Archives par mot-clé : Nature Nièvre

Nature Nièvre – les grandes aigrettes

Grande aigrette
Ces grands oiseaux blancs peuplent nos prairies ou le bord de nos étangs et de nos lacs en hiver. Quelquefois, elles sont en compagnie de leur cousin, les hérons cendrés. Leur bec jaune à pointe noire et leur couleur immaculée en font des oiseaux impossible à confondre. Pourtant, les grandes aigrettes ont failli disparaître pour une histoire de mode !  Du 18ème siècle jusqu’aux années 1950, les dames portaient des chapeaux emplumés. Les grandes plumes ornementales, caractéristiques de la parure de noce de notre oiseau étaient particulièrement prisées. Paris comptait alors près de 800 maisons de plumassiers employant quelques 7000 personnes. Et on sait que durant la seule année 1910, au marché de Londres, 1470 kg de plumes d’aigrettes ont été vendues. Cela représente près de 300.000 oiseaux adultes assassinés sur une seule année.
lire la suite

Nature Nièvre – ça se passe à côté de chez nous

Je repars pour une nouvelle aventure à RCF Nièvre, une chronique sur la faune sauvage. Au fil de ces mini-émissions de 5 minutes, je souhaite partager avec vous mes émotions, le grand bonheur d’une rencontre toujours ressentie comme un cadeau de la nature. J’ai envie aussi de vous faire découvrir la vie et les comportement souvent étonnants des toutes les petites et grandes bêtes qui nous entourent.

La nature est un livre d’histoires extraordinaires : les escargots ont des dents plein la langue, les faucons crécerelles font le saint esprit et certains papillons aspergent leur bien-aimée d’écailles aphrodisiaques… Toutes les espèces sont intéressantes, même celles que l’imaginaire collectif juge repoussantes, les araignées ou les serpents par exemple. Apprendre à voir toute la faune sauvage, c’est apprendre à l’aimer et à la protéger. C’est aussi retrouver le lien vital avec la nature, l’essence même de notre être.

En écho à nos rêves profonds, l’animal éveille nos émotions. Une rencontre avec une biche et son faon s’inscrit dans la mémoire à jamais. Alors on devient disponible pour recevoir les cadeaux de la nature, contempler la vie sauvage et élargir la nôtre. On s’éprend de la subtile beauté d’un tout petit oiseau, de l’œil de velours d’un écureuil ou de l’ombre d’un rapace. L’aventure commence à notre porte. Il suffit d’ouvrir l’œil et les oreilles.

voir la page de l’émission