Nous voulons des paysans

Nous voulons des paysans« Les coquelicots » s’étaient engagés pour 2 ans avec des rassemblements tous les mois dans toute la France. L’appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse a recueilli 1 135 133 signatures, soit 33 cartons, qui ont été remises par Fabrice Nicolino, Emily Loizeau, Victor Noël et Mariane Frisch  à Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, ce mardi 15 septembre. L’impact du mouvement des coquelicots auprès du public est incontestable. Chaque mois, les militants des coquelicots discutaient pacifiquement avec les passants qui les écoutaient bien volontiers et … signaient. La prise de conscience est là : nous sommes face à un empoisonnement massif dont on retrouve la trace dans l’air et dans l’eau de pluie, même en ville car ces produits volatils sont de grands voyageurs !

Ne souhaitant pas devenir une institution, ce mouvement citoyen, essentiellement rural, s’arrête mais pour enfourcher une nouveau destrier  : « Nous voulons des paysans ». L’utilisation  massive de pesticides menace la santé des humains, à commencer par celle des paysans. Ce nouvel appel toujours initié par Fabrice Nicolino demande un plan de sortie de l’agriculture industrielle en dix ans et l’installation dans ce même temps de 1 million de paysans à la campagne.
lire le texte de l’appel.

Après avoir lu la plainte morale à son encontre, Barbara Pompili a pris son stylo et signé l’Appel des coquelicots alors que le gouvernement vient d’annoncer son intention de réautoriser partiellement les néonicotinoïdes.
lire le compte rendu de la rencontre avec Barbara Pompili sur le site des Coquelicots

Frelon gourmand

Frelon européen © Danièle Boone
Les reines-claudes de Bavay sont une variété tardives des fameuses prunes de la reine Claude, femme de François 1er ! Ce frelon a trouvé là matière à se nourrir et, dans le même temps, se désaltérer. J’aime beaucoup les frelons européens (Vespa crabo), ces grosses guêpes mal aimées alors qu’ils nous rendent plein de services.
lire la suite

Safari dans mon jardin

Abeille sur chardon
Un des grands plaisirs d’un jardin naturel est d’observer la vie qu’il accueille. En ces temps de chaleur et de sécheresse, de nombreux hôtes se cachent en attendant une météo plus clémente. Pas étonnant donc que dans cette balade, j’ai surtout rencontré des insectes comme ce bourdon des champs. ☞ lire la suite

Planète Nièvre : Les abeilles, ambassadrices du vivant

Les abeilles ont depuis longtemps la sympathie d’un large public. De fait, ces sentinelles de l’environnement nous révèlent l’état de santé de la planète. Sachons les écouter et prendre les mesures nécessaires sans attendre des décisions politiques toujours retardées. Pour la dernière de Planète Nièvre, nous avons choisi de nous intéresser aux abeilles en tant qu’êtres vivants et non pas seulement aux productrices de miel. Avec Vincent Albouy, entomologiste, et Céline Locqueville, créatrice du jardin des petites ruches qui propose aussi des stages d’apiculture écologique sans récolte de miel, nous découvrons que l’abeille mellifère est une abeille qui peut vivre à l’état sauvage et qui, de fait, n’a pas besoin de nous. Elle sait très bien se débrouiller seule !

Nous évoquons aussi le monde immense des abeilles sauvages. Il existe près de 1000 espèces en France. L’abeille mellifère, notre abeille domestique, est l’une d’elle. Pollinisatrice efficace, elle doit être protégée tout comme ses cousines qui vivent à 96% en solitaire. Commençons par revoir notre consommation des produits de la ruche (miel, pollen, propolis). Ce sont de précieux nutriments pour booster notre système immunitaire l’hiver. Nous ne devrions les consommer que dans ce cadre afin de mettre fin à l’apiculture industrielle qui comme l’élevage industriel exploite les abeilles pour faire de l’argent et n’a que faire du bien être animal.

Céline Locqueville propose d’accueillir les abeilles mellifères dans son jardin en leur offrant des fleurs toute l’année et une ruche sans récolte de miel. Celui-ci est indispensable à leur bonne santé. Céline vit depuis 10 ans avec une ruche sur sa terrasse à trois mètres de la porte d’entrée de sa maison. Les abeilles ont choisi de s’y installer et la cohabitation se passe très bien. Nous sommes allés au jardin des petites ruches, et nous pouvons en témoigner.

Pour aller plus loin :
Abeilles mellifères à l’état sauvage, une histoire naturelle par Vincent Albouy, éditions Terran, 2019
Ruches refuges, accueillir les abeilles mellifères dans son jardin sans les exploiter par Céline Locqueville, éditions Ulmer, 2020

écouter l’émission
..

Libellule déprimée

Libellule déprimée femelle
Mon ami Maurice Chatelain, photographe naturaliste bien connu, membre comme moi de l’association des Journalistes pour la Nature et l’Écologie (JNE) m’a envoyé cette superbe photo d’une libellule déprimée femelle (Libellula depressa). Le mâle, lui, est bleu. Son nom n’a rien à voir avec son état d’âme. Il provient de la forme de son abdomen court, plat et très large. Un très joli cadeau que je partage avec vous. Merci Maurice !

Si vous voulez découvrir plus de photos de Maurice Chatelain, je vous renvoie sur son blog ☞ www.harmonie-sauvage.com
À (re)voir aussi l’article ☞ libellules et demoiselles paru en 2012 sur ce blog  s