Archives pour l'étiquette Notre-Dame-des-Landes

L’intervention militaire saccage la nature à Notre-Dame-des-Landes

Ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes est plus que navrant. Outre la facture en munitions et déploiement des militaires, il faudra compter aussi les dégâts sur cette nature qui jusqu’ici avait réussi à être préservée, sans omettre naturellement tout ce qui a été démoli sur la ZAD,  pour établir le coût réel de cette opération qui déshonore ses commanditaires. Pourquoi tant de haine et d’acharnement à détruire un modèle résilient qui, pour beaucoup d’entre nous, représente une des voies possibles pour assurer un avenir aux jeunes générations ? Pourquoi sinon le refus par les autorités de toute remise en question du modèle économique actuel qui, pourtant, nous entraîne à notre perte. Je vous invite encore une fois à vous rendre sur le site de Reporterre pour suivre les évènements et, tout particulièrement, à lire l’article de Lorène Lavocat sur le saccage de la nature.

le site de Reporterre
l’article de Lorène Lavocat

© Danièle Boone

Notre-Dame-des-Landes : pourquoi il faut y aller

Notre-Dame-des-LandesGrand rassemblement ce samedi 8 octobre dans le magnifique bocage de Notre-Dame-des-Landes. Il faut se mobiliser dans cette affaire grand guignolesque où l’esbroufe des politiques s’appuyant sur un référendum qui n’a pas de légalité veut faire passer un projet inacceptable. Des procédures sont en cours. Laissons le temps à la justice de faire son travail pour que, après coup, elle ne dise pas, comme pour le barrage de Sivens, que la construction de l’aéroport était illégal! ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Y’a-t-il un pilote dans l’avion à Bruxelles ?

Le titre de cet article est emprunté à un communiqué de presse de agir pour l’environnement qui s’insurge contre la décision de la Commission Européenne d’approuver la subvention de 150 millions d’euros octroyée par mes autorités françaises à la société des Aéroports du Grand Ouest (société détenue à 85% par le groupe Vinci) pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Oui, vous avez bien lu, alors que le gouvernement étouffe toute vitalité et toute initiative par les ponctions répétés à tous les niveaux, appauvrissant chaque jour davantage les français et réduisant tout particulièrement le pouvoir d’achat de la classe moyenne, grande pourvoyeuse de consommateurs, le premier ministre est en passe de s’offrir sa danseuse sur le dos des contribuables avec les applaudissements de Bruxelles. Pourtant, nous avait-on dit, la commission européenne jugeait excessives les nouvelles impositions que François Hollande sort chaque jour de son chapeau !

Donc malgré un déficit budgétaire de 82 milliards d’euros en 2014, les décideurs politiques nationaux et européens « préfèrent s’entêter à construire un aéroport inutile sur environ 2000 hectares de terres agricoles cultivables entraînant la destructions d’emploi paysans et donc l’atteinte à la vitalité des territoires ruraux et détruisant au passage des zones humides tout en favorisant les transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre. » Quelle cohérence!

© Danièle Boone

Notre-Dame-des-Landes

L’arrivée au pouvoir de François Mitterrand a mis fin à un conflit de onze ans au Larzac. L’arrivée de François Hollande en a déclenché un de même acabit: la défense d’un lieu de vie par ses habitants. A Notre-Dame-des-Landes, comme au Larzac, la décision est arbitraire, injuste et injustifiée car dans les deux cas, un lieu de nature exceptionnelle est condamné au nom… de quoi? D’un caprice oligarchique, il n’y a guère d’autre mot qui convienne.

Que ce nouveau conflit ait pris une ampleur nationale après l’envoi de la force armée alors que, dans les discours, le gouvernement tout neuf ne parlait encore que de concertation, n’est pas étonnant. Et c’est rassurant et légitime. La nature appartient à tous et détruire une zone humide indispensable au maintien de la biodiversité est un crime contre la vie. Tout le monde sait, même ceux qui veulent cet aéroport, et malgré leur déni, que ce projet va contribuer encore un peu plus à la crise climatique et à la crise économique (le projet est estimé à 580 millions d’euros et à près de 3 milliards avec les aménagements routiers et ferroviaires). Alors oui, il est normal que les français qui vont devoir payer, au sens propre et au sens figuré, uniquement pour servir la vanité d’un seul homme se révoltent.

Même si je ne me suis pas encore déplacée en Vendée, je suis avec ces milliers de personnes qui se sont mis en chemin pour dire Non. François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont tout faux. Et François Hollande qui a confié la France à cet homme est encore plus blâmable. Ils se sont jeté dans une impasse. Soit ils parviennent à leur fin, et ils laisseront dans l’histoire l’image d’une fierté calamiteuse et d’un manque totale de responsabilité, soit ils cèdent à la force populaire et renoncent. Le mieux, ne serait-il pas d’entendre et de voir pendant qu’il en est encore temps. Mais est-ce possible au royaume des sourds et des aveugles où règnent ceux qui pensent être les puissants du monde?

☞ A lire Notre-Dame-des-Landes : le nouveau Larzac ? paru sur ce blog le 15 juillet 2012 et mes réserves sur ce premier ministre promoteur  de cet aéroport dans « Un nouveau cycle politique mais quid de l’écologie » paru sur ce blog le 15 mai 2012.

© Danièle Boone

Notre-Dame-des-Landes : le nouveau Larzac ?

Comme tout le monde le sait, Jean-Marc Ayrault, notre premier ministre est l’ardent défenseur d’un projet totalement délirant: un nouvel aéroport à Nantes qui détruira une zone de bocage exceptionnelle et chassera les habitants notamment des paysans. L’information n’a rien de neuf, mais c’est là aussi, encore une fois, la biodiversité qui est bafouée. Heureusement, des gens se battent. Le film « tous au Larzac » a rappelé dans les mémoires que la lutte, aussi longue et exténuante soit-elle (11 ans), on peut gagner. Fabrice Nicolino pour lequel, comme vous le savez, j’ai beaucoup d’estime, vient de mettre en ligne sur son blog le texte d’un discours de Marie Jarnoux qui vit sur le territoire convoité par les promoteurs de l’aéroport Notre-Dame-des Landes à savoir, AGO (Aéroport du Grand Ouest), Vinci et l’Etat.

En voici le début: « Amis d’ici, amis d’ailleurs, chacun sait qu’un territoire se défend avec ses habitants, et qu’un territoire vidé de sa population est facile à conquérir. C’est d’ailleurs pour cette raison, qu’un appel à l’occupation des terrains injustement appropriés par les promoteurs de ce projet, fut lancé le 1er mai 2008. La stratégie fut payante. Le rouleau compresseur ne passe pas aussi facilement que prévu. Nous sommes en 2012 et les travaux sont fortement ralentis. » C’est simple, si on ne se bat pas, on ne peut pas gagner. Aujourd’hui, il faut se battre sur bien des fronts contre les dérives outrancières et mégalos de ces quelques uns qui croient détenir à jamais le pouvoir. Il faut se battre donc, peut être pas prendre les armes, mais, résister sans relâche et savoir dire fermement NON !

lire la suite du texte de Marie Jarnoux sur Planète sans visa, le blog de Fabrice Nicolino

© Danièle Boone