Dans le sillage des requins

Requin-Tigre - Afrique du Sud © Roberto Rinaldi

L’année de la biodiversité commence haut et fort. Après la sortie de Océans, le magnifique film de Jacques Perrin, voilà une exposition consacrée aux requins. Comme tous les grands prédateurs, ces poissons pas comme les autres sont menacés de disparition alors que leur rôle est essentiel dans l’équilibre des écosystèmes. Ainsi, si les coraux sont mal en point notamment à cause des algues qui les étouffent, c’est en partie à cause de la raréfaction des requins. En effet, les petits poissons végétariens brouteurs d’algues sont surconsommés par les poissons à l’étage supérieur de la chaîne alimentaire qui, eux, ont proliféré parce que leurs prédateurs, les requins, ont vu leurs effectifs s’effondrer. Avec un rythme de 100 millions de requins tués par an, 90% d’entre eux ont été décimés en seulement quarante ans en grande partie à cause du shark finning dont j’ai déjà parlé sur ce blog. Les requins sont pêchés. On leur coupe les ailerons et on les rejette à l’eau où ils meurent étouffés juste parce que les asiatiques, les chinois en tête, croient dur comme fer que les ailerons ont un pouvoir aphrodisiaque et vont contribuer à leur longévité!!! Et comme leur niveau de vie augmente, ils sont de plus en plus nombreux à pouvoir s’offrir ce met magique. On tourne en rond, on se mord la queue et le monde se délite.

Bon cette expo réalisée par le Museum National d’Histoire Naturelle, c’est cela mais c’est aussi faire connaissance avec toute la famille des chondrichtyens ou poissons à cartilage. Les raies et les chimères sont les cousines des requins. On apprend aussi qu’il existe des requins ovipares qui pondent des œufs et des requins vivipares qui portent leur petit jusqu’à leur naissance. On découvre encore que les requins et leurs cousins ont des capacités sensorielles et motrices hors du commun. Ils sont dotés de queues asymétriques, de carènes latérales et chez les raies, d’ailes qui optimisent la propulsion. Leur peau recouverte de denticules dermiques permet de limiter la traînée dans l’eau. Similaire aux dents par leur structure (pulpe, dentine et émail), ces dentitules améliorent la rapidité de leur nage par un effet hydrodynamique tout en étant une excellente protection. Il suffit de toucher le fragment de peau à la disposition du public pour comprendre le mécanisme.

Par ailleurs, les chondrichtyens  ne flottent pas, contrairement aux poissons osseux qui possèdent souvent une vessie natatoire. Leur squelette en cartilage est bien plus léger et leur foie contient une huile spéciale moins dense que l’eau de mer, ce qui permet aux requins d’ajuster leur flottabilité et de se mouvoir rapidement, verticalement, sans perdre d’énergie. Enfin, le cartilage est bien plus souple que l’os. Du coup, les requins peuvent faire des volte-faces très efficaces pour la chasse. A cela, il faut ajouter une olfaction hors du commun – les requins sont capables  de détecter les proies à plusieurs kilomètres – et encore une électroréception utilisées pour localiser les proies vivantes émettant de faibles champs électriques même enfouies dans la vase ou cachées sous le sable.

Cet équipement fabuleux, qui contribue à leur remarquable adaptation à leur milieu, n’est pas du au hasard mais à 300 millions d’années d’évolution comme en témoignent les fossiles remarquablement conservés présentés dans l’exposition. Enfin, comme nous sommes dans un aquarium, nous pouvons voir aussi des requins (pointe noire, ocellé, cornu…) et des raies en vrai. Même si c’est toujours aussi un peu triste de voir des animaux sauvages dans un espace réduit, les voir évoluer devant nos yeux, c’est forcément différent des images. Et de ce côté, nous sommes gâtés aussi, puisque Jacques Perrin a donné des rush (images non utilisées) de Océans.

Aquarium de la Porte Dorée jusqu’au 6 mars 2011.
293, avenue Daumesnil 75012 Paris. Tél.: 01 53 59 58 60 – Métro Porte Dorée
Plus d’infos ☞ www.mnhn.fr

A consulter: le site de Shark Alliance, l’association internationale de protection des requins qui fait un boulot extraordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *