La nature se féminise

Dans le Elle daté du 24 janvier 2009, Marie-Françoise Colombani s’insurge à propos d’un article paru dans L’Osservatore Romano, le journal du Vatican. Il y serait dit que « La pilule aurait depuis des années, des effets dévastateurs sur l’environnement » à cause des « tonnes d’hormones relâchées dans la nature via les urines de femmes qui la prennent ». Et Marie-Françoise Colombani de voir là l’antiféminisme notoire du Vatican qui ne perd jamais une occasion de stigmatiser sainte Coupable, l’Eve tentatrice qui a tendue cette fichue pomme à Adam, donc Nous! Et je la suis, et je l’approuve sur le fond. Toutefois je n’ai pas lu l’article en question et ne peux juger le bien-fondé de son jugement mais l’hypocrisie des hommes de l’Église catholique envers la femme est un fait et ce n’est certes pas Benoît XVI, pape conservateur, qui va initier un changement. Marie-Françoise Colombani se réjouit ensuite du commentaire de la Société italienne de pharmacologie  qui affirme que « les hormones contenues dans la pilule sont présentes partout, dans le plastique, les désinfectants, etc »,  ce qui est absolument juste. Puis, l’éditorialiste termine son coup de gueule par une info sur la fertilité des Françaises diffusée récemment. « En passant le seuil des deux enfants par femme, les Françaises sont devenues les meilleures pondeuses d’Europe. Les hommes français sont donc, manifestement, toujours aussi fertiles. A moins qu’il ne s’agisse d’une intervention du Saint-Esprit. »

De fait, ce qui me titille, c’est que Marie-Françoise Colombani, toute occupée à démontrer la mauvaise fois des hommes d’église,  nie une inquiétante réalité, par méconnaissance probablement. En d’autres termes, je ne la suis pas dans son argumentaire car il contribue à une désinformation assassine vu l’urgence de la situation. La féminisation de la nature est désormais scientifiquement prouvée.  Un seul exemple: Tyrone Hayes, biologiste spécialiste des amphibiens, a testé  les effets de l’atrazyne, l’herbicide le plus vendu au monde, sur des grenouilles. Les mâles exposés sont devenus hermaphrodites!

L’homme qui fait partie de la nature n’échappe pas au phénomène. Une intéressante étude menée par le professeur Pierre Jouannet a montré que le nombre de spermatozoïdes des parisiens a chuté de 40% en 20 ans soit 2% par an. Lorsque cet éminent biologiste, spécialiste de la reproduction et de l’embryologie, a commencé cette recherche à partir des échantillons des donneurs de sperme, tous père d’au moins un enfant, il était convaincu de ne trouver aucune modification. Les résultats sont pour le moins alarmants. Si la chute se poursuit à ce rythme, c’est la capacité d’une population à se reproduire qui est en jeu. Donc, même si les vivaces petits spermatozoïdes parviennent encore jusqu’à l’ovule des Françaises, cela n’est en rien le signe que les hommes français sont toujours aussi fertiles.

Marie-Françoise Colombani ne semble pas non plus avoir conscience que l’omniprésence des hormones dans le plastique ou les désinfectants  est grave. Ce n’est pas une bonne nouvelle qui libère les femmes de leur responsabilité, tout au plus, et c’est déjà pas mal, elle peut les déculpabiliser un peu. Ana Soto et Carlos Sonnenschein, deux biologistes allemands, ont mené des recherches sur des lignées de cellules cancéreuses. Pour les faire proliférer, ils les ont exposés à des œstrogènes. Un jour, surprise, les cellules témoins, donc non exposées, se sont mises à proliférer de la même façon. Après des mois de recherches, ils ont fini par identifier le coupable, un composant des nouveaux tubes plastiques! Pas la peine d’être visionnaire, pour imaginer les conséquences. Si le composant est présent dans un tube de laboratoire, il peut l’être aussi dans un biberon et, si c’est le cas, cela signifie que les bébés sont exposés aux hormones. Les deux chercheurs ont analysés des dizaines d’emballages. Résultats: ces composants qui agissent comme des œstrogènes, donc des perturbateurs endocriniens, ont envahis notre quotidien.

Dernier point soulevé par l’édito de Marie-Françoise Colombani, le rejet dans la nature des résidus des médicaments humains via les urines. Hélas, il s’agit bien là encore d’une réalité. Mais le pipi des messieurs y compris celui des ecclésiastiques est aussi responsable que le nôtre. Beaucoup de ces molécules sont potentiellement dangereuses pour la santé et, à l’heure actuelle, elles ne sont pas détectées, donc en libre circulation. Ainsi, à la surprise de biologistes américains intrigués par le comportement de certains poissons, des molécules de prozac ont été retrouvés dans leur chair! Il est évident que nous  ingérons, nous aussi, à notre insu, quotidiennement, des molécules chimiques évadées dans la nature. Rien ne nous permet aujourd’hui d’en connaître les conséquences sur la santé mais les travaux du professeur Belpomme, cancérologue, ne nous donnent guère matière à nous réjouir.

Je ne cherche pas à faire peur. Cessons simplement de nous voiler la face… car nous avons le pouvoir des petits, immense quand il est collectif, celui de dire non… Vous avez sans doute vu cette publicité qui vante les bombes assainissantes, l’homme heureux de rentrer dans son foyer si… non non, là il y a mensonge. Ce n’est pas sain et accueillant qu’il faut entendre, c’est empoisonné! Si plus personne ne les achète, ces produits, les rois des multinationales devront bien changer de stratégie… Utopique, moi? Vous voulez rire!

Pour argumenter ce texte, ma principale référence: « Mâles en péril », un excellentissime documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade diffusé sur Arte en novembre 2008. Quatre extraits son visibles sur le site de Arte. ☞ Voir

A lire aussi:
Plongée en eaux troubles des résidus médicamenteux – Univers-Nature

ligne3.jpg
30/01/2009 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte est soumise à autorisation

4 Responses to La nature se féminise

  1. C’est qui “On”? Vous et moi…
    —————
    Vous, peut-être, mais pas moi !

    Dans quel monde vivez-vous, le XVIème ? Vous ne voyez pas la détresse de 85 % de jeunes qui fuient la réalité dans l’alcool, dès l’âge de 12-13 ans !!! —– (Je vis dans un quartier populaire de Paris. Je vois la détresse de beaucoup de gens, des jeunes et des moins jeunes aussi. Je vois aussi de l’intolérance et des jugements définitifs. Je vois également des boissons énergisantes et alcoolisées inventées et vantées par des gens qui s’en foutent de détruire du moment que cela leur rapporte. J’ai vu aussi la très grande misère dans d’autres pays. Mais j’ai vu et je vois aussi des sourires et du partage, des jeunes qui s’engagent pour aider et qui sont dans l’action. Désolée mais ces graines d’espoir, si peu nombreuses soient-elles, je ne veux pas les noyer. Et j’arrêterai là ce dialogue de sourds.) —–

    Mes yeux sont grands ouverts, j’ai vu la lente dégradation psychique, mentale, et même physique de ces jeunes, qui à 14-15 ans, ne sont même plus en mesure de courir 1 km sans avoir l’impression de mourir, tant leur univers de citadin les a emprisonné devant ces étranges lucarnes qui distillent un poison quotidien à leurs sens inexpérimentés.

  2. Vous êtes bien optimiste pour les jeunes.
    ………………………………………………………………………………………….
    Oui, et je maintiens…
    Il y a des jeunes paumés, beaucoup c’est vrai, mais il y a aussi des jeunes formidables…
    Et j’en rencontre souvent.

    ………………………………………………………………………………………….

    Pour les avoir longtemps fréquentés, je peux vous dire que les rares qui résisteront, plus exactement, les rares qui réagiront seront ceux qui auront échappé à la drogue, à l’alcool, aux jeux vidéos, à la tentative de suicide.

