Archives pour l'étiquette Planète Nièvre

Planète Nièvre : Les abeilles, ambassadrices du vivant

Les abeilles ont depuis longtemps la sympathie d’un large public. De fait, ces sentinelles de l’environnement nous révèlent l’état de santé de la planète. Sachons les écouter et prendre les mesures nécessaires sans attendre des décisions politiques toujours retardées. Pour la dernière de Planète Nièvre, nous avons choisi de nous intéresser aux abeilles en tant qu’êtres vivants et non pas seulement aux productrices de miel. Avec Vincent Albouy, entomologiste, et Céline Locqueville, créatrice du jardin des petites ruches qui propose aussi des stages d’apiculture écologique sans récolte de miel, nous découvrons que l’abeille mellifère est une abeille qui peut vivre à l’état sauvage et qui, de fait, n’a pas besoin de nous. Elle sait très bien se débrouiller seule !

Nous évoquons aussi le monde immense des abeilles sauvages. Il existe près de 1000 espèces en France. L’abeille mellifère, notre abeille domestique, est l’une d’elle. Pollinisatrice efficace, elle doit être protégée tout comme ses cousines qui vivent à 96% en solitaire. Commençons par revoir notre consommation des produits de la ruche (miel, pollen, propolis). Ce sont de précieux nutriments pour booster notre système immunitaire l’hiver. Nous ne devrions les consommer que dans ce cadre afin de mettre fin à l’apiculture industrielle qui comme l’élevage industriel exploite les abeilles pour faire de l’argent et n’a que faire du bien être animal.

Céline Locqueville propose d’accueillir les abeilles mellifères dans son jardin en leur offrant des fleurs toute l’année et une ruche sans récolte de miel. Celui-ci est indispensable à leur bonne santé. Céline vit depuis 10 ans avec une ruche sur sa terrasse à trois mètres de la porte d’entrée de sa maison. Les abeilles ont choisi de s’y installer et la cohabitation se passe très bien. Nous sommes allés au jardin des petites ruches, et nous pouvons en témoigner.

Pour aller plus loin :
Abeilles mellifères à l’état sauvage, une histoire naturelle par Vincent Albouy, éditions Terran, 2019
Ruches refuges, accueillir les abeilles mellifères dans son jardin sans les exploiter par Céline Locqueville, éditions Ulmer, 2020

écouter l’émission
..

Planète Nièvre : marches pour le climat, le réveil citoyen

On parle beaucoup d’urgence climatique et sociale, de marches citoyennes et solidaires, de convergence des luttes et même d’actions juridiques pour inaction climatique contre l’État. Le mouvement est international. À Planète Nièvre, nous nous sommes questionnés : pourquoi et comment le climat est-il fédérateur de ce réveil citoyen ? Nous avons rencontré Émilie Chamoux, militante politique, syndicaliste et associative et François Crutain, président du Collectif nivernais pour une agriculture durable (CNAD). Tous les deux sont membres du collectif 58 pour le climat.

En fait, tout le monde, à un niveau individuel, est concerné par le dérèglement climatique. Les batailles climatiques sont, au départ, des luttes pour les conditions de vie mais la conscience commune d’une menace planétaire commune se diffuse rapidement. L’urgence est absolue pourtant, malgré les alertes scientifiques, les COP, les diverses déclarations, aucune décision digne de ce nom n’est prise. Au contraire, les États continuent à signer des accords comme le CETA qui donnent au commerce internationel le plein pouvoir pour s’accaparer des richesses naturelles, nos biens communs, et détruire la planète.

Face au blocage de la situation dans le monde politique et dans le monde économique, de plus en plus de citoyens réalisent que c’est à eux maintenant de faire des propositions et de se prendre en main. Greta Thunberg, la jeune suédoise, est devenue une icône en quelques semaines. Son franc parler est sans appel : « si les solution au sein du système sont si impossibes à trouver, nous devrions peut-être changer le système lui-même ». Dans la Nièvre, associations, mouvements politiques, syndicats et simples citoyens se sont rassemblés dans le Collectif 58 pour le climat.  La prochaine est prévue pour le 16 mars – départ à 9h45 de la gare.

