Archives pour la catégorie Nature

Le castor, un bûcheron avisé !

Castor nageant

Observer le castor, c’est rien que du bonheur. Moi je ne me lasse pas de le regarder nager dans les reflets de la lune, se hisser sur les berges, saisir un rameau entre ses deux mains, le ronger, se lisser les moustaches, remonter son ventre à la manière d’un gros nounours et se grattouiller. Contrairement à ce que l’on croit souvent, le castor n’hiberne pas et reste donc actif tout l’hiver.

Ses ennemis l’accusent d’abattre les arbres. C’est vrai que sur une plantation de peupliers en bord de rivière, il peut faire des dégâts. En fait, c’est un bûcheron avisé. Il varie les zones de coupes selon les saisons et le niveau de la rivière et entretient ainsi toute une mosaïque de milieux ouverts et de milieux fermés, ce qui est excellent pour la biodiversité. Il fait le travail que font les humains lorsqu’ils entreprennent de renaturer une rivière. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Un berceau très cocon

Oothèque de mante religieuse
Quelle est cette mystérieuse masse oblongue, arrondie à une extrémité et effilée de l’autre, qui ressemble un peu à de la mousse polyéruthane, accroché sur un rameau dénudé, une pierre, une planche en bois ou même du fer à béton ? Chanceux que vous êtes, vous avez la garde du berceau d’une mante religieuse ou, plus précisément, de son oothèque, « boîte à œufs » en grec. Pour la construire, la femelle sécrète à l’extrémité de son abdomen, un liquide marron, qu’elle bat vigoureusement avec deux appendices articulés. Les bulles d’air qui se mêlent au liquide produisent une mousse, comme des blancs  en neige, qui durcit rapidement au contact de l’air et adhère fortement au support. Les œufs jaunes, très allongés, sont régulièrement disposés au fur et à mesure de l’élaboration de l’oothèque. Ils n’occupent que la partie centrale et sont logés dans des cellules très étroitement accolées. Après plusieurs mois d’incubation, les larves qui ont déjà le look des adultes, sortiront par une belle journée ensoleillée.

Cette chronique est parue dans les 4 saisons n° 233 – novembre-décembre 2018

© Danièle Boone

Coucher de soleil

Ce coucher de soleil dans mon jardin, il y a quelques instants. Les lumières d’hiver sont à nulle autre pareilles. Et j’ai la grâce de m’en émerveiller. Alors, cette image, juste pour le plaisir.

© Danièle Boone

La loutre après l’eden

Ne ratez pas ce documentaire qui nous invite à la rencontre de la Loutre d’Europe, une jolie naïade qui a bien failli disparaître. Sa frimousse est craquante mais il était reproché à ce mammifère amphibie de dévorer trop de poissons. Et il ne fait pas bon pour animal sauvage d’être catalogué ennemi de l’homme. Heureusement sa chasse a été interdite en 1972 la sauvant de justesse de l’extermination  mais il a fallu attendre 1976 pour qu’elle soit protégée. Depuis, elle a progressivement reconquis une grande partie de ses anciens territoires.

Extrêmement discrète, elle est très difficile à observer. Marie-Hélène Baconnet et Philippe Garguil ont donc fait appel à des animaux imprégnés c’est à dire habitués à l’homme, pour certaines scènes. Ils n’en ont pas moins passé un an pour réaliser ce film dans le marais Poitevin. C’est aussi l’occasion d’admirer l’environnement des loutres poitevines. Canaux bordés d’arbres têtards, prairies à vaches maraichines et à chevaux de trait poitevin, les races locales. On voit aussi, entre autres, le ragondin, l’hermine, le martin pêcheur, le tarier pâtre, le héron, la cigogne blanche, le renard et le cormoran, un autre pêcheur concurrent direct de dame loutre. Si la loutre mange entre 800 g et 1 kg de poissons par jour, elle met très souvent à son menu, des écrevisses de Louisiane. Parler de ces envahisseurs est le prétexte pour montrer une très jolie scène de combat de ces crustacés extrêmement néfastes pour l’environnement.

Et bien sûr, nous apprenons tout sur la loutre, comment elle mange, ses amours, la naissance et l’éducation de ses petits. A noter les superbes séquences sous l’eau de cette nageuse hors pair. On découvre aussi, image à l’appui, comment le réchauffement climatique avec ses extrêmes mène la vie dure à notre mammifère. Trop d’eau d’un coup qui envahit leur catiche (terrier de la loutre) suivi de longue sécheresse qui transforme les rivières en filet d’eau condamnant les poissons dont se nourrit la loutre. Les réalisateurs se sont rendu en Espagne à la rencontre de René Rosoux qui étudie comment les loutres espagnoles se sont adaptées à la sécheresse notamment grâce à des bassins de retenues d’eau mis en place par leurs protecteurs, des idées pour aider nos loutres si la situation continue à se détériorer. Bref, tout cela est passionnant et fort bien conté par Macha Méril.

France 5, mercredi 19 décembre, 16h30

© Danièle Boone

Enquête sous le noisetier

Aujourd’hui, je vous propose de vous rendre sous un noisetier et de jouer les détectives pour savoir quel animal s’est régalé. En effet, de nombreux petits animaux raffolent des noisettes et les décortiquent directement dans l’arbre. La coque de la noisette étant très dure, il n’est pas simple pour un animal de parvenir jusqu’à l’amande. Cela exige beaucoup d’efforts qui laissent des traces sur la coque, très différentes d’une espèce à l’autre.

Un gros trou rond irrégulier signe l’œuvre d’un campagnol. Si il est plus petit et bien net, c’est un mulot. Une ouverture bien ronde de 8 à 10 mm, avec le bord de l’ouverture très lisse, c’est le muscardin, un petit rongeur nocturne rare. La noisette a été coupée en deux, c’est l’écureuil. Un petit trou ovale avec des marques sur la coque, c’est la mésange charbonnière. Un orifice de 1 à 2 mm de diamètre, c’est le travail du baladin de la noisette, un charançon, pour y déposer son œuf. La larve se nourrira de la graine.

Cette chronique est parue dans les 4 saisons n° 232 – septembre-octobre 2018.

© Danièle Boone