Archives pour la catégorie Coups de cœur

Alternatiba, vous connaissez?

Alternatiba à Luxembourg ville

Les membres d’Alternatiba rencontrent Carole Dieschbourg à Luxembourg Ville © Alternatiba

Le Tour Alternatiba, c’est un tour de France et d’Europe à vélo, pour promouvoir les alternatives écologiques et la transition énergétique dans l’espoir de limiter le réchauffement climatique. Un périple de 5 600 kms parti le 5 juin de Bayonne. Leur objectif : faire pression sur les décideurs et sensibiliser l’opinion publique à l’urgence écologiste. Plus de 150 000 citoyens européens ont déjà participé à un Alternatiba, village des alternatives au changement climatique, ou à une étape du Tour Alternatiba.

Après avoir parcouru déjà 2800 km, les cyclistes sont arrivés ce mardi 27  juillet à Luxembourg Ville où ils ont rencontré Carole Dieschbourg, Ministre de l’Environnement luxembourgeoise et présidente du Conseil Environnement de l’Union Européenne (UE) en charge de coordonner la position de l’UE pour la COP21.

lire la suite

© Danièle Boone

Sabrina Krief et les chimpanzés des Monts de la Lune

Il était une fois deux étudiants qui rêvaient d’Afrique et de voir les animaux. Qu’à cela ne tienne, ils travaillent la moitié des vacances et consacre l’autre au voyage. Ils le choisissent organisé et reviennent hyper frustrés car n’ayant pas vraiment pu observer les bêtes comme ils l’avaient imaginé mais avec l’envie furieuse d’y retourner à un rythme qui leur permette d’observer les animaux. L’année suivante, ils y retournent donc à leur manière et ils y vont toujours. Sabrina Krief est devenue une primatologue reconnue dans la mouvance de Jane Goodall et Diane Fossey et Jean-Michel, son mari, s’est fait photographe. Alors, le récit de Sabrina est servi par les fabuleuses photographies de Jean-Michel. Ce livre est le résultat de vingt ans de passion, une pause-bilan comme un repère dans une aventure qui continue. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

 

Tichodrome échelette

Connaissez-vous ce bel oiseau que certains appellent « l’oiseau papillon »? Non, alors précipitez-vous sur le dernier numéro de la Salamandre et vous saurez tout sur lui. La revue naturaliste suisse lui consacre son dossier.

Cinq passionnés, les photographes Christophe Sidamon-Pesson et Eugène Huttenmoser, l’ornithologue Lionel Maumary, le peintre naturaliste Nick Derry et le cinéaste Franck Neveu racontent leurs rencontres avec cet oiseau unique. L’été, il vit sur les parois verticales des montagnes, l’hiver il opte parfois pour les monuments historiques. On l’a vu sur le toit du Panthéon et chaque hiver, il hante la cathédrale de Bourges ou encore la citadelle de Besançon au grand émoi des ornithos.

Je suis sûre que vous aussi serez séduit. Photos et dessins sont splendides mais ce n’est pas tout, La Salamandre a produit un film sur cet oiseau magique réalisé par  Franck Neveu disponible en DVD. Je ne l’ai pas encore vu mais  j’ai hâte de le découvrir.

Par ailleurs sachez que les éditions Hesse ont publié en 2011, Tichodrome, follet de l’à-pic, un livre consacré à l’oiseau, avec les photos de Christophe Sidamon-Pesson. Un coffret en collaboration avec la Salamandre comprenant le livre, la revue et le DVD sera disponible le 15 septembre. Une super idée à engranger pour les cadeaux de fin d’année.

La revue, 6€ et le DVD, 20€ sont disponibles uniquement sur commande www.salamandre.net

© Danièle Boone

Tempête : hommage aux victimes

L’orage d’hier a été très violent. Dans un village tout proche, le vent a été enregistré à 116 km/heure. Cela n’a pas duré très longtemps, dix minutes, un quart d’heure maximum mais beaucoup de vieux noyers n’ont pas résisté à la puissance de l’ouragan. C’est un peu de notre patrimoine naturel qui a été détruit. En effet, dans le Val d’Aubois, le petit coin de Berry très campagnard où j’habite, il font partie du paysage. Ci-dessus, c’est un de mes noyers qui a succombé. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Au nom de la terre avec Pierre Rabhi

Voilà un film incontournable pour tous ceux qui aiment la nature ou qui ont l’âme écologiste. Du Sahara algérien où il est né à l’Ardèche, son pays d’adoption, Pierre Rabhi a suivi sa voie. Imperturbablement. A 75 ans, il est célèbre pour ses paroles libres et surtout son action, une « résistance tranquille » contre une « société de la frénésie qui a donné à l’argent les pleins pouvoirs ». En effet, il ne « croit pas à la lutte dans les éclats de la colère ».

Parce qu’il y a « des lois intangibles » et que « vouloir transgresser les lois de la nature, c’est se condamner à mort », Pierre Rabhi prône l’agroécologie, « cette pratique qui, comme l’explique Edgar Morin, dépasse le simple traitement bio de la terre, des animaux et des végétaux pour s’inscrire dans la création ou la recréation du système où nous vivons en respectant son organisation éco-systémique complexe, manifestation spontanée de la biodiversité. »

De plus en plus de gens ont envie de faire bouger le monde mais souvent, ils se sentent impuissants et baissent les bras. Pourtant, chacun d’entre nous, peut comme Pierre Rabhi, résister sans éclat de voix contre « un modèle défaillant, celui du productivisme agricole » qui produit de la mort. Les scandales alimentaires qui se succèdent sont la partie immergée de l’iceberg. Pour cela, il suffit de choisir de consommer local. Si chacun d’entre nous, s’y contraignait, l’humanité ferait un bond de géant en avant. Et puis, bien sûr, tous ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, une terrasse ou un balcon, peuvent transformer leur petit coin de nature en un mini paradis pour la biodiversité en bannissant tous les produits chimiques, des biocides, tueurs de vie. Une fois sur le chemin, on se rend très vite compte que tous les « indispensables » vantés par la publicité ne servent à rien. La liberté est là, le bonheur aussi.

Au nom de la terre, documentaire réalisé par Marie-Dominique Dhelsing, est au cinéma ce mercredi 27 mars.
☞ Kaysen, hors série spécial Pierre Rabhi, 132 pages sans publicité.

A lire sur ce blog
Ma rencontre avec Pierre Rabhi
Pierre Rabhi, parole de terre

© Danièle Boone