    Ils ont tout les droits, pas de devoirs; on leur a fait croire qu’ils étaient en avance, qu’ils étaient matures parce qu’ils raisonnaient comme à la télé, on leur a même filé la fameuse pilule (source de tous les maux de notre société), pour qu’ils soient encore plus libres, ils y ont goûté, ils ont déjà goûté à tout, il ne leur reste que la mort comme expérience à vivre, c’est triste…
    ………………………………………………………………………………………….
    C’est qui « On »? Vous et moi…
    Peut-être ne sommes nous pas des bons modèles. Regardez l’état du monde.
    Je pense sincèrement que nous ne pouvons pas porter un jugement collectif aussi négatif.
    Ouvrez les yeux, vous serez surpris! Et je ne pense pas faire de l’angélisme.

    ………………………………………………………………………………………….

  3. Pourquoi cet « antimâlisme primaire » ?
    ………………………………………………………………………………………….
    Ah oui, vous voyez cela comme ça, vous!
    Je souligne toutefois qu’à aucun moment je ne me réjouis de la féminisation de la nature. Face à ce phénomène, j’exprime plutôt une profonde inquiétude.

    ………………………………………………………………………………………….

    Les grenouilles de bénitier, ça existe encore, et si vous avez l’occasion d’entrer dans une église, vous y verrez beaucoup de femmes et peu, voire pas du tout d’hommes ! Alors les Hommes d’église se tireraient une balle dans le pied avec de telles affirmations ?
    ………………………………………………………………………………………….
    Qui parle de grenouilles de bénitier? Ce n’est pas un terme très flatteur. Pour reprendre votre expression, ce serait plutôt de l’anti-femellisme primaire.
    ………………………………………………………………………………………….

    Je n’y crois pas une seconde.

    Ce n’est d’ailleurs pas la femme qu’il faut condamner, c’est l’inventeur de la pilule qui a déstabilisé tous les fondements de la famille, réduisant l’homme à un vulgaire distributeur de spermatozoïdes chez qui la femme, comme au DAB, vient retirer ce dont elle a besoin pour « s’accomplir ».

    La femme professionnelle-mère au foyer-épouse-concubine-monoparentale-émancipée-soumise est une aberration de notre société; elle veut assumer tous ces rôles à la fois, et elle n’en assume aucun vraiment.

    ………………………………………………………………………………………….
    Je respecte votre liberté de pensée.
    Par ailleurs, je précise que mon sujet n’est ni sur la pilule ni sur la place de la femme dans la société. Hommes, femmes, nous sommes tous dans le même bateau et il prend l’eau!

    ………………………………………………………………………………………….

    Quant aux démoniaques chimistes, qui jouent avec leurs éprouvettes comme avec un Meccano, ils devraient répondre de leurs « inventions » devant un tribunal.
    ………………………………………………………………………………………….
    Au moins là, nous sommes d’accord!
    ………………………………………………………………………………………….

    ps: la transformation génétique de l’homme à venir ne sera rien par rapport au déséquilibre mental qui s’installe petit à petit chez les jeunes aujourd’hui.

    ………………………………………………………………………………………….
    Et là encore, je suis d’accord… mais je précise, pas tout à fait pour les mêmes raisons. Les jeunes ont de quoi être soucieux mais j’ai confiance dans les générations qui arrivent et dans leur faculté d’invention et de réaction. C’est le monde de demain, le nôtre certes, mais aussi et surtout le leur et celui de leurs enfants qui est en jeu.
    ………………………………………………………………………………………….

  4. Merci pour cet article particulièrement documenté et clair… Mais où va-t-on ?
    ………………………………………………………………………………………….
    Il est sans doute encore temps de redresser la barre. Même s’il y a beaucoup de dégâts d’ores et déjà irréparables, on peut espérer la survie de l’humanité. Mais si nous ne changeons pas de cap, ce sera le plus grand suicide collectif jamais réalisé! Je dis suicide car aujourd’hui on sait mais, pour l’instant, on va droit dans le mur les yeux grands ouverts.
    Mais plein de gens ont d’ores et déjà dit non et ont fait un choix de vie différent. C’est le sujet du prochain film de Colline Serreau, sortie à l’automne. Il faut qu’on soit encore plus nombreux…
    C’est à chacun de nous de décider. On nous fait croire qu’agir individuellement, c’est dérisoire. C’est faux. La réponse doit être individuelle… La force vient en effet de groupes d’individus qui ont choisi d’agir et qui vont ainsi consciemment dans la même direction.

    ………………………………………………………………………………………….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *