Archives pour l'étiquette OGM

TTIP/TAFTA : négociation déloyale

L’union européenne a autorisé hier l’importation et la commercialisation de dix-sept OGM destinés à l’alimentation humaine ou animale et de deux œillets transgéniques. L’autorisation a pris effet immédiatement et vaut pour dix ans. Elle survient au lendemain du neuvième cycle de négociations du Traité Transatlantique, TTIP ou TAFTA, qui a eu lieu à Washington du 20 au 24 avril! Un hasard? Permettez-moi d’en douter. Ces autorisations étaient en suspens car les États membres n’étaient pas parvenus à constituer une majorité pour ou contre leur commercialisation. En effet, jusqu’à maintenant, la Commission autorisait les OGM après avis de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) mais elle se retrouvait systématiquement bloquée par les 19 états anti OGM dont la France. Un tour de passe-passe juridique fait que désormais les états membres pourront interdire leur utilisation sur leur territoire! Cela pourrait, au premier abord, sembler un avantage. Auparavant, les pays opposés devaient prendre des clauses de sauvegarde ou des mesures d’urgence pour des motifs environnementaux et sanitaires. De fait, ce soi-disant droit tout neuf des États pourrait bien être un leurre. Ces OGM étant autorisés en Europe, il sera quasiment impossible de contrôler leur entrée dans un pays. Ce n’est pas la peine d’être un phénix pour comprendre, par exemple, que la viande des animaux élevés avec des aliments transgéniques dans des pays moins regardant se retrouvera forcément dans tous les supermarchés européens! ☞ lire la suite

© Danièle Boone

L’humain végétalisé : une découverte extraordinaire

Les végétaux que nous mangeons ne nous apportent pas seulement des calories, des vitamines, des fibres et de l’amidon mais aussi de l’information qui agit sur notre métabolisme. La découverte de l’équipe chinoise du professeur Lin Zhang ouvre une porte énorme. Longtemps, on a cru que l’ADN était le maître absolu et puis, avec l’épigénétique et la découverte des micro ARN, on a réalisé que, finalement, rien n’était définitivement écrit. N’étant pas scientifique, mon imagination vagabonde, pour le meilleur et le pire et je me dis que cette découverte pourrait expliquer bien des choses, toutes ces allergies et ces maladies nouvelles en tout cas, je peux affirmer sans risque de me tromper, que cette découverte confirme la géniale intuition d’Hippocrate: nous sommes ce que nous mangeons. Elle apporte aussi la preuve que par l’alimentation, on peut modifier son héritage génétique dans le bon comme dans le mauvais sens. Ma consœur Hélène Crié-Wiesner qui vient de publier American Ecolo, un recueil de ses chroniques parues sur le site Rue89. Cette journaliste qui vit aux Etats-Unis rapporte que, face à leurs énormes problèmes de santé, les Américains sont en train de changer leur façon de se nourrir. Ils sont de plus en plus nombreux à cuisiner et à consommer local, bio de préférence. Elle souligne entre autre le fait que dans les villes moyennes où il était très difficile de trouver un bon restau, on a maintenant le choix entre 3 ou 4 adresses qui prônent le retour du goût. Pendant ce temps, chez nous, la nourriture industrielle et le prêt-à-manger continuent à gagner du terrain. J’en veux pour preuve le contenu des caddies facile à analyser lorsqu’on fait la queue aux caisses des supermarchés. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

Ecolos bernés

Essai de maïs PR38N86 (Pioneer) © Danièle Boone

Il y a quelques temps, j’avais remarqué une parcelle de maïs sur une très jolie petite route de campagne que j’emprunte régulièrement. Il y en a peu par chez moi. Je me suis dit, c’est malin avec cette sécheresse de cultiver cette plante si gourmande en eau. Mais hier, j’ai eu un choc: c’est un essai OGM en plein champ avec en prime ce panneau provocateur qui m’a carrément énervée ! Comme si la manipulation génétique pouvait être gagnante d’autant qu’à l’heure de l’épigénétique, on commence à savoir que, finalement, rien n’est définitivement inscrit. ☞ lire la suite

© Danièle Boone

L’Allemagne dit non au maïs OGM – MON810

Et de six… Après l’Autriche, la France, la Grèce, la Hongrie et le Luxembourg, l’Allemagne dit non au Mais-MON81O malgré l’opposition de la Commission européenne. La ministre de l’Agriculture, Ilse Aigner, a justifié cette décision par la possibilité que cette semence OGM fabriquée par le géant agro-industriel américain Monsanto, puisse présenter des dangers pour l’environnement.
C’est une excellente nouvelle : cela montre qu’une population – 70% des allemands sont contre la culture des plantes OGM – peut avoir un impact sur le politique. Le groupe des pays réfractaires s’agrandissant avec un nouveau membre de poids, l’Union Européenne devrait en tirer des conclusions… Le MON810 est le seul OGM cultivé dans l’Union européenne (UE). il a reçu une homologation en 1998, pour une durée de dix ans. Le renouvellement de cette autorisation est en cours d’évaluation. Croisons les doigts et restons mobilisés !

© Danièle Boone