Y’a-t-il un pilote dans l’avion à Bruxelles ?

Le titre de cet article est emprunté à un communiqué de presse de agir pour l’environnement qui s’insurge contre la décision de la Commission Européenne d’approuver la subvention de 150 millions d’euros octroyée par mes autorités françaises à la société des Aéroports du Grand Ouest (société détenue à 85% par le groupe Vinci) pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Oui, vous avez bien lu, alors que le gouvernement étouffe toute vitalité et toute initiative par les ponctions répétés à tous les niveaux, appauvrissant chaque jour davantage les français et réduisant tout particulièrement le pouvoir d’achat de la classe moyenne, grande pourvoyeuse de consommateurs, le premier ministre est en passe de s’offrir sa danseuse sur le dos des contribuables avec les applaudissements de Bruxelles. Pourtant, nous avait-on dit, la commission européenne jugeait excessives les nouvelles impositions que François Hollande sort chaque jour de son chapeau !

Donc malgré un déficit budgétaire de 82 milliards d’euros en 2014, les décideurs politiques nationaux et européens « préfèrent s’entêter à construire un aéroport inutile sur environ 2000 hectares de terres agricoles cultivables entraînant la destructions d’emploi paysans et donc l’atteinte à la vitalité des territoires ruraux et détruisant au passage des zones humides tout en favorisant les transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre. » Quelle cohérence!

© Danièle Boone

Les commentaires sont fermés