Archives pour la catégorie Sur le web

Articles du web relayés pour leur intérêts en rapport avec les thèmes mis en avant par le site : nature, environnement, voyage

Les Amap, îlots de lien social dans l’océan du confinement

Les fermetures de points de vente se multiplient du fait de la crise sanitaire. Les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) se réorganisent pour respecter les mesures d’hygiène lors des distributions. Elles sont essentielles tant pour l’approvisionnement en légumes frais des confinés que pour les producteurs qui peuvent ainsi continuer leur activité. Curieusement ni les gouvernants, ni la presse généraliste parlent de leur formidable présence. Reporterre dont je salue ici la qualité du suivi de la pandémie publie ce jour un reportage sur le sujet signé Justine Guitton-Boussion avec les photos de Jéromine Derigny.

à lire sur le site de Reporterre

☞ A lire aussi, toujours sur Reporterre : Pour limiter les pandémies, les humains doivent « décoloniser le monde » par Lorène Lavocat
….

Dans l’Indre, il pleut mais la sécheresse demeure

Reporterre - IndreMi-septembre, le niveau de la rivière Indre a baissé de 60 centimètres en 48 heures — un phénomène rarissime dû à l’extrême sécheresse. 2.500 km de rivières sont quasiment à sec. Et même si la pluie est de retour, la situation reste grave : « C’est toute la biologie de la rivière qui est en train de s’effondrer. » Je suis allée à Châteauroux, à la rencontre de Christian Toussaint, responsable eau et milieux aquatiques à l’association Indre Nature. J’ai également interviewé Florence Habets, hydroclimatologue, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et professeure attachée à l’École Normale Supérieure (ENS).  Mon article est paru aujourd’hui dans Reporterre.  Je vous invite à le lire ☞ ici

La biodiversité, une priorité. Vraiment ?

La préfète de la Nièvre a autorisé le retournement de prairies naturelles en bord d’Allier en zone Natura 2000 ainsi que l’irrigation de ces terres par pompage dans la nappe de la rivière. Cela va être un massacre au niveau de la biodiversité et également une mise en danger des éleveurs traditionnels qui travaille en aval dans le respect du bocage. François de Rugy, l’ex-ministre de l’écologie, a donné son feu vert pour reconduire la liste des animaux « susceptibles de causer des dégâts », autrefois nommés « nuisibles », malgré une forte mobilisation citoyenne lors de la consultation publique autorisant par là le massacre de millier d’animaux dont les services rendus sont aujourd’hui scientifiquement reconnus mais selon le président Macron, agir pour la biodiversité est une priorité au même titre que lutter contre le réchauffement climatique. De qui se moque-t-on ?

J’ai écrit un édito sur ce sujet paru sur le site des JNE (association des journalistes pour la Nature et l’Ecologie) que je vous invite à découvrir ☞ ici

Protéger les insectes, c’est protéger notre futur

Tribune-ReporterreL’enjeu planétaire est connu. Protéger les insectes et plus largement la nature, c’est protéger l’Homme et son avenir. Et cela passe par quelques gestes simples : leur donner de l’eau, éliminer tous les biocides, laisser pousser des herbes folles dans son jardin. J’ai écrit une tribune sur le sujet parue aujourd’hui sur Reporterre.

lire la tribune

L’intervention militaire saccage la nature à Notre-Dame-des-Landes

Ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes est plus que navrant. Outre la facture en munitions et déploiement des militaires, il faudra compter aussi les dégâts sur cette nature qui jusqu’ici avait réussi à être préservée, sans omettre naturellement tout ce qui a été démoli sur la ZAD,  pour établir le coût réel de cette opération qui déshonore ses commanditaires. Pourquoi tant de haine et d’acharnement à détruire un modèle résilient qui, pour beaucoup d’entre nous, représente une des voies possibles pour assurer un avenir aux jeunes générations ? Pourquoi sinon le refus par les autorités de toute remise en question du modèle économique actuel qui, pourtant, nous entraîne à notre perte. Je vous invite encore une fois à vous rendre sur le site de Reporterre pour suivre les évènements et, tout particulièrement, à lire l’article de Lorène Lavocat sur le saccage de la nature.

le site de Reporterre
l’article de Lorène Lavocat

© Danièle Boone