Archives par mot-clé : oiseaux des jardins

Nature Nièvre : la grive musicienne

Grive musicienne
Connaissez vous la musicienne de la forêt ? Cette petite grive donne le ton, perchée en haut d’un arbre. Les autres oiseaux, grimpereaux, roitelets, troglodytes, rougegorges l’accompagnent. C’est l’enchantement des chœurs d’oiseaux à l’aube qui saluent l’arrivée du jour qui malheureusement se fait plus discret chaque année.

lire la suite
écouter l’émission

Disparition à la mangeoire


Pas de restriction sanitaire pour les piafs, alors avec le retour du gel, j’ai réouvert le restau des oiseaux début décembre . Les clients ne sont pas très nombreux : quelques mésanges bleues et charbonnières, quelques chardonnerets, une quinzaine de moineaux. Pas de pinsons des arbres, pas de verdiers d’Europe cette année. Enfin pour cette dernière espèce, j’en ai observé un seul alors que les hivers précédents, ces jolis petits oiseaux venaient en bande et ne rataient jamais l’ouverture.

Les oiseaux granivores dont ces deux espèces font partie, payent un lourd tribut aux changements des pratiques agricoles depuis les années 1970 : utilisation de pesticides, disparition des haies et des herbes folles. Canicules et sécheresses à répétition y contribuent sans aucun doute aussi. De plus, les oiseaux dont les défenses immunitaires sont affaiblies notamment à cause du manque d’une bonne nourriture, sont victimes de maladies venues d’ailleurs comme la trichomonose qui touche particulièrement les pinsons et les verdiers. Tristesse infinie.

Oiseaux : les visiteurs de l’été sont presque tous arrivés

Rougequeue femelleFemelle rougequeue noir © Danièle Boone

Chaque année, j’éprouve la même joie à découvrir leur retour. La première à m’être apparue était une femelle rougequeue noir. C’était le 19 mars. Trois jours plus tard, en allant ouvrir les poulaillers, j’ai entendu la fauvette à tête noire qui chantait à tue tête. Je l’ai vu quelques heures plus tard, se désaltérer dans l’abreuvoir des oiseaux.  Le point d’eau est toujours un formidable spot d’observation d’autant que je le vois depuis mon bureau. C’est là que, souvent, je découvre les visiteurs de passage. Certaines espèces en migration font, en effet, une halte dans mon jardin que j’essaie de maintenir accueillant toute l’année. Dans le même temps, est arrivé le pouillot veloce mais son chant fait tellement partie de mon environnement sonore, que je n’ai pas noté précisément le jour de son arrivée ! Ensuite, il m’a fallu attendre presque deux semaines pour entendre le loriot. ☞ lire la suite

Un maître chanteur, le merle noir !

Merle noir
Chaque année, le chant du merle annonce le retour de la saison des amours pour les oiseaux. Ils donnent de la voix pour séduire leur belle et marquer leur territoire. Le merle noir est un maître dans l’art de chanter. Il peut inclure jusqu’à 30 phrases différentes chez un seul individu. Et c’est sans compter toutes sortes de cris. Il est également capable d’imiter le chant d’autres oiseaux mais aussi les sons qu’il entend dans son entourage : sifflets, sonnettes ou alarmes. En ville, son répertoire est tellement influencé par les bruits urbains que ses vocalises peuvent être totalement différentes`de ses congénères de la campagne. ☞ lire la suite

Bouvreuil pivoine

Bouvreuil pivoine
Cette année, j’ai la chance d’avoir pour la première fois ce visiteur de marque à la mangeoire ! Le bouvreuil pivoine est un oiseau très discret dont la présence se repère souvent seulement par un chant entrecoupé de sifflements mélancoliques, pas spécialement éblouissant. En ce moment, le mâle, en costume de noces, arbore une poitrail d’un rouge corail unique. La femelle elle, est plus discrète : son manteau est gris-brun. Les deux sexes portent une calotte noire bien nette, des ailes noires avec des barres blanches et une queue noire. ☞ lire la suite