Le faucon crécerellette au secours de l’agriculture bio et de l’agrotourisme

Faucon crécerellerette ©Louis-Marie Préau

Le faucon crécerellette pèse moins de 200 grammes. Le rapace nidifie en France puis hiverne en Afrique. Mais où ? Des générations d’ornithologues se sont interrogés à ce sujet. Le mystère vient seulement d’être levé grâce à Philippe Pilard de la LPO (Ligue pour la Protection des oiseaux) qui a déniché, après sept ans de recherche, un dortoir géant au Sénégal de 28 600 individus venant d’Europe de l’Ouest et d’Afrique du Nord. La zone est tenue secrète le temps d’en organiser la protection avec le soutien du gouvernement sénégalais. Les autorités ont en effet immédiatement perçu comment faire d’une pierre deux coups: la protection des oiseaux et le développement d’activités écotouristiques qui auront un impact positif sur l’économie locale et, en même temps, la lutte biologique contre les invasions de criquets, un véritable fléau pour l’agriculture. A ce jour, les paysans utilisent des produits chimiques néfastes pour l’environnement et leur santé et de plus mortels pour les oiseaux alors que le faucon crécerellette est un prédateur naturel de ces insectes ravageurs. La colonie peut en absorber jusqu’à 2 millions par jour !

Merci pour la photo à mon complice Louis-Marie Préau. N’hésitez pas à aller visiter son site.

Retour page d’accueil

© Danièle Boone

2 Responses to Le faucon crécerellette au secours de l’agriculture bio et de l’agrotourisme

  1. l’ile de kousmar est elle le plus grand dortoir de faucon crecerellette

  2. Je me demande s’il y en a pas une dans le cimetière près de chez moi. N’a t-elle pas un cri strident et perché que l’on pourrait confondre avec celui d’un enfant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *