Chasse aux papillons avec Noé Conservation

Machaon en vol © Danièle Boone

L’observatoire des papillons et de la biodiversité fête ses cinq ans cette année. Piloté par le Museum d’Histoire naturelle et l’association Noé Conservation, l’opération est participative, c’est à dire que tous les propriétaires de jardin peuvent transmettre leurs observations. Ils sont moins nombreux cette année qui s’annonce exceptionnelle avec la sécheresse. Les scientifiques ont  donc besoin de toutes les bonnes volontés.

Citron © Danièle Boone

☞ Cette baisse de la participation pourrait être liée au fait que, dans certains jardins, les papillons sont peu nombreux, ce qui diminue la motivation. Et pourtant toutes les informations sont précieuses. Cela n’a rien de compliqué et je peux vous assurer que compter ses papillons tous les jours, c’est aussi et surtout apprendre à les reconnaître et à les observer. Alors même si certaines espèces ne sont pas au rendez-vous, ou si le nombre d’individus vous paraît dérisoire, engagez vous pour cet été. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Moi, dans mon jardin, j’ai pas mal de papillons mais, je dois le dire, ils sont en moins grand nombre. Ainsi, au printemps, j’ai vu de citron, ce joli papillon jaune qui est un des premiers à apparaître. On le voit tout l’été. Ces jours ci, je compte un ou deux individus.  Pas si mal!

Aurore © Danièle Boone

Après le citron, c’est l’aurore qui arrive. Ici c’est un mâle. On le reconnaît à l’éclat orangé de ses ailes qui pourrait bien servir à attirer les femelles aux ailes entièrement blanches.

Myrtil © Danièle Boone

Les participants à l’observatoire des papillons disposent d’une liste principale de 28 papillons et une liste secondaire de 18 autres papillons ainsi que leur descriptif pour pouvoir facilement les reconnaître. Ils sont toutefois assez caractéristiques et assez communs pour que cela ne représente aucune difficulté. Ici, c’est un myrtyl, un papillon dont on découvre la discrète beauté basée sur le camaïeu beige orangé de ses ailes, sublimé par la lumière.

Machaon © Danièle Boone

Le machaon lui se remarque d’abord parce qu’il est grand et aussi parce qu’il est très beau. Ses ailes postérieures sont prolongées par une queue. C’est un cousin en quelque sorte du flambé, un autre de nos magnifiques papillons également dans la liste. L’année dernière, j’en avais plein (ici) mais cette année, je n’en ai aperçu qu’un, au tout début du mois de mai et depuis, il a disparu.

Petite tortue © Danièle Boone

La population de petites tortues est en nette régression dans les plaines sans doute à cause de l’agriculture intensive et la disparition des orties sur laquelle elles pondent en exclusivité. Elle ne serait plus présente en plaine que dans le quart nord est de la France. Par chance, elles sont nombreuses cette année dans mon jardin. L’année dernière, je ne l’ai pas vu. Il faut dire que je ne suis arrivée que mi-juillet.

Petite tortue © Danièle Boone

On la reconnaît à ses ailes orangées ornées de taches noires et jaune et bordées d’une rangée de lunules bleues ourlées de noir.

Petite tortue © Danièle Boone

Côté pile, c’est la face camouflage, une astuce de la nature pour passer inaperçu.

Belle-Dame © Danièle Boone

La Belle-Dame est un papillon migrateur qui revient d’Afrique un peu après les hirondelles! Celle-ci dont les ailes sont un peu déchiquetées a du échapper de justesse à un prédateur! Elle reprend des forces en absorbant des sels minéraux à même le sol.

Demi-Deuil mâle © Danièle Boone

Le demi-deuil… quel drôle de nom pour ce papillon noir et blanc. Cette année, il y en a plein dans ma petite prairie perso que je laisse pousser en toute liberté.

Demi-deuil femelle © Danièle Boone

Le dessous des ailes de la femelle est beige alors que le mâle est entièrement noir et blanc.

Hespéride orangée © Danièle Boone

J’adore photographier les petites hespérides orangées. Elles ont un côté E.T. qui m’amusent !

Accouplement de piérides © Danièle Boone

Tout le monde connaît les piérides, ces papillons blancs

Gazé © Danièle Boone

Le gazé fait partie de la grande famille des Pieridae mais il a son look bien à lui. La lumière joue à travers ses ailes translucides. Il est vraiment magnifique à observer.

Souci © Danièle Boone

Lorsqu’il a ses ailes ouvertes, il est jaune orangé plus ou moins soutenu, d’où son nom. Et ses ailes sont toujours bordées de noir.

Azuré © Danièle Boone

J’ai une tendresse toute particulière pour les azurés, une grande famille de petits papillons couleur du ciel. Enfin pas tous. Les femelles sont souvent brunes. A moins d’être un fin connaisseur, ils ne sont pas facile à distinguer, c’est pourquoi, ils sont communément appelés les « petits bleus ». Chez les deux sexe, le dessous orné de lunules est souvent orangé.

Paon du jourHespéride orangée © Danièle Boone

Voilà encore un magnifique papillon qui n’existerait pas sans les orties c’est pourquoi il est vivement recommandé d’en laisser quelques touffes au jardin. C’est notre manière à nous d’aider la nature et d’assurer  la biodiversité.

 …

Pour participer à l’observatoire des papillons :  www.noeconservation.org

.
26/06/2011 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte et des photos est soumise à autorisation

One Response to Chasse aux papillons avec Noé Conservation

  1. C’est avec plaisir que je viens d’admirer tous ces papillons aussi beaux les uns que les autres ! Je rencontre tous ces spécimens dans mon Périgord Blanc, ville Périgueux et, à ma campagne commune Tourtoirac ( du côté du château d’Hautefort ) , en ce moment, ils se disputent le suc des fleurs d’un arbre à papillons !
    La nature est somptueuse pour qui sait la regarder et la préserver !
    Bien amicalement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *