Rafles de chats pour les labos suisses

Je savais que cela existait mais, d’un coup, c’est devenu concret. La chatte de ma nièce qui habite en Alsace, dans la zone frontalière avec la Suisse, a disparue. C’était une minette adoptée il y a un an, douce et gentille, qui ne s’éloignait jamais beaucoup de la maison. Ses maîtres l’ont cherché partout espérant retrouvé au moins son corps. Mais rien. Renseignements pris, au même moment, un tas d’autres chats ont disparus dans le village et aux environs. « Elle a du être embarquée dans une rafle pour les labos suisses », a conclu ma nièce fataliste. ☞  « Cela nous a beaucoup perturbé » a-t-elle ajouté. Au chagrin de la disparition, s’ajoute celui d’imaginer ce que l’animal risque de subir! A cela, il faut ajouter l’incompréhension d’une petite fille de deux ans qui n’a plus son chat!

Au delà d’un petit drame personnel, une question s’impose: quand va-t-on cesser d’utiliser les animaux comme des outils de recherches, des éprouvettes vivantes? Ce n’est pas du sentimentalisme ou de la compassion mal placée: on sait aujourd’hui que la plupart des tests sur les animaux réalisés par les laboratoires pharmaceutiques et cosmétiques pourraient être remplacés par des méthodes alternatives in vitro, c’est à dire des tests sur des cultures de cellules souches. Certains sont déjà en place et parfaitement viables. Ils reviendraient même probablement moins cher mais les habitudes sont là… et surtout les réseaux d’approvisionnement en animaux. Là, il y a de l’argent en jeu et l’amoral qui va avec. Certes, les labos peuvent toujours dire qu’ils ne sont pas les voleurs de chats mais, en les achetant, ils encouragent ces pratiques scandaleuses!!!

Actuellement, douze millions d’animaux, primates, chiens, chats, rongeurs et animaux de basse-cour sont sacrifiés sur l’autel de la science. Le 7 avril dernier, le Parlement et le Conseil Européen ont conclut un accord scellant les principes d’une future loi qui, si elle est adoptée, permettrait de réduire le nombre des animaux utilisés à des fins scientifiques. Mais la lenteur juridique est telle, que beaucoup de petites filles risquent de pleurer encore pendant longtemps, la révoltante disparition de leur petit compagnon à quatre pattes!

02/05/2010 © Danièle Boone – Toute utilisation même partielle du texte  est soumise à autorisation

3 Responses to Rafles de chats pour les labos suisses

  1. bonjour ,
    moi j habite a guitres et ma petite minette de 2 ans a disparu ,je l ai cherché chaque soir depuis une semaine qu elle a disparue mis des tractes, poser des questions a droite et a gauche et vous savez ce que j entend: » que quelqu un pourrait les manger!!! j ai cru tout d abord a une blague mais au bout d une dizaine de personnes interrogé et de multiples disparissions de chat dans mon quartier c’est cette reflexion que j’entend a longueur de mes recherches, peusez vous que ce soit possible?? Je sais que les temps sont durs mais quand meme!!!!
    Je vous remercie d’avance pour vos reponses
    Aurelie

  2. En cherchant des renseignements sur les membracides, j’ai également lu votre coup de coeur (moi, c’est un coup de gueule !) en ce qui concerne les chats capturés pour des expériences en laboratoire. C’est révoltant ! J’ai perdu récemment mon petit matou câlin d’un an, et j’ose espérer qu’il n’a pas suivi cette filière.
    Merci à vous de nous rappeler la cruauté humaine, en espérant que d’autres moyens seront bientôt employés pour tester médicaments et cosmétiques.
    Personnellement, je suis passée aux cosmétiques bio.
    Bonjour à vous !

  3. mais c’est horrible ! c’est une chose de le savoir, une autre de le vivre concrètement
    quelle horreur… merci de nous le rappeler, il est si facile d’oublier !
    comment agir ? acheter des cosmétiques non testés sur des animaux (cas des cosmétiques bio par exemple)
    bonne journée printanière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *