La ferme dont on rêve découverte par Reporterre

Lorsque je découvre des reportages qui me donnent du baume au cœur, j’ai envie de les partager. C’est pourquoi, il m’arrive quelquefois, de vous faire part de mes trouvailles et j’ai décidé de le faire plus souvent. Cette fois, c’est un article de Marie Astier de Reporterre qui a attiré mon attention. Elle a rencontré Gilles Simonneaux, un paysan breton qui s’est tourné vers le bio en reprenant la ferme laitière de ses parents en 1998. Et comme il se sentait un peu seul, il a diversifié non seulement sa production (céréales) en accueillant sur ses terres d’autres producteurs. Il a commencé par confier un hectare de terre  à une maraîchère, un boulanger et il a ouvert une boutique tenu par une gérante et à laquelle adhère d’autres producteurs bio. Chacun est responsable de sa partie. Résultat : une totale autonomie (l’installation de panneaux solaires assurent les besoins en électricité) et un moindre coût de production par la mutualisation. Et ça marche! La crise bretonne, Gilles Simonneaux ne connaît pas. Cela prouve qu’avec un peu de créativité, il y a d’autres façons de faire. Pour tout savoir (et comprendre) sur ce miracle, je vous renvoie à l’article ☞  ici.

© Danièle Boone

 

Les commentaires sont fermés