Bonne nouvelle chez les piafs

© Danièle Boone© Danièle Boone

A Paris, les moineaux domestiques se portent bien. C’est la grande bonne nouvelle des résultats de l’étude menée par le CORIF (Centre Ornithologique d’Ile de France) et la LPO (Ligue de protection des oiseaux) ces cinq dernières années. La capitale n’a vu le nombre de ses pierrots diminuer que de 5% par an alors qu’à Londres, dans le même temps, 95 % des moineaux ont disparus. Inquiétant pourtant: dans le XVe arrondissement, on enregistre une baisse de 74% et dans le XIe, de 92%. Les chercheurs n’ont pas de réponses à ce phénomène étrange si ce n’est que ces deux quartiers ont été fortement modifiés au niveau architectural et donc au niveau du mode de vie. La vraie conclusion, c’est que tout peut basculer très vite. Autre remarque: les moineaux sont plus nombreux dans les quartiers populaires de l’Est plutôt que dans les quartiers bourgeois de l’Ouest. Hypothèse: secouer ses nappes par la fenêtre n’est peut-être pas très classe mais utile pour les oiseaux!
Pas de catastrophisme donc mais de la vigilance. En ville n’hésitez pas à les aider en plantant des herbes folles dans vos jardinières, tout spécialement des graminées qui donnent des graines et attirent les insectes indispensables au moment du nourrissage des jeunes. Et puis offrez leur le gîte. A Amsterdam qui connaît une situation proche de Londres, les architectes ont désormais l’obligation d’intégrer à leur construction des nichoirs à moineaux avec une entrée de 4,5 cm. Même si, sur l’ensemble de la France, les moineaux sont en légère augmentation, dans certaines zones de nos provinces, ils diminuent comme tous les autres oiseaux granivores d’ailleurs! Plusieurs hypothèses sont évoquées, la transformation de l’agriculture, notamment la disparition des semis de printemps et des haies, l’utilisation des herbicides et pesticides y compris domestiques, la densité du trafic routier. Les moineaux domestiques supportent assez mal le dioxyde de carbone et l’essence sans plomb qui contient plus d’alcool, d’éther et de benzène. Mais de fait, ce ne sont encore que des hypothèses, c’est pourquoi le CORIF et la LPO ont décidé de reconduire l’étude parisienne sur les cinq prochaines années.

A ne pas manquer: la conférence sur les « Moineau Domestique à Paris »
Le mercredi 22 octobre, de 14h00 à 17h00
Dans les locaux de Natureparif, au 84 rue de Grenelle – 75007 Paris
Cette conférence sera animée par :
Frédéric Malher –  CORIF
Sandrine Mor – LPO Ile-de-France,
Romain Julliard – Muséum National d’Histoire Naturelle

© Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte ou des photos est soumise à autorisation

Revenir en page d’accueil 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *