L’humain végétalisé : une découverte extraordinaire

Les végétaux que nous mangeons ne nous apportent pas seulement des calories, des vitamines, des fibres et de l’amidon mais aussi de l’information qui agit sur notre métabolisme. La découverte de l’équipe chinoise du professeur Lin Zhang ouvre une porte énorme. Longtemps, on a cru que l’ADN était le maître absolu et puis, avec l’épigénétique et la découverte des micro ARN, on a réalisé que, finalement, rien n’était définitivement écrit. N’étant pas scientifique, mon imagination vagabonde, pour le meilleur et le pire et je me dis que cette découverte pourrait expliquer bien des choses, toutes ces allergies et ces maladies nouvelles en tout cas, je peux affirmer sans risque de me tromper, que cette découverte confirme la géniale intuition d’Hippocrate: nous sommes ce que nous mangeons. Elle apporte aussi la preuve que par l’alimentation, on peut modifier son héritage génétique dans le bon comme dans le mauvais sens. Ma consœur Hélène Crié-Wiesner qui vient de publier American Ecolo, un recueil de ses chroniques parues sur le site Rue89. Cette journaliste qui vit aux Etats-Unis rapporte que, face à leurs énormes problèmes de santé, les Américains sont en train de changer leur façon de se nourrir. Ils sont de plus en plus nombreux à cuisiner et à consommer local, bio de préférence. Elle souligne entre autre le fait que dans les villes moyennes où il était très difficile de trouver un bon restau, on a maintenant le choix entre 3 ou 4 adresses qui prônent le retour du goût. Pendant ce temps, chez nous, la nourriture industrielle et le prêt-à-manger continuent à gagner du terrain. J’en veux pour preuve le contenu des caddies facile à analyser lorsqu’on fait la queue aux caisses des supermarchés.

☞ N’étant pas compétente pour expliquer clairement et simplement le mécanisme des micro ARN, je vous renvoie à l’article de Jacques Testard par dans Libération ce 24 octobre dont j’ai repris le titre imagé. Le biologiste a également commenté cette découverte révolutionnaire sur France Inter, dans La tête au carré. Pour la première fois, on a la preuve du mélange des deux règnes, végétal et animal, ce qui remet l’homme, là d’où il n’aurait jamais du sortir, au cœur de la nature. Dans l’émission de Mathieu Vidard, Jacques Testard cite le haricot OGM dont l’autorisation d’exploitation vient d’être donnée au Brésil. L’obtention d’une plante OGM repose justement sur ce mécanisme des micro ARN. Dans ce cas précis, l’organisme humain qui va ingéré ce nouvel haricot va être confronté à un micro ARN avec lequel il n’a jamais été mis en contact. Fort de ces nouvelles connaissances, il est légitime de se demander comment ça va réagir. «  Les applications techniques sont toujours en avance par rapport aux connaissances et c’est souvent au mépris du principe de précaution », souligne le scientifique qui termine avec cette constatation : « Les plantes transgéniques n’ont démontré jusqu’ici aucun avantage. » La conclusion de son article dans Libération est encore plus sévère : « Faute d’humilité, nos productions brevetables sont souvent des injures à l’intelligence. »

Article de Jacques Testard dans Libération du 14/10/2011
La tête au carré du 14/10/2011

© Danièle Boone

15/10/2011 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte est soumise à autorisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *