Archives de catégorie : Nature

Nature Nièvre : les osmies

Le trou servant à l’écoulement des eaux de vos fenêtres en bois est bouché par un opercule de terre. Rien de grave, c’est l’ouvrage d’une osmie rousse. Cette abeille solitaire à peu près de la taille d’une abeille domestique, soit 10 à 12 millimètres, est facile à reconnaître : son corps, noir à l’avant et roux vif à l’arrière est couvert d’une fourrure semblale aux bourdons. Cela peut être aussi une osmie cornue, très semblable, mais avec des cornes plus marquées. Les mâles sont les premiers à percer la fine cloison d’argile de leur cellule fin février début mars. Les femelles apparaissent une dizaine de jours plus tard. En les attendant, ces messieurs s’agglutinent autour des trous d’envol. Une grande agitation annonce l’émergence des femelles et les affrontements pour gagner le droit d’être le géniteur sont parfois violents. Quelques jours après les accouplements, tous les mâles meurent.
lire la suite
écouter la chronique (5′30″)

Nature Nièvre : le crapaud commun


Formidable auxiliaire des jardiniers, le crapaud commun dévore moult limaces et de nombreux insectes. Il chasse la nuit, à l’affût ou en maraude. Il déglutit ses proies avec ses yeux. À la fin de l’hiver, crapauds et crapaudes vont rejoindre la mare de leur naissance pour s’y reproduire. La femelle pond 5000 à 7000 œufs en chapelets de perles transparentes long de 3 à 4 mètres. Le crapaud sécrète du venin mais il n’est pas dangereux pour l’homme. Il est seulement irritant en cas de contact avec les yeux ou la bouche.
écouter la chronique (6′09″)

Nature Nièvre : Que disent les oiseaux ?

Rossignol philomèle
Tous les oiseaux ne chantent pas. En Europe, seul un oiseau sur trois est chanteur. Tous les petits passereaux de nos jardins, mésanges, chardonnerets, pinsons des arbres annoncent en chœur les levers du jour printaniers. Bientôt le rossignol (photo) sera de retour et donnera de la voix même la nuit. Le chant est généralement le fait des mâles sauf exception comme madame rougegorge par exemple. Il a deux fonctions essentielles : attirer un partenaire et faire fuir un indésirable. Grâce aux recherches en bioacoustique, la connaissance du langage des oiseaux s’affine de plus en plus.
lire la suite
écouter l’émission (6′37″)

Nature Nièvre : la chevêche d’Athéna

Lorsqu’on l’aperçoit pour la première fois, sa taille modeste surprend. Pas plus grosse qu’un merle mais plus ronde, elle pèse à peine 150 grammes. La chevêche d’Athéna affectionne les milieux ouverts avec une préférence pour les bocages. Son régime alimentaire est incroyablement varié. Des études ont montré qu’elle peut chasser plus de 300 espèces différentes de proies. Le couple formé à vie est réputé pour son attachement et sa fidélité. Les populations de chevêches ont énormément souffert de la disparition des arbres têtards et des haies due à l’industrialisation de l’agriculture. Aujourd’hui son ennemie numéro 1 est la route : une chevêche sur deux est condamnée à finir ses jours percutée par un véhicule.

écouter la chronique (5′57″)

Nature Nièvre : Le verdier d’Europe

Verdiers
La silhouette et la taille d’un moineau avec un bec rose et un habit vert rehaussé de jaune vif sur les ailes et la queue, le verdier d’Europe est un habitué des mangeoires où il joue volontiers l’incruste. Agressif, il prend d’impressionnantes postures d’intimidation pour garder la place. Malheureusement les effectifs de ce joli passereau granivore de la famille des fringillidés sont en baisse notable. En cause : les pratiques agricoles intensives.

Participez au comptage national des oiseaux du jardin de ce week-end (30 et 31 janvier). Rendez-vous sur www.oiseauxdesjardins.fr

lire la suite
écouter la chronique (5′55″)