Promenons nous dans les bois!

Promenons nous dans les bois pendant que le chasseur n’y est pas, s’il y était, il nous tuerait! Le saviez-vous la septième loi sur la chasse en quinze ans vient d’être votée par l’Assemblée Nationale ce jeudi 18 décembre. Le texte de cette nouvelle loi concocté par le sénateur Poniatowski pour « l’amélioration et la simplification du droit de la chasse » propose, entre autres, l’abrogation de l’article L.426-16. Il s’agit, de fait, de l’article sur les règles de sécurité. Selon cet article, elles devaient être  fixées par décret en Conseil d’État sauf que depuis 8 ans le décret n’a jamais vu le jour! Avec son abrogation, ce seront les Fédérations départementales des Chasseurs donc, les chasseurs eux-mêmes, qui détermineront ces règles! Cela veut dire aussi, que chaque département aura les siennes.  A l’heure du tout sécuritaire (alimentation, santé, voyage…), cela ressemble fort à un anachronisme.

On comprend mieux si l’on sait qu’une grosse majorité de nos hommes politiques, les Poniatowski en premier, sont des chasseurs invétérés! Yves Cochet (Vert) et  Maxine Gremetz (Communiste) ont été les seuls à défendre la cause des non-chasseurs. Tous les autres camps se sont dérobés… On ne fâche pas les chasseurs! Pourtant, ils ne représentent que 2% de la population. La France est le seul pays d’Europe où on peut chasser 90 espèces de gibier, six mois de l’année, sept jours sur sept. Que faire? Certes, bouillir de colère ne sert à rien. Nous pouvons au moins signer la pétition pour l’arrêt de la chasse le dimanche initiée par l’Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages) et un collectif de 100 associations pour signifier que nous souhaitons pouvoir nous aussi profiter  de la nature sans nous faire tirer comme des lapins. Le dernier accident date du 26 octobre 2008 en Ardèche. Un chasseur a tiré sur un vététiste. Ayant perçu un mouvement, il a pensé avoir affaire à un sanglier! C’est ce qu’en jargon, on appelle un tir d’instinct. Le jeune homme de 25 ans, lui, est mort sur le coup! En dix ans, il y a eu 1965 accidents dont 817 graves et 298 personnes ont été tuées.

Ce nouveau texte de loi comporte bien d’autres éléments qui donne matière à bondir et tout particulièrement son article 20 qui autorisera à nouveau l’utilisation du Grand-duc artificiel dans le cadre de chasse traditionnelle? C’est quoi c’te bête? Un leurre en plastique imitant un rapace jusqu’ici utilisé sur autorisation préfectorale pour  faciliter le tir des corvidés sources de dégâts dans les champs.  La technique de ces oiseaux pour se défendre de ce prédateur est  de se rassembler en bande et poursuivre le rapace avec des cris sonores en d’autres termes, ils le houspillent. Et ça marche. Certains petits passereaux comme les alouettes des champs font de même. Vous avez deviné la suite… Les alouettes, petit gibier très prisé, se précipitent sur le faux Grand-duc désormais autorisé pour la chasse en général. Les chasseurs planqués ouvrent le feu et c’est le massacre. Cette pratique, interdite il y a de nombreuses décennies, remise au goût du jour! Là aussi, on marche à reculons. Non seulement c’est lâche mais en plus, lorsqu’on sait que ces trente dernières années la population d’alouettes a diminué d’au moins 50%, c’est carrément un génocide!

Oui aux balades nature en toute tranquillité:  signer la pétition pour l’arrêt de la chasse le dimanche.

ligne3.jpg
© Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte  est soumise à autorisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *