une belle histoire d’amour, alors j’ai été forcément transportée par vos mots.
    Nous y serons dans 3 semaines pour quelques jours en famille, j’ai hâte…
    Céline.

  2. prunet -bruker marie-laure

    magnifique ballade en votre compagnie
    j’aspire à vous suivre….et à découvrir cette merveilleuse ville
    et ces couleurs automnales
    je partirai à Prague aux vacances de la toussaint
    un ami m’a parlé d’une librairie près de la maison de Kafka ( ce libraire parle Français) peut-être connaissez-vous cet endroit? Je suis moi-même libraire et aimerai rentrer en contact avec ce libraire tchèque…peut-être pouvez-vous m’aidez vous qui aimez les mots l’art la culture et cette si belle nostalgie des belles choses!
    bien à vous
    mlaure bruker

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *