Archives pour l'étiquette Laurent Arthur

Fouine et compagnie – vous avez dit nuisibles ?

Un habitant de mon village m’a raconté,  il y a quelques jours, qu’une martre avait tué 5 de ses 7 poules Noire du Berry dont il était très fier. Sa présence au plus près de l’homme, le ramdame dans le grenier, la bavette blanche, tout ce que le bonhomme m’a raconté, signait plutôt la présence d’une fouine, petit mammifère décrit par ses ennemis comme puante, sanguinaire, coupeuse de tête… Ce monsieur n’a pas manqué de me dire qu’elle aimait le sang, un vampire dans son poulailler donc! La martre, sensiblement de la même taille arbore une bavette orangée ou jaune paille et un pelage plus brillant. Elle vit en milieu forestier. Sa truffe est noirâtre alors que celle de la fouine est plutôt rose. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Rencontres chauves-souris à Bourges

Qui dit que les chiroptères sont des mal aimées ? Près de 400 personnes se sont retrouvées ce week-end à Bourges pour les rencontres nationales “chauves-souris” de la SFEPM (Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères). Les participants sont venus de toute la France mais aussi de Belgique et de Suisse. Première constatation : la présence de beaucoup de jeunes passionnés, filles et garçons. La raison de cet engouement : c’est un secteur où il reste énormément à découvrir.
lire la suite

© Danièle Boone

Les chauves-souris sont au Museum de Bourges

Grand Rhinolophe © D.R.

Tous les naturalistes sont au courant : Michèle Lemaire et Laurent Arthur, deux éminents spécialistes des chauves-souris travaillent au Museum d’Histoire Naturelle de Bourges. Ils ont fait de ce site, un lieu incontournable pour qui s’intéresse aux chiroptères. Pour cette année internationale de la chauve-souris, les deux complices ont concocté une superbe exposition entièrement consacrée à leur sujet d’études favori. Très pédagogique, elle éclaire monsieur tout le monde sur ces bestioles qui souffrent à tord d’une mauvaise réputation. On y découvre les différentes espèces avec une mention spéciale pour les populations locales. Voilà une excellente idée pour sensibiliser le public. Elle propose également de découvrir  les voix des chauves souris captées par un détecteur d’ultrasons qui les a retranscris en sonorités audibles à l’oreille humaine. Et, cerise sur le gâteau, les visiteurs peuvent admirer en vrai quelques roussettes d’Egypte, des petites chauves-souris frugivores.

L’exposition Planète chauve-souris restera à l’affiche jusqu’au 30 septembre 2012.
plus d’infos

© Danièle Boone