Archives par mot-clé : oiseaux

Nature Nièvre : le canard colvert

Canard colvert
Ce beau canard sauvage ne plonge pas pour trouver sa nourriture mais immerge sa tête et l’avant de son corps ne laissant dépasser que son derrière. C’est donc un canard de surface dit aussi barboteur. On le trouve partout même sur les bassins au cœur des villes. La France compterait entre 30 000 et 60 000 couples nicheurs. On l’identifie à sa tête verte, son miroir alaire bleu irisé et son bec jaune. Il ne dort que d’un œil : les scientifiques ont découvert récemment qu’il est capable de contrôler veille et sommeil indépendamment avec chacun des deux hémisphères comme les cétacés. Un sacré phénomène ce colvert que je vous invite à découvrir
en écoutant ma chronique sur RCF
en images sur ce blog

Nature Nièvre : la grive musicienne

Grive musicienne
Connaissez vous la musicienne de la forêt ? Cette petite grive donne le ton, perchée en haut d’un arbre. Les autres oiseaux, grimpereaux, roitelets, troglodytes, rougegorges l’accompagnent. C’est l’enchantement des chœurs d’oiseaux à l’aube qui saluent l’arrivée du jour qui malheureusement se fait plus discret chaque année.

lire la suite
écouter l’émission

Disparition à la mangeoire


Pas de restriction sanitaire pour les piafs, alors avec le retour du gel, j’ai réouvert le restau des oiseaux début décembre . Les clients ne sont pas très nombreux : quelques mésanges bleues et charbonnières, quelques chardonnerets, une quinzaine de moineaux. Pas de pinsons des arbres, pas de verdiers d’Europe cette année. Enfin pour cette dernière espèce, j’en ai observé un seul alors que les hivers précédents, ces jolis petits oiseaux venaient en bande et ne rataient jamais l’ouverture.

Les oiseaux granivores dont ces deux espèces font partie, payent un lourd tribut aux changements des pratiques agricoles depuis les années 1970 : utilisation de pesticides, disparition des haies et des herbes folles. Canicules et sécheresses à répétition y contribuent sans aucun doute aussi. De plus, les oiseaux dont les défenses immunitaires sont affaiblies notamment à cause du manque d’une bonne nourriture, sont victimes de maladies venues d’ailleurs comme la trichomonose qui touche particulièrement les pinsons et les verdiers. Tristesse infinie.

Nature Nièvre – les grandes aigrettes

Grande aigrette
Ces grands oiseaux blancs peuplent nos prairies ou le bord de nos étangs et de nos lacs en hiver. Quelquefois, elles sont en compagnie de leur cousin, les hérons cendrés. Leur bec jaune à pointe noire et leur couleur immaculée en font des oiseaux impossible à confondre. Pourtant, les grandes aigrettes ont failli disparaître pour une histoire de mode !  Du 18ème siècle jusqu’aux années 1950, les dames portaient des chapeaux emplumés. Les grandes plumes ornementales, caractéristiques de la parure de noce de notre oiseau étaient particulièrement prisées. Paris comptait alors près de 800 maisons de plumassiers employant quelques 7000 personnes. Et on sait que durant la seule année 1910, au marché de Londres, 1470 kg de plumes d’aigrettes ont été vendues. Cela représente près de 300.000 oiseaux adultes assassinés sur une seule année.
lire la suite

Oiseaux : les visiteurs de l’été sont presque tous arrivés

Rougequeue femelleFemelle rougequeue noir © Danièle Boone

Chaque année, j’éprouve la même joie à découvrir leur retour. La première à m’être apparue était une femelle rougequeue noir. C’était le 19 mars. Trois jours plus tard, en allant ouvrir les poulaillers, j’ai entendu la fauvette à tête noire qui chantait à tue tête. Je l’ai vu quelques heures plus tard, se désaltérer dans l’abreuvoir des oiseaux.  Le point d’eau est toujours un formidable spot d’observation d’autant que je le vois depuis mon bureau. C’est là que, souvent, je découvre les visiteurs de passage. Certaines espèces en migration font, en effet, une halte dans mon jardin que j’essaie de maintenir accueillant toute l’année. Dans le même temps, est arrivé le pouillot veloce mais son chant fait tellement partie de mon environnement sonore, que je n’ai pas noté précisément le jour de son arrivée ! Ensuite, il m’a fallu attendre presque deux semaines pour entendre le loriot. ☞ lire la suite