Archives par mot-clé : biodiversité

La nature ne se venge pas. Elle est. Tout simplement.

A propos de la crise sanitaire actuelle, j’ai entendu ou lu à plusieurs reprises que la nature se vengeait. Bon certes, cela relève peut-être d’une prise de conscience de nos comportements irrespectueux mais cela est néanmoins une vision très anthropomorphique. Dire qu’elle se venge, c’est lui prêté notre petitesse. La nature est bien au-delà de nos sentiments humains. Elle est. Tout simplement. Et elle subit tout autant que nous les dérèglements du monde, dont, par contre, nous sommes responsables. Ces dernières décennies, les maladies émergentes sont de plus en plus nombreuses. Concernant les humains, il y a eu l’épidémie de SRAS de 2002-2003 et la grippe aviaire de 2009. Mais quelles leçons en avons nous retenue ? Aucune.

Les épidémies qui touchent les animaux domestiques devraient nous interpeller davantage mais tant que ce n’est pas chez nous…  Ainsi, au lieu de s’inquiéter, les éleveurs de porcs bretons se frottent les mains : les chinois dont les élevages sont décimés par la peste porcine s’approvisionnent chez eux  ! Et les chasseurs, qui sont sans cesse en train de geindre sur leurs difficultés à réguler les populations de sangliers, en importent des pays de l’Est alors qu’on sait qu’ils peuvent être porteurs du virus de la peste porcine. Tout ça pour s’amuser à les massacrer en enclos – ils osent appeler cela de la chasse ! ☞  lire la suite

La biodiversité, une priorité. Vraiment ?

La préfète de la Nièvre a autorisé le retournement de prairies naturelles en bord d’Allier en zone Natura 2000 ainsi que l’irrigation de ces terres par pompage dans la nappe de la rivière. Cela va être un massacre au niveau de la biodiversité et également une mise en danger des éleveurs traditionnels qui travaille en aval dans le respect du bocage. François de Rugy, l’ex-ministre de l’écologie, a donné son feu vert pour reconduire la liste des animaux « susceptibles de causer des dégâts », autrefois nommés « nuisibles », malgré une forte mobilisation citoyenne lors de la consultation publique autorisant par là le massacre de millier d’animaux dont les services rendus sont aujourd’hui scientifiquement reconnus mais selon le président Macron, agir pour la biodiversité est une priorité au même titre que lutter contre le réchauffement climatique. De qui se moque-t-on ?

J’ai écrit un édito sur ce sujet paru sur le site des JNE (association des journalistes pour la Nature et l’Ecologie) que je vous invite à découvrir ☞ ici

Protéger les insectes, c’est protéger notre futur

Tribune-ReporterreL’enjeu planétaire est connu. Protéger les insectes et plus largement la nature, c’est protéger l’Homme et son avenir. Et cela passe par quelques gestes simples : leur donner de l’eau, éliminer tous les biocides, laisser pousser des herbes folles dans son jardin. J’ai écrit une tribune sur le sujet parue aujourd’hui sur Reporterre.

lire la tribune..

Kokopelli : le droit à la biodiversité bafoué

La Cour Européenne vient de trancher : elle a donné raison aux Graines Baumaux SAS contre Kokopelli. Qu’est-ce que cela veut dire ? Tout simplement la victoire des semenciers qui ont pour profession de foi, la main mise sur le vivant. Ils le contrôlent, le commercialisent et… l’empoisonnent ! Depuis vingt ans, l’association Kokopelli fait un boulot de sauvegarde extraordinaire des variétés anciennes mais que serait ce travail, si ces variétés ne retrouvaient pas le chemin des jardins. Résistantes et goûteuses, elles sont aujourd’hui de plus en plus recherchées notamment par les ténors de la gastronomie. Oui mais voilà, la plupart d’entre elles ne répondent pas aux critères d’inscription sur la liste des semences autorisées à la vente établie pour nous protéger contre « les risques sanitaires et environnementaux! » ☞ lire la suite

Mon jardin nature

Le temps passe à toute vitesse. Dès que j’ai un moment, je suis dans mon jardin ce qui explique mes longs blancs sur ce blog. Mais j’ai envie de partager cette expérience et peut-être vous donner des idées. Pour moi, personnellement, faire un jardin, n’est pas seulement un loisir mais un acte authentiquement militant. J’ai imaginé un espace  généreux et  accueillant pour la faune. Et en laissant simplement quelques herbes folles, je suis merveilleusement récompensée. Ainsi j’ai observé ce chardonneret déguster une fleur de pissenlit. Le petit acrobate a pris vraiment tout son temps et, pour moi, ce fut un pure moment de bonheur. ☞ lire la suite