Archives par mot-clé : oiseaux des jardins

Un bistrot pour la faune sauvage

Foule d'oiseaux à l'abreuvoirL’eau va probablement être le grand enjeu des années qui viennent. Tout le vivant, nous, les animaux et les plantes en ont besoin pour survivre. On peut vivre relativement longtemps sans manger mais pas sans eau. Offrir de l’eau reste encore un geste d’hospitalité chez bien des peuples notamment les nomades. Avec des étés aussi secs que celui-ci, il est indispensable de proposer de l’eau aux petits animaux qui vivent près de chez nous. De fait, il faut en mettre à disposition toute l’année. Vous ne le regretterez pas car c’est un sacré spot d’observation.  lire la suite

……

Moineaux en danger

Moinette

Toujours au plus proche de nous, avec leurs sautillement, leurs pépiements et piaillements, leurs chamailleries et palabres sans fin et même leurs sans gêne, les moineaux nous apportent leur joie de vivre. Mais les piafs célébrés dans les chansons, symboles de Paris, disparaissent des villes. En milieu rural, c’est très divers. Les scientifiques s’interrogent. Plusieurs pistes pourraient expliquer le phénomène.
☞ lire la suite

Les oiseaux du jardin, le grand déclin ?

4 saisonsLes 4 saisons du jardin bio, le magazine de Terre vivante, s’interroge sur la disparition des oiseaux du jardin dans un dossier pour lequel j’ai écrit 3 articles sur 4. Dans le premier, j’ai mené l’enquête auprès du Muséum National d’Histoire Naturelle qui gère les programme STOC (suivi temporel des oiseaux communs) et chapote les enquêtes participatives de Vigie Nature ainsi que du côté de la LPO (Ligue protectrice des oiseaux) et de l’UICN (Union internationale pour la protection de la nature). Tous les indicateurs sont au rouge : le nombre d’oiseaux ne cesse de diminuer dans le monde. Entre 2008 et 2016, la mise à jour de la liste rouge des oiseaux nicheurs montre que la situation s’est aggravée pour 48 des 284 espèces recensées en France. Les oiseaux de nos jardins ne sont pas épargnés.

A cet article d’introduction, s’ajoutent un article sur les moineaux  dont les effectifs parisiens connaissent une baisse de 73% en treize ans et un autre sur la prédation féline. Enfin, Stéphan Bonneau a écrit un article sur le rougequeue noir, une espèce dont les effectifs sont en hausse. Je vous invite à découvrir ce dossier dans le magazine n° 227, novembre-décembre 2017.

En kiosque, 6,60 € – voir le sommaire –  www.terre-vivante.org

Les oiseaux de la mangeoire

Mésanges à la mangeoire

Chaque hiver, la mise en place des mangeoires ramène le ballet des oiseaux au jardin. C’est toujours un grand spectacle. Cette année, ils sont là mais avec une baisse d’environs 60 %. Habituellement, les mangeoires étaient vides en fin de matinée, là, le soir, il reste encore des graines. La même constatation a été faite dans d’autres jardins. C’est terrifiant de voir à quelle vitesse va la perte de biodiversité. Malgré ces signaux d’alarme visibles à l’œil nu, l’inconscience collective et l’utilisation des produits phytosanitaires assassins perdurent. Quelquefois, je me dis que Rachel Carson, l’auteure de « un printemps silencieux », avait raison. Son livre publié en 1960 était peut-être bien prémonitoire. Alors mon impuissance me remplit de tristesse, voire de désespoir.

Rougegorge

Rougegorge familierSaviez-vous qu’en Angleterre, le rougegorge est le symbole de Noël. Il décore les cartes de vœux et les papiers cadeau. Une légende dit que la tache qui orne sa poitrine serait une goutte du sang du Christ car l’oiseau lui aurait rendu visite sur la croix.

Le rougegorge familier doit son nom à son aisance à fréquenter les humains. Le jardinier le sait bien. L’oiseau est là, tout près, dès fois qu’un repas sautillant, genre ver de terre ou coléoptères, sorte de terre. Cette attitude viendrait du temps où les rougegorges vivaient essentiellement en forêt et dénichaient leur nourriture auprès des sangliers ou des cerfs qui remuent fréquemment le sol. Il y a toujours à glaner dans ces travaux de terrassement et le jardinier que nous sommes est lui aussi un gros mammifère qui remue la terre. ☞ lire la suite