Archives pour l'étiquette CO2 mon amour

Le loup parmi nous

Salamandre 237« Pour ou contre, la question est désormais dépassée. Car le loup est parmi nous, » peut-on lire dans le dernier numéro de la Salamandre. Julien Perrot, le fondateur et rédacteur en chef de la Salamandre a été le premier à soutenir le projet de Jean-Michel Bertrand. Ce soutien financier a permis le démarrage du tournage. Pas étonnant donc que le dossier de ce numéro soit consacré à cet animal magnifique, icône même du sauvage.

Hier, l’invité de CO2 mon amour était Jean-Michel Bertrand. Le réalisateur raconte son incroyable aventure avec beaucoup de sensibilité. Denis Cheissoux a rediffusé une séquence enregistrée en mars 2016 sur le lieux du tournage. Les jours précédents, Jean-Michel avait vu et filmé un loup. Avec beaucoup d’émotions, le réalisateur raconte la suite. Ce loup était un loup erratique venu se nourrir des restes de la meute. Il l’a vu et filmé plusieurs jours de suite. A noter aussi, l’interview de Véronique Luddeni, vétérinaire à Saint-Martin-Vésubie (06). Avec un certain nombre de confrères, elle propose un véritable accompagnement des éleveurs et surtout une autre manière de traiter les dossiers d’indemnisation liés au loup. La plupart des éleveurs sont passifs. 5% d’entre eux seulement sont vertueux mais 5 autre % profitent du loup et font des indemnisations un véritable business qui coûte très cher à la collectivité.

Le film de Jean-Michel Bertrand n’est malheureusement pas diffusé en France hormis à Paris et en Savoie. Bien sûr, on a envie de s’insurger contre cette injustice. Pour ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir le voir, lisez la Salamandre et écoutez l’émission de Denis Cheissoux, cela vous permettra d’attendre la sortie du DVD dont la date n’est pas encore programmée.

© Danièle Boone

Fukushima, c’est derrière. Le pétrole guyanais, c’est l’avenir !

Cet après-midi, tout en concoctant une tarte aux pommes, j’écoutais CO2 mon amour, l’émission de Denis Cheissoux. Parmi ses invités, Corinne Lepage. Elle revient tout juste du Japon et plus précisément de Fukushima. Elle était là pour témoigner de ce qu’elle avait vu et entendu. La France a classé cette catastrophe majeure avec empressement. Tiens pardi, faut pas faire de l’ombre à nos gouvernants, super VRP du nucléaire français! Alors, donc, on n’en parle plus. Pourtant « c’est une catastrophe en cours » souligne Corinne Lepage. Beaucoup de points noirs subsistent ainsi que beaucoup d’interrogations sur l’état des lieux. En fait, on ne sait toujours pas précisément l’ampleur des dégâts. Mais ce dont on est sûr, c’est qu’un accident majeur peut encore survenir. ☞ lire la suite

© Danièle Boone