Rocamadour côté nature

Moutons de race caussenarde © Danièle Boone

Rocamadour, une cité accrochée à flanc de montagne mais aussi un délicieux petit fromage éponyme de brebis caussenardes qui se reconnaissent à leurs lunettes noires! Au printemps, tout est étonnamment vert.

Rocamadour

Plaqué à flanc de falaise dans le canyon creusé par la rivière Alzou, Rocamadour est un chef d’œuvre d’audace, un défi à l’équilibre. Ce lieu de pèlerinage  depuis le Moyen Âge était une étape majeure sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. On imagine tous ces gens arriver là, après des jours et des jours de marche. En prenant un peu de recul, on voit bien comment la ville émerge de la nature qui elle est grandiose et omniprésente. Le Quercy est un endroit magique, toujours mystérieux, rude sans doute, mais généreux pour ceux qui prennent le temps de le découvrir.

Le lac de Magès

Retenir l’eau pour qu’au cœur de l’été, hommes et bêtes puissent boire a été l’une des principales préoccupations des habitants du Quercy jusque dans les années 1960 et l’arrivée de l’eau potable au robinet.  Des centaines de mares rocheuses ont été creusée un peu partout sur le causse dans de grandes dalles calcaires compactes, non fissurées. Excédant rarement 1,50 m de profondeur, elles restent toujours en eau. Bien que de petite taille, on les appelle les lacs de Saint-Namphaise en référence à une légende. Namphaise, officier de Charlemagne, touché par la fois, aurait abandonné la guerre pour vivre en ermite sur les Causses et il aurait creusé les premières mares pour que les troupeaux puissent s’y désaltérer.

Gerris

Moins utilisés par les troupeaux, les lacs restent aujourd’hui essentiels pour la faune sauvage, aquatique et terrestre. Les gerris et les gyrins dansent en surface. Des tas de larves d’insectes y pullulent. Les nuits de printemps sont bruyantes des amours des crapauds et des grenouilles. Le triton marbré, un des descendants des plus anciens vertébrés terrestres, compte parmi les hôtes de marque.

Zygène fausta

La pelouse sèche caractéristique du Causse est en train de disparaître envahie par la forêt. La fermeture des milieux est lié au recul de l’agriculture. Toute sorte d’espèces, notamment au niveau de la flore, sont menacées. Ce n’est pas le cas de la zygène fausta sur la photo quoiqu’elle se raréfie.

Muret de pierres sèches

Les murets de pierres sèches ont été construits autant par  besoin de circonscrire l’espace, de parquer les bêtes et de protéger les cultures que d’épierrer les champs. Construits sans liant, ils disent le dur combat des hommes, des femmes et des enfants pour gagner sur la caillasse quelques arpents de terre pour produire leur maigre récolte. Beaucoup de ces haies pétrifiées, comme les haies végétales, ont disparues, afin d’ouvrir l’espace aux machines.

Caselle Lacan

Les cabanes de pierres sèches ou caselle qui ponctuent le bocage lithique appartiennent au patrimoine rurale du Quercy. La caselle Lacan avec son lac de Saint-Namphaise est l’une des plus belle.

Lac Saint-Sauveur

L’Ouysse  ne parcourt que onze kilomètres à l’air libre avant de se jeter dans la Dordogne. Par un caprice géologique, la majeure partie de son lit se trouve dans les profondeurs du causse. La résurgence de Saint-Sauveur est un endroit magnifique. La couleur de l’eau, la végétation… tout est magique.

Saint-Sauveur - Les deux eaux

Cela vaut la peine de grimper depuis la résurgence de Saint-Sauveur à un point qu’on appelle les deux eaux parce qu’on voit se rejoindre deux bras émergés de l’Ouysse. Je suis restée là un grand moment dans le silence à m’imprégner de cette nature si belle.

Gouffre Saint-Sauveur

En redescendant, je n’ai pas pu résisté à faire quelques images de jeux d’ombres, de lumière et d’eau.

Chenilles d’hyponomeutes

Ces chenilles d’hyponomeutes très voraces sont redoutées. Elles peuvent littéralement déshabillé un arbre!

L’Ouysse au moulin de Gougnaguet

L’Ouysse sortie de terre a des allures majestueuses.

Moulin de Gougnaguet

Le moulin fortifié de Cougnagnet (XIVe siècle)  et témoigne du savoir-faire des moines cisterciens. Il pouvait moudre 3 tonnes de grains en dix heures, une capacité d’écrasement tout à fait exceptionnelle pour la région.

Moulin de Gougnaguet

Hubert Faure, l’actuel propriétaire, le fait visiter avec beaucoup de bonhommie et de générosité. A la fin du parcours, il sort la gnole (un alcool de prune ou de poire) qu’il offre à l’assemblée. Excellente!

Vers le moulin de Tournefeuille

La plupart des chemins qui descendent vers les rivières sont les anciens chemins de meuniers.Celui descend au moulin de Tournefeuille sur l’Alzou. Hélas, il n’en reste que des ruines.

Croix près du Moulin de Tournefeuille

Les croix en pierre, comme les murets, comme les caselles font partie du patrimoine rural du Quercy.

Grand capricorne sur feuille d’églantier

Splendeur du printemps: un grand capricorne se régale des étamines d’une églantine!

