Archives pour la catégorie Divers

4 saisons, une nouvelle visite

4 saisonsCe samedi 2 novembre, nouvelle visite des abonnés des quatre saisons dans mon jardin sur le thème des oiseaux suivi d’un apéro partagé. Ce fut un moment d’échange très sympathique ! Prochain rendez-vous : le 20 juin 2020.

CETA, pas pour moi !

L’analyse du vote est intéressante. Sur les 577 députés que compte l’Assemblée nationale, seulement 24 députés se sont esquivés, c’est dire si le CETA a mobilisé. Au finish, le traité a été adopté à 266 voix pour et 213 contre mais il y avait 74 abstentions. Ainsi si l’on additionne ceux qui ont voté contre et ceux qui se sont abstenus, cela fait 287 députés qui n’ont pas voulu voter pour, soit 51,9 % des votants. Et si on affine encore, 52 députés LRM sur les 304 membres du groupe se sont abstenus soit en gros, un député LRM sur 6. Lorsqu’on appartient à un groupe, il est de bon de ne pas voter contre (9 ont pourtant osé le faire), on peut donc considérer que ces 52 députés étaient contre. Mais le fait est là, par la faute des ces imbéciles, nous voilà engagés encore davantage dans une voie qui ne va dans le bon sens et qui s’accompagne d’un insupportable déni démocratique. Rappelons que deux français sur trois étaient contre ce traité.

Alors que faire ? Pour ce qui me concerne, c’est une évidence. C’est un traité commercial or pour que le commerce marche, il faut des acheteurs. Donc, n’achetez plus dans les circuits de la grande distribution qui nous impose notre manière de vivre et de consommer. Côté alimentation, évitez tous les produits transformés, bourrés d’additifs qui nous empoisonnent. Achetez bio, local et de saison. En cas de doute, choisissez la certification Demeter. La biodynamie, c’est très compliqué. Ceux qui la pratiquent le font vraiment par conviction et non uniquement pour gagner de l’argent. L’idéal est de se fournir directement auprès des producteurs dont on connaît le travail et l’engagement. Même dans les grandes villes, c’est possible notamment via le système des AMAP. Moi, c’est ce que je fais. Je me suis convertie au bio en 1980 et petit à petit tout est devenu bio chez moi, y compris les produits ménagers, les lessives, mes crèmes de soin, etc.  Et pourtant, j’ai un petit budget. Comme j’ai quitté Paris pour m’installer à la campagne avec le but d’être un maximum autonome au niveau alimentaire, je cultive un potager, j’ai planté un verger et j’ai des poules. Je ne vais jamais dans les supermarchés préfèrant fréquenter les marchés où viennent les producteurs bio.

Je ne me pose pas comme un modèle à suivre, je suis juste la preuve qu’on peut faire autrement et je connais plein de gens qui font autrement aussi, chacun à sa manière, dans son contexte. C’est juste une question de priorité dans sa vie. Vaut-il mieux avoir un budget alimentation un peu plus élevé et garder son vieux portable ou manger des choses pas chères mais douteuses et avoir toujours le dernier smartphone.? Voilà une des multiples questions que chacun peut et devrait se poser. Nos gouvernants ont opté et vont encore opté pour les traités de libre-échanges qui sont climaticides, biodiversiticides et liberticides, mais nous ne sommes pas obligés de les suivre dans leur délire rétrograde. En tout cas, c’est mon point de vue de consommatrice responsable, très très sobre, qui a toujours préféré la qualité à la quantité.

Coquelicots et lutte pour le climat, marions les !

Coquelicots« Comment pourrait-on supporter d’avoir détruit l’Empire des pesticides si le monde était transformé en fournaise ? » Fabrice Nicolino, président de « Nous voulons des coquelicots » propose aux groupes locaux des Coquelicots d’organiser un mariage festif entre les Coquelicots et la mobilisation contre le dérèglement climatique. Une évidence qu’il vaut mieux formuler, en effet.

Le mouvement des Coquelicots a été lancé le 12 septembre 2018. Entre 700 et 800 rassemblements simultanés ont lieu le premier vendredi de chaque mois devant les mairies de notre pays, soit plusieurs dizaines de milliers de personnes. Chaque mois. Et 720.000 femmes et hommes ont déjà rejoint l’Appel des Coquelicots, qui n’a jamais été une pétition, mais un solennel engagement à l’action. L’objectif est  toujours de cinq millions de soutiens en octobre 2020.

☞ lire la tribune de Fabrice Nicolino sur Reporterre

Jardiner et consommer autrement

Ce dimanche  12 mai, je vous invite à venir à Germigny-sur-Loire dans la Nièvre où Geneviève Omessa, ma complice de Planète Nièvre, organise une journée pour « jardiner et consommer autrement ». Il y aura un marché bio, un troc plantes, des stands associatifs mais aussi des conférences, de la musique, un atelier nature créatif et… une table ronde sur le jardin naturel animée par moi-même.

Le matin, ne ratez pas la sortie Faune et Flore avec la LPO 58. A noter également,  de 14 h à 15h30, le concert des Healberries (William Rollin, Aurélien Naffrichou et Ludovic Legras).

voir le programme

2019

2019
C’était il y a quelques jours. La brume persistait encore à 11 heures. Le soleil était tout rond et tout blanc. Se prenait-il pour la lune ? Allez savoir ! Cela ressemble un peu à notre monde, incertain. Alors pour cette année 2019, je souhaite que les utopies se multiplient et qu’à force, elles finissent par changer le monde. J’entends par utopies toutes ces espérances de vivre autrement, mieux, plus solidairement, plus sobrement qui se concrétisent dans des expériences qui montrent que c’est possible. Et il y en a de plus en plus mais tout cela est encore trop éparpillé, trop méconnu. Alors je nous souhaite pour 2019 d’entrer dans ce grand courant d’énergie pour tourner enfin la page du monde ancien, égoïste et destructeur. Comment ? Dans la simplicité du vivre ensemble, dans la bienveillance envers la nature, dans le refus de l’injustice, dans la gratitude de tous ces petits riens qui nous sont donnés quotidiennement : une belle lumière, le chant d’un oiseau, un sourire éclatant ou des rires d’enfants.