Espérance de vie en recul

La nouvelle a été reprise par tous les médias : aux Etats-Unis l’espérance de vie pour les hommes comme pour les femmes a décru d’un dixième d’année. Pas énorme mais quand même 36,5 jours de moins. Cette étude des National Vital Statistics Reports qui dépendent des Centres de contrôle des maladies (CDC) précise que parmi les causes de mortalité figurent en tête les maladies cardiaques, les cancers et les maladies respiratoires.

Depuis des décennies, l’espérance de vie ne cessait d’augmenter. Pas d’explication à ce phénomène nouveau, prétend l’étude. Nos façons de vivre et surtout l’absorption quotidienne de produits chimiques en tous genres qui s’accumulent dans les organismes n’y serait-il pas pour quelque chose ? Ces dernières années, plusieurs scientifiques éclairés comme l’agronome Claude Aubert, auteur de Espérance de vie, la fin des illusions (Terre vivante, 2006) ou le démographe Jay Olhansky ont annoncé que nous allons vivre moins longtemps que nos parents pour cause d’empoisonnement collectif – là c’est moi qui traduit. Et bien voilà, c’est fait. Nous sommes aux débuts des lendemains qui déchantent. Mais la grande majorité, notamment nos gouvernants, continue à se voiler la face.

© Danièle Boone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *