Les animaux connaissent la musique!

Criquet

Souvent solistes, parfois duettistes, les animaux, araignées, criquets, éléphants, gerris, cigales, orangs-outans, harengs, escargots, loups… n’ont rien à envier à un orchestre symphonique. 

Grande sauterelle verte
blancblanc
C’est dans leurs cordes
Les araignées jouent de la harpe. Les fils de soie font office de corde. Le mâle ouvre le concert. Il saute sur la soie, la tire avec ses pattes, tambourine dessus de ses pédipalpes (appendices propres aux arachnides). Son rythme est très régulier, contrairement à celui, désordonné, de la proie prise au piège. La femelle répond en faisant vibre à son tour la toile, histoire de dire : « C’est bon, je t’ai reconnu, tu peux entrer. » Oui, mais les araignées tisseuses étant quasi aveugles, comment localiser la belle ? Monsieur tire les fils de soie avec ses pattes, puis écoute. Plus le son aigu, plus le fil est court et plus la propriétaire est proche… Quant au criquet, il joue du violon en faisant grincer ses ailes sur ses pattes. Chez la sauterelle et le grillon, c’est l’élytre, aile antérieure dure et rigide, qui sert d’archer, l’aile postérieure étant l’instrument.


Gerris


Tam-tams aux rythmes endiablés

L’éléphant ne se contente pas de jouer du clairon avec sa trompe, il communique aussi avec les pieds. Les ondes sismiques qu’il provoque en frappant le sol seraient perçues par ses congénères à une trentaine de kilomètres à la ronde. Une sorte de tam-tam de brousse. Les gerris, punaises d’eau très communes, ont recours à la même pratique. Ils tambourinent littéralement leur message. Si un mâle s’adresse à un autre mâle, souvent pour une histoire de territoire, il agite rapidement les pattes à la surface de l’eau. Mais s’il s’adresse à une femelle, le mouvement des pattes est beaucoup plus doux ! Certaines chenilles croisant un congénère, se livrent à un duel acoustique en tambourinant les feuilles de leur mandibules. Dans le club étendu des percussionnistes, on trouve également les termites. Si leur nid est soumis à une menace imminente, ils se mettent à cogner en tous sens avec leur tête pour alerter les autres du danger. Par ailleurs, lorsqu’ils convoitent un bois, ils tapent dessus avec leurs mandibules. En fonction de la sonorité (plus le morceau est petit, plus la fréquence est aiguë), ilsestiment sa taille et décident s’il peut ou non figurer à leur menu. Chez la vrillette, un coléoptère, se taper la tête contre les murs est un appel amoureux.
blanc

Escargot de Bourgogne

Concertos de percussions
La cigale, de son côté, joue des cymbales situées juste derrière la naissance de ses ailes. Musicien professionnel, le mâle utilise un muscle qui déforme une membrane et produit un son ensuite amplifié dans une caisse de résonance : cela jusqu’à neuf cents fois par secondes. Il parvient ainsi à émettre un nombre incroyable de décibels, nettement plus élevé que le bruit d’un moteur de voiture… Mais lui chante et on l’accepte. Qui imaginerait que même les escargots réussissent à produire des bruits de castagnettes ? Et pourtant, au cours d’un effort, l’orifice respiratoire situé derrière leur tête émet un claquement lorsqu’il s’ouvre et se ferme en rythme. Les harengs, eux, font des concerts de pets. Faire des bulles dans leur bain serait pour eux un moyen de rester groupés lorsqu’il fait noir. Pour d’autres, comme le serpent corail, le pet est un signal d’alarme. Prout, futons !

Jamais sans leur micro
Les animaux recèlent parfois des trésors d’imagination côté sono. L’orang-outan a inventé le mégaphone : il enroule des feuilles pour s’en servir de porte-voix. Quand on n’a pas de main, on se débrouille autrement. La courtilière se place au fond de son terrier pour chanter : la cavité intensifie le son. Une grenouille de Bornéo se cale même dans un tronc d’arbre creux afin d’augmenter la portée de son chant ! Parmi les choristes, les loups ont optés pour la polyphonie. L’honneur de démarrer revient au chef de la meute puis chaque loup, module son chant sur plusieurs notes, tantôt aiguës, tantôt graves. La règle du chœur est invariable : hurler pendant une à deux minutes. Attendre dix à vingt secondes puis recommencer. Et ainsi de suite. Avec l’écho renvoyé par les collines et les forêts environnantes, une petite meute de cinq à six individus peut ainsi donner l’impression d’être une vingtaine d’individus. La nature n’en finit pas de nous surprendre. Le concert est permanent autour de nous, alors tendons les oreilles !


La symphonie animalePour en savoir plus lire la Symphonie animale, l’excellent ouvrage d’Antonio Fischetti, docteur en acoustique et journaliste scientifique. Il se lit comme un roman.

Arte Editions-Vuibert, 20 € avec un DVD.blanc

Cet article est paru dans Version Fémina ce 11 octobre 2009

© Danièle Boone & Version Fémina. Toute utilisation même partielle du texte et des photos est soumise à autorisation

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *