Pierre Rabhi, parole de terre

Pierre Rabhi © Danièle BoonePierre Rabhi © Danièle Boone

Connaissez-vous Pierre Rabhi? Non. Alors il faut vite lire Parole de Terre (en poche chez Albin Michel). Ce livre en forme de conte africain est d’une évidence limpide et, lorsqu’on le referme, on n’est plus tout à fait le même. Tyemoro, son héros, parle de la terre, de notre rapport au vivant et de la folie qui s’est emparée des hommes du XXe siècle. La surabondance n’est-elle pas contraire à la raison et n’exposons-nous pas la terre à dilapider son lait comme une nourrice folle? demande Tyemoro.

Ce samedi 12 avril 2008, Pierre Rabhi était le “grand témoin” d’une rencontre autour de l’agro-écologie organisée par Nature & Découverte et Terre Sauvage.
Des extraits du documentaire « We feed the world » ponctuait le débat. Après la séquence consacrée à la culture des tomates dans le sud de l’Espagne, Pierre Rabhi s’est exclamé : « C’est Avoriaz ». Hélas nous ne sommes pas dans un film d’horreur mais bien dans la réalité. Que pouvait-il dire après le passage consacré à l’élevage des poulets, de l’incubation artificielle à la volaille prête à consommer sinon : « ce n’est pas humain ». Enfin, lorsque le PDG de Nestlé a doctement expliqué qu’il était normal de commercialiser l’eau puisqu’elle appartenait à tout le monde, la révolte sourdait en chacun de nous. Les brevets sur le vivant sont un scandale qu’il faut dénoncer encore et toujours. « Tout ce qui a un prix a de la valeur mais il y a des choses qui ont tellement de valeur qu’elles n’ont pas de prix. » C’est à force d’arguties basées sur le bon sens telle que celle-ci, que Pierre Rabhi a forgé sa pensée.

Avec un débat sur l’agroécologie, il était normal que le bio soit abordé. Mais là encore Pierre Rabhi nous a surpris. « Ce n’est pas le bio qui va sauver le monde. On peut manger bio, avoir de l’énergie solaire, faire attention à l’eau et ne pas respecter l’autre ». Encore une fois, rien à ajouter c’est tellement évident. « Notre siècle de rationalité matérialiste, de pesanteur minérale, de substances toxiques largement répandues, d’une science presque totalement asservie au profit, a porté atteinte au monde sensible qui constitue l’enveloppe vivante et vitale de notre planète », a-t-il écrit dans la préface de Parole de terre. « Il semble que ce ne soit qu’à l’aune du sacré que nous pourrions mesurer l’ampleur de notre responsabilité. J’entends par sacré ce sentiment humble où la gratitude, la connaissance, l’émerveillement, le respect et le mystère s’allient pour inspirer nos actes, les éclairer et faire de nous des êtres présents au monde, mais affranchis des vanités et des arrogances qui révèlent bien davantage nos angoisses et nos faiblesses que notre force. »

Le plus de ces rencontres : la diffusion de la pensée de Pierre Rabhi
Le moins : le partage de la parole de Pierre Rabhi, pourtant seule tête d’affiche, avec Jean-Jacques Fresko sensé animé le débat mais beaucoup trop bavard et les autres invités, Yves Cochet, député vert du 14e, Bernard Giraud, Danone, et Pierre Siquier, vice-président de la Fondation Hulot.
Le deuxième moins : l’absence de débat d’où la frustration du public
Le troisième moins : la vente à la sortie du DVD « We feed the world » mais aucun des ouvrages de Pierre Rabhi

14/04/2008 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte ou des photos est soumise à autorisation

Retour page d’accueil


2 Responses to Pierre Rabhi, parole de terre

  1. Ping : Conscience et Environnement, Pierre Rabhi « Blebelly, a durable and full-belly world

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *