Passages parisiens

Palais Royal

Traverser le jardin du Palais-Royal, c’est entrer dans un autre temps. Longtemps les boutiques sous arcades, arboraient un  air délicieusement désuet. La maison Bacqueville, spécialisée dans les médailles comme celle de la légion d’honneur, demeure. Elle ne vend les décorations qu’aux titulaires de l’ordre en question et sur présentation d’un justificatif. Depuis quelques années, les créateurs s’approprient les galeries de Montpensier et de Valois mais, ni leurs belles boutiques, ni l’ouverture de plusieurs restaurants corrompent le charme de ce jardin où règne toujours le souvenir de l’écrivain Colette.

Palais Royal

Les jeux de lumières sous les arcades sont inépuisables. Ils s’accompagnent quelquefois de scènes insolites. Fondé en 1784 sous le  nom de café de Chartres, le restaurant du Grand Vefour est un vrai monument historique avec décor d’origine. Le savoyard Guy Martin préside à sa renommée. Sa cuisine est raffinée – je l’ai testé deux fois – mais, hélas, inaccessible au commun des mortels!
A l’angle du minuscule passage qui mène à la rue des Petits Champs, ne pas rater la boutique pleine de poésie de Anna Joliet, dédiée aux boîtes à musique.

Galerie Vivienne

De l’autre côté de la rue des Petits Champs, la Galerie Vivienne bâtie en 1823 a été l’un des premiers passages parisiens à être réhabilités. Très chic, avec son beau pavage, elle abrite notamment la boutique de Nathalie Garçon. J’aime beaucoup ce que fait cette styliste. Et puis, il y a A priori, un petit restau- salon de thé où l’on mange de délicieux plats parfumés, du roulé de poulet aux citrons confit par exemple, pour un prix tout à fait abordable.

Galerie Vivienne, librairie Jousseaume

Pour la petite histoire, Vidocq, le prince des bagnards devenu policier logea au n° 13, juste à côté de la librairie Jousseaume, un petit paradis pour les amoureux de vieux livres. Avant de rejoindre la rue Vivienne,  faire un stop à Si tu veux, une boutique de jeux et de jouets qui ne ravit pas seulement les petits!

Passage des Panoramas

Pour rejoindre le passage des Panoramas, remonter la rue Vivienne. Passer la Bourse  puis tourner à droite dans la rue Saint-Marc. Le passage s’ouvre à quelques mètres sur la gauche. C’est l’un des plus vieux de Paris. Bâti en 1830, avant le percement de la rue Vivienne, il donnait accès directement aux Grands boulevards et était fort fréquenté. A l’époque, il était flanqué de deux rotondes où étaient exposés des panoramas de monuments d’où son nom. Aujourd’hui, il baigne encore dans son jus et demeure extrêmement vivant. Les amateurs de cartes postales anciennes et de vieux timbres du monde entier s’y retrouvent. Chaque passage parisien a en effet ses spécialités.

Passage des Panoramas, L’Arbre à cannelle

Les anciennes échoppes surmontées d’un étage perdurent. L’arbre à cannelle, un salon de thé très prisé installé dans l’ancienne boutique d’un chocolatier, a gardé son décor Second Empire.Ça vaut la peine de s’y poser un moment.

Passage Joufroy

Juste de l’autre côté du boulevard Montmartre, commence le passage Jouffroy. Construit en 1847, celui-ci a profité des avancées de l’architecture métallique: il est beaucoup plus ample que le passage des Panoramas. Dès son inauguration, il bénéficiait d’un chauffage au gaz par le sol! Il jouxte le musée Grévin dont la sortie se fait sur le passage.

Passage Joufroy

Les boutiques du passage Jouffroy sont particulièrement sympas. La Galerie Ségas propose une extraordinaire collection de cannes anciennes, La maison du Roy, l’esprit de la fête et l’art de vivre au XVIIIème siècle et Le palais oriental, un bric à brac digne des Mille et une nuits.

Passage Joufroy

Ma préférée reste Pain d’épices, une vraie caverne d’Ali-Baba pour les jouets en bois, les miniatures, les maisons de poupées, les étiquettes…  Le passage ensuite se rétrécit. Au-dessus de  la librairie Paul Vulin, les réserves sont, en fait, des trompes-l’œil.

Passage Verdeau

La petite rue de la Grange Batelière traversée, nous voilà dans le passage Verdeau avec sa très élégante verrière en berceau.

Passage Verdeau

Ici, c’est le royaume des livres, des photos et appareils photos anciens. L’atmosphère est délicieusement feutrée. Le passage donne dans le très animé boulevard Montmartre. Tournez à gauche. Au n°35,  A la mère de famille. Cette splendide confiserie remonte à 1761. Il était un temps où elle avait l’air carrément anachronique mais les modes étant ce qu’elles sont, la voilà devenue carrément branchée. On y trouve toutes les sucreries de France, bêtises de Cambrai, bergamottes de Nancy, etc.

Passage Brady

En sortant de la confiserie, traverser le boulevard Montmartre, prendre la rue Richer. Tourner à droite dans la rue du Faubourg Poissonière puis à gauche dans la rue d’Enghien. Au bout de cette rue, le passage Brady. A peine entré, une sympathique odeur de curry titille les narines. Ici, c’est l’inénarrable Little India de Paris. Vous y trouvez tout, alimentation, tissus, vêtements, et bien sûr, des restaurants comme là-bas. Moi, mon adresse, c’est Le Passage de Pondichéry parce que j’aime la cuisine relevée de l’Inde du Sud. Le restau voisin, La reine du Cachemire, spécialisé en tandoori (marinade d’épices) n’a pas l’air mal non plus et le décor est magnifique! Je vais bien finir par le tester!
En sortant du passage, prenez le boulevard sur la gauche. Vous arriverez au métro Château d’Eau. Et là, vous verrez des africains se précipitez sur les africaines pour leur parler avec véhémence. Longtemps, je n’ai rien compris à ce manège. En fait, ils démarchent pour un coiffeur… Voilà, on passe d’un exotisme à l’autre!

La balade vous a plus. Vous voulez la poursuivre alors, au lieu d’aller à Château-d’Eau, tournez à gauche sur le boulevard et prendre tout de suite à droite le Passage de l’industrie. Au bout, tournez à gauche. Très vite vous trouverez le passage du Prado, un autre passage indien, assez vétuste mais avec une belle verrière art déco. Il mène sur le boulevard de Bonne Nouvelle. De là, rejoignez la rue Saint-Denis. En la descendant, vous trouverez sur votre droite le passage Sainte Foy et le passage du Caire, deux passages très populaires. Toujours en descendant la rue Saint-Denis, vous trouverez à votre droite le passage du Grand Cerf et sur votre gauche, le passage de Bourg-l’Abbé.
Secteur Palais-Royal – Bibliothèque Nationale : Galerie Vero-Dodat, passage de Choiseul, passage des Princes.
Plus d’infos:
Boîte à musique Anna JolietGalerie Vivienne  – Galerie Ségas (cannes)La maison du RoyPain d’épicesPhoto VerdeauA la mère de famille
ligne3.jpg
04/04/2009 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte et des photos est soumise à autorisation

3 Responses to Passages parisiens

  1. Le temps de se dire bonjour (…) et nous partons, de manière à être rendus, à 1 heure moins le quart (…) au passage Verdeau (Verlaine, 1864).

  2. Merci pour cette visite …Nous y sommes allées hier (rencontre de bloggeuses!) et avons bien déjeuné à « l’arbre à cannelle »!
    Pain d’épices est toujours un beau retour en enfance et un rêve pour les miniaturistes !
    Gros bisous.

  3. Merci Danièle pour ce beau périple « made in Paris ».
    Bien sûr « Pain -d’Epices, » je connais, j’y ai même fait des folies quand cette boutique vendait encore des ours d’artistes.
    Nathalie Garçon, j’adore aussi cette styliste, très créative.
    A bientôt, RG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *