Archives par mot-clé : Nature Nièvre

Nature Nièvre : l’orvet fragile

Sous ses faux airs de serpent, l’orvet fragile, c’est son nom complet, est un lézard sans patte, donc totalement inoffensif. Grand croqueur de petites bêtes, limaces, chenilles sans poils, vers blancs, petits escargots, vers de terre, araignées, cloportes… c’est un précieux auxiliaire des jardiniers. L’orvet est une espèce relativement en bonne santé. Sur les sites les plus favorables, on peut compter jusqu’à un millier d’individus par hectare mais comme pour toute la biodiversité, la tendance est à la baisse.

écouter la chronique (6′39″ )

Nature Nièvre : le cincle plongeur

Le cincle plongeur ressemble à un merle qui serait brun avec un plastron blanc éclatant et une queue courte d’ailleurs autrefois, on l’appelait le merle d’eau. Il fait partie de la grande famille des passereaux qui regroupent tous nos petits oiseaux chanteurs mais il est le seul du groupe à plonger et nager. Il marche même sous l’eau ! Il vit sur les rives des cours d’eau au débit rapide. Si vous découvrez son coin de pêche, vous pourrez l’observer à loisir. J’ai eu cette chance et comme tout ceux qui l’ont rencontré, j’en garde un souvenir émerveillé. On le voit disparaître sous l’eau et ressurgir d’un coup avec une larve dans le bec. Il assomme sa victime sur une pierre et l’engloutit. Puis il bascule à nouveau en fendant les flots. Et le manège reprend. Quelquefois, il se poste à contre-courant, à moitié immergé, et guette les petits cadeaux charriés par l’eau ou alors il barbote comme un canard, sur quelques mètres, en piquant du bec les petites proies qu’il rencontre.

écouter la chronique (6′16″)

Nature Nièvre : les escargots

Escargot Oxychilus draparnaudi

Il existe environ 400 espèces d’escargots terrestres en France dont la plupart sont minuscules, moins de 2 mm. Certains ont une coquille aplatie, d’autres sont des cônes élancés, d’autres encore ressemblent à des boutons. Côté couleur, il en existe des blancs, des beiges, des jaunes. La caractéristique la plus visible de l’escargot est sa coquille. Constituée de cristaux de carbonate de calcium entrelacés de longues protéines fibreuses, elle représente 35 % de son poids. Et c’est un recordman de lenteur ! Ses déplacement ne dépassent généralement pas quelques dizaines de mètres par an.

écouter la chronique (6′45″)

Nature Nièvre : la huppe fasciée

Huppe fasciée
Avec sa huppe orangée ponctuée de noir, son long bec fin et arqué et sa robe chamois, ce très bel oiseau ne passe pas inaperçu. La huppe fasciée arrive en avril. Son chant caractéristiques signale sa présence dans le bocage. Elle se nourrit essentiellement d’insectes. Elle repart discrètement fin août pour rejoindre l’Afrique où elle passe l’hiver.

écouter la chronique ( 6′58″)