écouter l’émission

Planète Nièvre : habitat participatif, vivre autrement

Pour cette nouvelle émission de Planète. Nièvre, nous nous sommes rendu à Urzy au moulin du Greux où nous avons rencontré Catherine Marcadier, Martin Bouté et Faustin Thierry. Tous les trois se sont lancé dans l’aventure de l’habitat participatif. Nous avons également rencontré Gérard Fontaine, directeur du conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de la Nièvre (CAUE 58), dont l’un des rôles principaux est le conseil.

Vivre dans un habitat participatif n’est pas vivre en communauté. Chacun dispose d’espaces privatifs et bénéficie, en plus, d’un accès à des espaces à partager comme un jardin ou des pièces de vie. L’habitat participatif est une manière de se réapproprier les décisions et responsabilités de l’acte de construire ou de rénover, d’adapter et d’entretenir son lieu de vie en cohérence avec des valeurs partagées par tous.

Les partenaires du projet du moulin du Greux ont choisi de créer une société civile immobilière d’attribution (SCIA) qui permet d’acquérir à plusieurs, sous forme de part, avec des lots qui sont attribués et des prises de décisions collectives et démocratique sous forme de consentement/consensus. Parallèlement, l’association des 3 HOPS rassemblent une vingtaine de personnes qui soutient le projet et participe notamment aux chantiers participatifs organisés une fois par mois.

écouter l’émission

Planète Nièvre – Abattoir de Corbigny, vers un autre modèle ?

C’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur parce qu’il concerne à la fois l’alimentation et le bien être animal. Le monde industriel s’est emparé de tout le vivant, y compris nous, en nous manipulant pour faire de nous de parfaits consommateurs. Face à la décision de Sicarev qui ne souhaite plus exploiter l’abattoir mucipal de Corbigny, la mairie, la communauté de communes, les éleveurs, les bouchers gèrent ensemble cette situation délicate. Un comité de pilotage a été constitué, un bureau d’étude a été nommé et la solution la plus viable apparaît devoir être locale avec une réorientation de l’élevage de proximité.

Par ailleurs, depuis quelques temps déjà, des éleveurs s’interrogent pour éviter à leurs animaux la souffrance de cette dernière étape. Nous avons assisté à un colloque sur l’abattage à la ferme à Tracy Saint-Loup en Saône et Loire organisé par Bio Bourgogne. La loi agriculture alimentation a prévu dans son article 73, la mise en place d’expérimentations d’abattoirs mobiles sur le territoire français, une très bonne nouvelle. Nous sommes incontestablement à un moment où, la prise de conscience citoyenne aidant, les changements de paradigmes sont en cours. C’est le sujet de cette émission.

 ☞ écouter l’émission

© Danièle Boone

Planète Nièvre : glyphosate, pourquoi tant de résistance ?

Le 15 septembre dernier, 42 députés sur 80 votants ont refusé d’inscrire dans la loi Alimentation/Agriculture, l’interdiction dans les trois ans du glyphosate, herbicide gravement toxique alors qu’une majorité  de français ont désormais pris conscience de la dangerosité des pesticides et souhaitent son interdiction. Pourquoi tant de résistance ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre. 

Pour cela nous avons exploré les arguments des pro-glyphosates qui souhaitent remplacer une molécule par une autre, argumentant également la mise en concurrence déloyale avec les autres céréaliers européens qui eux pourront utilisé l’herbicide pendant encore cinq ans ainsi que les différentes techniques pour s’en passer, labours profonds, rotations plus larges des cultures et aussi semis dans paillis. Nous nous sommes également interrogé sur le rôle ambigu des coopératives qui, à la fois, conseillent les agriculteurs adhérents, leurs vendent semences et produits phytosanitaires et leur achètent leur production, d’autant qu’elles se retrouvent aujourd’hui au sein des grands groupes de l’agroalimentaire qui eux mêmes investissent dans les pesticides. Enfin, nous avons constaté le rôle non négligeable de la mondialisation : pour être concurrentielles, les céréales à l’exportation doivent être produites au plus bas coût, ce que permet le glyphosate. Entre la santé des humains, la biodiversité et l’argent, une fois encore le choix a été fait au profit de l’argent !

écouter l’émission

© Danièle Boone