La foret jardin de Martin Crawford


Il existe une forêt où les plantes comestibles foisonnent. Il suffit de se baisser pour cueillir ses salades et légumes ou de lever le bras pour s’offrir des fruits. L’homme y retrouve son instinct de cueilleur… Ce n’est pas un récit imaginaire. C’est la forêt jardin que Martin Crawford a créé à Dartington, dans le Devon, en Angleterre.



☞ D’emblée, elle ressemble à une forêt vierge, pour la luxuriance.  Normal puisque son créateur s’en est inspiré. Martin a voulu reproduire le modèle tropical ici, en Angleterre, dans le Devon. Des études sur les forêts nourricières tropicales avaient été faites par Robert Hart dès le début des années 1960. Lorsque Martin, alors maraîcher décide de se lancer, il y a vingt ans, il s’appuie sur le modèle de superposition de couches de végétaux de différentes tailles qui rend les milieux forestiers si productifs. Il plante ses premiers arbres dans une prairie d’un hectare. Au centre, les plus grands, puis les moyens, essentiellement des aulnes et des fruitiers. Et puis, il ajoute toutes sortes de plantes, 550 au total.



La visite est passionnante. A chaque pas, c’est une nouvelle découverte depuis l’ail des ours, très commun dans le coin, la claytone de Cuba, la mélisse, les poireaux perpétuels, la rhubarbe… sans compter les arbustes, groseilliers, poivriers de Sechuan. Les plantes qui ne sont pas comestibles comme la consoude qui enrichit naturellement le sol participent à l’équilibre du système ou bien sont utiles pour la gestion au quotidien comme ce Formyum, dont les fibres peuvent être utilisées comme le rafia.


De fait, on imagine volontiers que, ici, tout  pousse tout seul, comme par magie mais l’intervention humaine demeure. Certes, il n’y a aucun apport de fertilisant ni d’arrosage, et en ce sens, la forêt comestible est bien autonome. Martin Crawford consacre toutefois une journée par semaine dans sa forêt jardin. Ainsi, récemment, il a replanté toute une série d’hoyas qui se mangent comme des asperges.



Les adventices sont admises puisque dans ce système, on travaille avec la nature et pas contre elle, mais elles sont contrôlées. Les plantes couvre-sols limitent les indésirables en agissant comme du mulch vivant et, lorsqu’il s’agit de ronces  (Rubus Tricolor) qui donnent des fruits oranges goûteux, c’est encore mieux! Un des principes fondamental de la forêt jardin, c’est de remplacer toutes les niches écologiques forestières par des plantes comestibles ligneuses et vivaces de préférence. Lorsque des annuelles sont associées, elles doivent être capables de se ressemer toutes seules.



Le plus difficile lorsqu’on crée une forêt jardin, c’est de mettre en place un système forestier autonome car cela prend plusieurs années. La mare en est un élément important. Elle contribue à l’équilibre du système en attirant, entre autres, les chauves-souris et les grenouilles, de sacrés auxiliaires qui font leur job de régulateur.



Dans une forêt, il y a ce qui est à l’air libre mais tout ce qu’il y a en dessous: les systèmes racinaires dont le volume est très important, les mycéliums… Martin Crawford cultive aussi des plantes comme la glycine tubéreuse dont on mange le tubercule et, bien sûr, des champignons, shitake et pleurottes. Pour cela, il a inséré du mycélium dans quelques branches choisies avec soin et les champignons poussent régulièrement. L’ensemencement perdure pendant une dizaine d’années.



Persuadé qu’il y a d’autres façons de produire de la nourriture que le modèle industriel, Martin Crawford a créé l’Agroforestery research trust. La recherche est au cœur de sa passion. Les analyses montrent que le taux de matière organique dans le sol est passé de 5 à 20 % en vingt ans. Il dispense un enseignement à des étudiants qui viennent du monde entier. Lors de la dernière session, seulement 10 étudiants étaient anglais sur les 25 inscrits. Il transmet ce qu’il a appris en faisant et en observant et l’importance fondamentale des arbres. Comment jouer de l’ombre et de la lumière, comment utiliser les complémentarités entre les plantes fixatrices d’azotes, reminéralisantes, mellifères, aromatiques, couvre-sols… Mais il y a encore tant à découvrir… Martin Crawford envisage d’ailleurs de créer une autre forêt jardin expérimentale! A suivre…


Plus d’infos ☞ www.agroforestry.co.uk



21/05/2014 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte et des photos est soumise à autorisation