Petit hérisson deviendra grand !

Petit hérisson deviendra grand enfin si Dieu le veut… Tout a commencé il y a presque deux semaines. J’étais en train de tondre autour de mes courges lorsque j’ai vu une petite chose essayer de rentrer sous terre, les pattes arrière en l’air. C’était un très jeune hérisson. J’ai compati à son effroi. J’ai pris délicatement la petite boule de piquants dans mes mains gantées et je l’ai transportée à l’abri à quelques mètres seulement.

☞ Le lendemain, je le rencontre à nouveau tout guilleret. Il était un peu tôt, 18h30 mais enfin c’était quand même le début de soirée, me suis-je dit pour me rassurer.  J’ai fait une série de photos très sympa. Mais le surlendemain, là, je le retrouve en train de divaguer à 11 heures du matin. Pour sûr, ce petit animal nocturne, dehors en plein jour, a un problème. Je l’ai donc rentré et déposé autoritairement dans un carton. J’ai filé lui acheter de la pâté pour chat qu’il a vivement apprécié et, j’ai téléphoné à Anne Burban du sanctuaire des Hérissons. Je l’avais rencontré il y a presque 10 ans. Son dévouement et sa détermination pour ces petits mammifères m’avaient beaucoup impressionnée.


Suivant ses conseils, j’ai observé mon petit ami dans tous les sens et j’ai découvert une grosse tique blanche qui devait l’affaiblir en suçant son sang. Avec une pince à épiler, j’ai extrait le parasite en remuant de gauche à droite pour qu’il lâche prise. Il ne faut absolument pas que la tête de la tique reste sous peine d’infection. Mission réussie.

Anne Burban m’a conseillé de le garder  une à deux semaines à l’intérieur et de le peser régulièrement afin de m’assurer qu’il prenne bien du poids. Lorsque je l’ai trouvé, il pesait 110 grammes ce qui correspond au poids d’un bébé d’à peine un mois. Trois jours plus tard, l’aiguille affichait 140 grammes et le surlendemain 180 grammes. Bon, tout va bien. Petit hérisson profite.

Passer son temps dans un carton, c’est vraiment pas drôle. Je lui offre une balade dans le salon. Il en profite pour faire une petite crotte et un gros pipi sur mon tapis. Et puis, il file se cacher derrière le canapé! Le lendemain, il est plus téméraire. Et le surlendemain, carrément à l’aise.

J’ai aménagé l’espace afin qu’il ne puisse pas disparaître là où je ne pourrais pas l’atteindre.

Une marche, qu’à cela ne tienne. Et hop, il la grimpe!

Encore un obstacle, il irait bien voir ce qu’il y a derrière et y parviendrait sans doute sans mon intervention qui ne le traumatise pas puisqu’il y retourne aussitôt. C’est fou ce qu’il a pris comme force en quelques jours seulement.

Je suis allé chez le vétérinaire acheter du vermifuge pour chaton. Anne Burban m’a conseillé de le traiter lorsqu’il aura atteint 200 grammes. Beaucoup de hérissons meurent les poumons infestés de vers. Le vétérinaire à qui j’explique l’histoire me déconseille de le relâcher trop tôt. Pourtant petit bonhomme, c’est comme ça que je l’ai surnommé, a l’air en pleine forme.

Ce soir, je me dis qu’il doit rester en contact avec l’extérieur. Je le pose sur la pelouse. Il reste un long moment comme prostré, pas complètement en boule. J’ai souvent croisé des hérissons dans cette position. Ils sont sur la défensive. Si le danger se précise, ils s’enroulent en boule.

Puis il lève la tête, renifle autour de lui et, tout à coup, s’ébranle.

Il avance le nez au sol afin de détecter un ver de terre, une larve d’insecte ou une autre proie. Son odorat est extrêmement puissant. Il s’arrête, cherche, repart bredouille.

De temps en temps, il hume autour de lui et semble choisir sa direction en fonction des signaux olfactifs reçus. Il trottine et je le suis à quelques mètres.

Et voilà évidemment le moment fatidique où, il va disparaître dans la prairie que j’ai laissé pousser. Je suis donc obligée d’interrompre son bonheur retrouvé. Aïe, il n’est pas content du tout et le manifeste. Je constate son énergie. Je pense qu’il est maintenant suffisamment fort pour retrouver sa vie de hérisson sauvage.

Une dernière nuit à la maison, une dernière pesée ( 320 grammes) et une dernière séance de câlins. Comme tous les mammifères, il adore être caressé entre les deux yeux et sur le nez, là où ils ne peuvent pas vraiment se gratter. Je vérifie encore qu’il n’a aucun parasite.  A la nuit presque tombée, je le dépose dans la maison à hérisson qui a hébergé peut-être sa mère ou son père cet hiver. Je l’avais installée pour lui à l’intérieur de façon à ce qu’il en prenne possession, espérant qu’une fois rendu à la liberté, elle reste son refuge. Je l’ai placée dans un coin très calme du  jardin, juste à côté de là où je l’ai trouvé. Je ne l’ai pas regardé sortir et trottiner vers son destin et je suis rentrée avec le sentiment du devoir accompli mais le cœur gros et  l’espoir, peut-être, de le revoir en pleine forme. Petit hérisson deviendra grand, si Dieu le veut !

Voir le site du sanctuaire des hérissons – Tél.: 03 22 09 21 03 – 06 83 77 15 68


03/08/2012 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte et des photos est soumise à autorisation

 

3 Responses to Petit hérisson deviendra grand !

  1. Jolie, ton histoire…
    Et tu as eu le loisir de faire de belles images. Espérons qu’il ne finira pas écrasé par une voiture ! amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *