Au fil des araignées

Christine Rollard © F.G. Grandin / MNHN

Spiderwoman, vous connaissez? Et bien je vous la présente. Dans la vraie vie, elle s’appelle Christine Rollard. Elle est aranéologue – comprendre spécialiste des araignées – au Museum d’Histoire Naturelle de Paris. On lui doit la somptueuse et ludique expo intitulée Au fil des araignées. Son pari : vous faire aimer ces petites bêtes parfois fort jolies et toujours fort utiles. Pas possible ! Peut-être, en tout cas, bon nombre de clichés vont s’effondrer, ça, c’est sûr!

Mâle d’Eresus cinnaberinus © Bernard Le Garff

☞ Si on a quelques appréhensions, l’idéal, c’est de visiter l’exposition avec des enfants. Pour eux appréhender ces monstres velus, c’est comme entrer dans une aventure d’Harry Potter ou d’Indiana Jones dont on voit d’ailleurs des extraits. Le voyage commence dès la première salle où on découvre l’incroyable diversité de ces bestioles mal aimées. Plus de 40 000 espèces sont décrites mais il en reste probablement autant à découvrir. Et certaines, comme ce mâle d’Eresus cinnaberinus, sont même superbes!

Diaea dorsata en position d’attente d’une proie
 © Sébastien Damoiseau

Et si vous ne le savez pas, vous découvrirez que les araignées ne sont pas des insectes. Leur corps est en deux parties, celui des seconds en trois et elles ont quatre paires de pattes tandis que les insectes n’en ont que trois. Et de plus, non seulement les araignées ne sont pas des insectes mais elles les mangent! Cette Diaera dorsata, une spécialiste de la chasse à l’affût, est en position d’attente d’une proie. De fait, les araignées ingurgitent plus de 400 millions d’insectes par hectare. Il n’y a pas mieux comme insecticide et en plus, pas d’influence sur la couche d’ozone! Une vitrine pleine de mouches montre quelle invasion nous aurions à subir sans ces braves bestioles qu’on s’évertue à détester, voire à détruire!

Cette dolomède (Dolomedes fimbriatus) est en position de chasse, à l’affût de proies qui peuvent être aquatiques (têtards, petits poissons) 
© Bernard Le Garff

La plupart des gens pensent que l’araignée est uniquement terrestre. Et bien non! La dolomède est une grosse araignée des tourbières. Elle repère ses proies par les vibrations qu’elles  déclenchent à la surface de l’eau. Elle est également sensible à l’onde provoquée par l’approche d’un poisson ou d’un têtard. Plongeant une patte sous l’eau, elle attire alors sa proie. Dès que celle-ci arrive à son niveau, elle s’enfonce brusquement pour la mordre. Et il y a mieux encore. L’argyronète vit carrément sous l’eau. Elle édifie entre les plantes aquatiques une toile en forme de cloche à plongeur qu’elle remplit d’air en prélevant à la surface une série de grosses bulles qu’elle emprisonne entre ses pattes arrières. Après quoi, elle s’installe bien au sec… sous l’eau! C’est là qu’elle se nourrit, mue, s’accouple et pond ses œufs.

Deinopis © Patrick Maréchal

Diversité des araignées, mais diversité aussi de leurs toiles  Celle de Deinopis est spectaculaire. De forme géométrique, l’araignée la tient entre ses pattes avant comme un filet qu’elle projette sur des proies de passage. Elle est d’ailleurs surnommée « araignée-gladiateur ». Il eut été dommage d’avoir une exposition sur les araignées sans en avoir de vraies. Rassurez-vous elles sont là! Parmi ces invitées un peu spéciales, une star: la mygale!

La dernière partie de l’expo présente le travail des scientifiques comme Christine Rollard. Ils ne sont pas nombreux du tout mais tous, complètement passionnés. J’ai fait là, un résumé très succin juste pour vous donner envie d’aller voir cette exposition qui se déguste comme… une araignée. Si, si, je vous assure, dans certaines parties du monde, on trouve ça très bon!

Museum d’histoire naturelle, jusqu’au 2 juillet
Plus d’infos ☞ araignees.mnhn.fr

Arachna – Les voyages d’une femme araignée par Christine Rollard, Vincent Tardieu et Marcello Pettineo

Arachna, Belin/MNHN

Ce livre est superbe et tout aussi génial que l’expo. Quantité de talents y sont réunis. Celui de Christine, la femme araignée, celui de Vincent Tardieu qui nous raconte ses voyages, ceux des photographes qui les ont suivi à travers toute la France et enfin, et ce n’est pas le moindre, celui de Marcello Pettineo, auteur à la fois des illustrations et de la conception graphique.

Coédition Editions Belin – MNHN, 192 pages, 30 €

☞ Lire ou relire Les mygales de Fontainebleau, une sortie nature avec Christine Rollard paru sur ce blog..

…..

16/12/2011 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte est soumise à autorisation

2 Responses to Au fil des araignées

  1. bonjour
    Je m’appel killian , j’ai 9 ans et je suis en CM1.
    J’aime beaucoup les animaux mais j’ai une préférence pour les araignée c’est ma passion depuis tout petit.
    Je voudrais devenir arachnologue. Je voudrais savoir quel sont les études a suivre et quels diplômes faut il obtenir.
    MERCI

  2. Bonjour.
    je suis en CM2 j’ai 10 ans et je fait un exposer sur les araignées.
    Pour ce je doit écrire a un organisme ou une personne afin de récolter des information photos ou autres .
    Pourririez vous m’indiquer une adresse .(je doit faire un courier)
    Je vous remercie d’avance
    Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *