C’est démontré : les OGM sont des poisons

On le subodorait depuis longtemps, le professeur Gilles-Eric Seralini et son équipe l’ont démontré. Le résultat de deux années de recherche sur des rats a été publié hier dans Food and Chemical Toxicology, une revue américaine très sérieuse.

Cette étude menée très discrètement a consisté à nourrir pendant deux ans des rats avec le maïs OGM NK 603. Les cobayes étaient répartis en trois groupes, l’un consommait ce maïs, le second mangeait du maïs non OGM mais cultivé avec des pesticides, le troisième recevait du maïs non OGM et cultivé sans pesticide. 200 rats environ ont participé à l’expérience.

Une fois n’est pas coutume, je reprends cet article le jeudi 4 octobre.  L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient de rendre son verdict: elle considère que l’étude du Pr Séralini n’est pas valable : le nombre des rats testé est insuffisant et leur espèce serait naturellement sujette aux tumeurs. Rien de surprenant à cela. Faudra-t-il attendre vingt ans, des tas de morts et un empoisonnement généralisé pour qu’on reconnaisse le travail de ces chercheurs? Nos gouvernants ne savent pas que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Ils ne connaissent apparemment pas non plus le sens de l’histoire. C’est navrant!

☞ Nous nous retrouvons une fois de plus dans les grandes manipulations savamment orchestrées comme il y en a eu pour le tabac ou l’amiante. Fabriquer du déni et jeter le doute pour reculer le temps de la législation voire de l’interdiction. En ce qui concerne le tabac et l’amiante, l’alerte avait été donné une quarantaine d’années avant que le lien de cause à effet entre ces produits dangereux et la véritable épidémie de cancers qu’ils ont provoqué soit enfin reconnu. Les OGM n’y échappent pas. La manœuvre ne peut être que détectée. Ce qui me met en colère, c’est l’hypocrisie ambiante. Je suis scandalisée par l’attitude du quotidien « Le Monde » qui, par souci d’information, souligne la rédaction, publie sur son site en consultation libre, l’intégralité de l’article de Stéphane Foucart qui aurait du être réservé aux abonnés. Il commence par cette phrase, « ces recherches prétendent… » L’utilisation de ce verbe induit d’emblée que les résultats annoncés par le Pr Séralini ne sont pas crédibles. Pour moi, c’est de la désinformation, pure et simple, et de la manipulation d’opinion au service de l’industrie. Vive la presse libre!

Pourtant les résultats sont sans concession : les rats nourris au maïs OGM NK 603 ont commencé à développer  des pathologies lourdes au 13ème mois de l’expérience. Deux à cinq fois plus de tumeurs sont apparus chez les rats nourris au maïs  OGM quel que soit leur sexe. Autre constatation : elles se développent nettement plus tôt.

Les OGM interdits en France? Croyez-vous? C’est sans compter sur la chaîne alimentaire. Nos animaux sont pratiquement tous (sauf en élevage bio) nourris avec du maïs et du soja transgéniques importés donc, à chaque fois que nous mangeons de la viande, nous nous prenons notre petite dose d’OGM.

Un rat vit en moyenne 2 ans, un humain 80 ans. Facile de faire le rapport: 1 an de rat correspond grosso modo à 40 ans d’humains. Or, nous savons que les cancers et autres pathologies lourdes atteignent des personnes de plus en plus tôt. La tranche 40-50 ans est aujourd’hui extrêmement touchée. Les OGM ne sont bien sûr pas les seuls responsables. Ils s’ajoutent à toutes les autres pollutions qui ruinent notre santé et celle de tous les organismes vivants.

Cette étude a été menée de manière indépendante au sein du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendante sur le génie génétique). Elle a été financée en partie par la Fondation suisse Charles Léoplod Mayer mais, surprise, également par les patrons de la grande distribution, Auchan, Carrefour… Ces derniers semblent avoir pour principal motif de vouloir se prémunir de tout nouveau scandale alimentaire du type vache folle.

Ce qu’on est en droit de demander aujourd’hui, c’est pourquoi cette étude de longue durée a toujours été refusée par les instances officielles qui se sont toujours contentées d’études limitées sur trois mois, un temps trop court pour constater l’apparition de pathologies. L’avocate Corinne Lepage part donc en campagne et exige des comptes auprès des politiques, des experts français et européens, des agences sanitaires et de la Commission de Bruxelles qui se sont opposés au principe d’une étude de longue durée sur l’impact des OGM sur la santé.

La publication du résultat des recherches du professeur Séralini et de son équipe s’accompagne d’un battage médiatique (2 livres et un film) absolument nécessaire pour tenter d’ébranler la puissance des Monsanto et autres faiseurs de poisons. La contre-attaque a donc commencé via l’ EFSA, un organisme bien trop officiel pour ne pas subir les pressions du lobbying. A suivre donc.

☞ Tous cobayes ?  Gilles-Eric Séralini, Editions Flammarion, à paraître le 26 septembre
☞ La vérité sur les OGM, c’est notre affaire, Corinne Lepage, Editions Charles Léopold Meyer – à paraître le 21 septembre
☞ Tous cobbayes? un film de Jean-Paul Jaud, sortie le 26 septembre

20/09/2012 © Danièle Boone

 

One Response to C’est démontré : les OGM sont des poisons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *