Archives de catégorie : Voir, lire, écouter

livres, films, émissions, expositions

Journée citoyenne Arbres et forêts

Un film, une table ronde et une pièce de théâtre pour célébrer les arbres et les forêts. Cela va se passer ce samedi au Luisant, un petit théâtre rural, à Germigny l’Exempt dans le Cher.  Cette journée est en partenariat avec Nature 18, l’association de protection de la nature de ce département.

« Planté dans la terre par ses racines, planté dans les astres par ses branchages, l’arbre est le chemin de l’échange entre les étoiles et nous » écrit Saint Exupéry dans Citadelles. Les grands arbres sont d’évidence les êtres vivants les plus proches du ciel et, comme tout végétal, ils savent se nourrir du soleil. Le paléoanthropologue Yves Coppens a montré que Homo, le genre zoologique auquel nous appartenons, est apparu sur les canopées des forêts équatoriales d’Afrique de l’Est, il y a 30 millions d’années et que nous nous sommes redressés dans les branches maîtresses des arbres, pas sur le sol. Cela n’est pas rien ! Et les arbres sont les seuls autres êtres vivants debout sur la planète, nos alter ego en quelque sorte.

Pourtant les arbres et les forêts sont malades de nous. Homo Sapiens le mal nommé exploite sans vergogne et détruit tout à grand renfort de machines impitoyables qui lui donne une impression de toute puissance. Heureusement, grâce à des fonds participatifs, des personnalités comme Francis Hallé ou des associations comme l’Aspas soustraient les forêts à toute exploitation et les rendent à la nature. C’est cette nature libre propice à la biodiversité qui nous sauvera, qui sauvera la planète. La place de l’arbre et de la forêt dans le monde de demain sera au cœur de la table ronde que je vais animer. Il faut que nos enfants puissent continuer à grimper dans les arbres ! Venez nombreux.

programme
☞ inscriptions : 02 48 74 16 01 – leluisant@gmail.com
☞ écouter la présentation sur RCF (7′16″)

 

Lynx, un film de Laurent Geslin

Lynx Neige
Les félins sont à l’honneur sur le grand écran. Après la superbe panthère des neiges, voilà le lynx, un grand prédateur de chez nous. Laurent Geslin vit dans le massif du Jura. Peu importe que ce soit du côté suisse, les animaux ne connaissent pas les frontières. Ainsi, c’est à sa porte qu’il piste le lynx depuis plus de dix ans. Il arrive dit-il à reconnaître un individu grâce à ses traces. Les images sont magnifiques et le suivi des lynx époustouflant. À voir absolument.

lire la suite

La panthère des neiges : un hymne grandiose à la beauté du monde

La nature la plus sauvage, les paysages immenses du Tibet, la neige et le vent pour décor… Et puis le monde du vivant : les yacks, les étranges antilopes chiru aux cornes infinies, la drôle de tête du renard du Tibet ou du chat manul,  et bien sûr, la panthère des neiges, celle qu’on espère, le graal, un rêve pour Sylvain Tesson, un rendez-vous pour Vincent Munier.

Le photographe initie l’écrivain à l’affût.  Face à l’imperturbable patience du naturaliste, le grand voyageur bavard, toujours pressé de traverser le monde, prend conscience de l’incroyable indifférence avec laquelle il a traversé des paysages pendant des années sans imaginer qu’ils étaient habités et du nombre de bêtes qui l’ont vu sans qu’il ne s’en soit douté. Ses commentaires en voix off extraits de son livre sont d’une justesse lumineuse.

Derrière la caméra, Marie Amiguet, biologiste et cinéaste, capte la rencontre improbable de ces deux hommes et leur quête commune du prédateur mythique. Les séquences purement animalières bénéficient de l’esthétique élégante de Vincent Munier et sont sublimées par la musique de Warren Ellis et le chant de Nick Cave. Tous ces talents puissants convergent pour une célébration sensible, vibrante et magique de la nature et des bêtes qui l’habitent.

Découvrez les jardiniers invisibles avec Arnaud Ville

L’observation est sans conteste le premier pas vers la connaissance indispensable pour le respect du vivant. Nommer vient ensuite : on veut savoir qui est ce minuscule qui habite notre jardin. Et de fil en aiguille, l’envie d’accueillir ce petit peuple grandit. Le jardinier attentif laisse faire la nature nous rappelle l’auteur. Les équilibres d’abord ténus, se fortifient et notre jardin devient un merveilleux lieu d’accueil. Arnaud Ville est d’abord photographe. Ses photos sont magnifiques, surprenantes parfois comme ce portrait de la Mantispa styriaca, une discrète prédatrice à l’air de mante religieuse mais qui n’en est pas une. Il sait comme personne dévoiler la beauté de tous les invertébrés qui souffrent généralement d’une mauvaise image. Dans ce livre, il se révèle aussi écrivain et parle bien joliment de nos jardiniers invisibles.

« Ces petits animaux si faciles à craindre, à mépriser, si pratiques à caricaturer, juste et comme toujours, parce que l’on ne les connaît pas, à quelques exceptions près, je vais essayer de vous les montrer sous une lumière un brin bienveillante, je vous assure, ils le méritent, d’autant que, pour ce qui nous concerne, ils peuvent grandement aiser le jardinier à jardiner. » Arnaud Ville tient la promesse faite dans son introduction. Son livre est une invitation à ouvrir l’œil, alors comme le dit Xavier Mathias dans sa préface : « Et si (…), nous commencions par observer tous ces petits qui participent à la farandole du vivant ? Dans un jardin, ça grouille et ça se débrouille. »

Les jardiniers invisibles d’Arnaud Ville. Préface de Xavier Mathias. Éditions du Rouergue, 128 pages, 25 € – www.lerouergue.com

Il était une fois la nuit par Carole Reboul

Il était une fois la nuit« Enfant, j’ai passé de nombreuses soirées, allongée dans l’herbe ou au bord de la mer, à regarder les étoiles et à me poser plein de questions, sur elles, sur la Terre, sur la place des humains… » écrit Carole Reboul dans le prologue intitulé « ce que dévoile l’obscurité ». Devenue adulte, le plaisir et le questionnement sont toujours là. Alors Carole Reboul photographie la nuit avec passion et détermination. Pour cet ouvrage qui vient de paraître aux éditions Salamandre, ses splendides photographies sont organisées en 5 sections : regarder les étoiles et comprendre notre place dans l’univers; découvrir la fabuleuse vie de la faune et de la flore la nuit; l’obscurité, un besoin vital et une porte vers la liberté; la pollution lumineuse, un fléau de notre siècle; le ciel étoilé, un trésor pour l’humanité. Les photographes apprécieront les détails techniques pour chaque image : image unique ou assemblage, temps de pose, focale, iso mais ce qui compte, c’est la poésie, qui s’en dégage, avec leur côté parfois irréel comme cet « arbre de la nuit des temps ».
lire la suite