Archives pour l'étiquette pic épeiche

Tambourinage chez les pics

Pic épeiche
En ce moment, les pics tambourinent. lorsqu’on se promène, si on ne connait pas, on ne peut que ce demander qu’elle est cette salve rapide et sonore qui raisonne dans la campagne et les bois. De fait, ces oiseaux la produisent tout à fait intentionnellement contre un tronc sec, une branche morte ou parfois un poteau ou une pièce de métal. Ces percussionnistes hors pair, signalent ainsi leur présence à leurs rivaux et… à leur belle car la drague chez les pics se fait au roulement de tambour. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Tournesol : les pics épeiches aussi

Pic épeiche et mésange bleueDepuis qu’ils ont découvert la manne tournesol, les pics épeiches qui fréquentent mon jardin, sont devenus complètement accros. Au départ, j’ai cru qu’il n’y avait qu’un couple. Un matin, j’ai vu trois oiseaux, un mâle et deux femelles. Un autre jour, il y avait trois mâles, chacun sur sa tête de tournesol. Ils sont donc au minimum cinq!
lire la suite

© Danièle Boone

Tournesol et verdiers

Intimidation entre verdierCette année, j’ai glané des têtes de tournesol avec la permission de l’agriculteur qui les avait fait pousser. Les oiseaux adorent! Cela multiplie les points de nourrissage et le spectacle. Je prends beaucoup de plaisir à les observer. Les verdiers se considèrent en terrain conquis et ils n’envisagent pas de partager surtout avec leurs congénères! La femelle arrive avec l’intention ferme de se poser ce qui ne sied pas du tout au mâle qui occupe la place. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Salamandre, les pics à l’honneur

Salamandre n°191, avril-mai 2009Depuis février déjà,  la forêt retentit du tambourinage des pics. Ces oiseaux utilisent le martèlement de leur bec pour lancer leurs appels territoriaux et nuptiaux. Pour bien faire se faire entendre, ils choisissent un arbre creux ou une branche morte bien sonore. C’est l’effet tam-tam. Le dossier du nouveau numéro de la Salamandre leur est consacré. Je vous le recommande ainsi que le miniguide pour reconnaître les 9 espèces qui vivent sous nos latitudes.
C’est l’occasion pour Julien Perrot, l’auteur du dossier, d’aborder aussi la santé des forêts. La présence des pics en est un indicateur. Dans les milieux naturalistes, l’importance des très vieux arbres et des bois morts n’est plus à démontrer. Ils sont importants non seulement pour les pics mais pour plein de petits animaux, les coléoptères entre autres. La valeur du bois mort commence à être reconnue par les forestiers mais, sur le terrain, la situation tarde à s’améliorer. Concilier l’équilibre naturel de la forêt avec une exploitation moderne et rentable du bois, un matériau précieux, écologique et renouvelable est pourtant un défi à relever au plus vite.
Donc, précipitez vous sur la Salamandre. Comme vous le savez, j’apprécie beaucoup cette revue des curieux de la nature. Les articles y sont sans prétention mais de grande qualité naturaliste et, en plus, c’est un magazine vraiment indépendant, c’est à dire sans publicité.
1- C’est super reposant.
2- Ça prouve qu’on peut s’en passer

En savoir plus: www.salamandre.net

© Danièle Boone