Cirque d’Autoire

Les falaises abruptes du cirque d’Autoire font partie des paysages typiques du Lot. Elles abritent les aires des rapaces. J’y ai observé un couple de faucons pèlerins et l’envol des jeunes ainsi qu’un combat entre un grand corbeau et l’un des pèlerins. Moments rares, privilège de ceux qui savent prendre le temps. Mais j’avais la chance d’avoir  un guide particulier et non des moindres, Raphaël Arnaud, le créateur du Rocher des Aigles.

A  priori, je n’aime pas trop les parcs animaliers. Plus on observe la faune dans son milieu naturel, plus cela fait mal au cœur de les voir confiné dans des espaces clos même s’ils sont grands, même si on se dit, qu’ils sont nés là et qu’ils ne survivraient sans doute pas s’ils étaient relâchés. Mais là, j’avoue avoir apprécié ce spectacle de vol libre qui, en même temps, leur dérouille les ailes. Et puis, voir un Condor des Andes ou un Pygargue américain passer au dessus de sa tête, c’est quand même sacrément impressionnant.

Raphaël Arnaud © Danièle Boone

Sur cette photo, Raphaël Arnaud salue son copain l’aigle bateleur qui lui rend la politesse avec un salut de parade! J’ai été touchée par la passion sincère de Raphaël Arnaud. Au cirque d’Autoire, nous avons observé une de ses protégées. C’était un poussin lorsqu’elle est arrivée au rocher. Il l’a élevé en prenant soin d’éviter au maximum tout contact afin qu’elle ne soit pas trop imprégnée par l’homme. Son seul but était de la réintégrer dans la nature. Juste après l’avoir rendue à la vie sauvage, il venait voir chaque jour pour être sûre qu’elle allait être intégrée par les autres. De la voir là, deux ans plus tard, en couple, et avec des petits, il était encore tout ému. Moi aussi d’ailleurs! Chaque année, l’équipe du Rochers des Aigles recueille et soigne des dizaine d’oiseaux blessés. La liberté est rendue à tous les valide; les autres finissent leur vie au rocher.
Raphaël Arnaud s’est aussi engagé au Mexique dans l’opération Nanciyaga pour la protection de la forêt tropicale et de sa faune, entre autre des perroquets comme ceux qui interviennent en fin de spectacle, également en vol libre.

ligne3.jpg
S’y rendre : prendre le train jusqu’à Souillac puis louer une voiture. Prendre le temps de visiter la splendide abbatiale romane. Ne pas rater la magnifique sculpture du prophète Isaïe.

Vos douces nuits:
Les Esclargies à Rocamadour – un hôtel comme on les aime, enlacé de vieux chênes. Un couple de rouge-queues niche juste au-dessus de la terrasse où l’on prend  le petit déjeuner. Vous pourrez observer leurs allers venues pour nourrir le petits. Quand les parents arrivent, on voit très bien les trois ou quatre petits becs grands ouverts!
Plus d’infos ☞ www.esclargies.com

La Garissade  à Labastide Murat  – plein de charme et plus accessible financièrement. Le restau est hyper bon.
Plus d’infos ☞ www.garissade.com

Ces deux hôtels font partie du réseau hôtel au naturel. Cela veut dire qu’ils sont sur le territoire d’un parc naturel régional (PNR) et qu’ils pratique une gestion éco-responsable de l’énergie et de l’eau.

Renseignements
www.rocherdesaigles.com
www.parc-causses-du-quercy.org
Comité départemental de tourisme du Lotligne3.jpg

18/05/2010 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte et/ou de la photo est soumise à autorisation

3 Responses to Rocamadour côté nature

  1. Superbe blog, mais une petite erreur: l’Ouysse ne se jette pas dans la GARONNE, mais dans la DORDOGNE;

    ——————————————————————
    Réponse: Merci pour cette remarque. Vous avez parfaitement raison. Je corrige.

  2. Bonjour à tous,
    je suis en création d’un parc à moutons de races.
    Pour préserver uniquement des moutons de races confirmer, naturellement 1couple par espèces (ayant subis aucune modifications, les animaux doivent être entier dans tous les sens du terme).A prix raisonnable,de jeunes couples de mouton de races : comme ‘’ RAÏOLE, THÖNES & MARTHOD, CHURRA, Beni Guil, SARTI, ( pas pour un Business) Mais avoir des tondeuses écologique pour un parc privé au centre de la Picardie (entrée gratuite), ET SURTOUT avoir le plaisir de faire de la Pédagogie sur toutes ces races de moutons aux écoles primaires de la région, Enfants et Parents, ainsi qu’aux Public > (S.V.P Afin de pouvoir les présenter au public, il me faut une pièce pour justifier l’espèce génotypes ) Affiliation à A.S.I.E(Beauvais 60000)reconnu pour devenir une réserve de conservation de l’espèce sur les moutons.
    Merci de votre bonté, mes plus cordiales salutations.
    Au cas où cela vous dis ou transmettre à d’autres personnes? 03vberto@gmail.com

  3. BONJOUR,
    J’AIME VOS PHOTOS D’ANIMAUX
    MARIE CHRISTINE FAVÉ
    ————————————————————————————
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *